Les députés du Parti Québécois de la Montérégie sont non seulement en mode écoute, mais également en mode écoute précise Stéphane Bergeron

Le caucus des députées et députés de l’opposition officielle en Montérégie s’est réuni, le 16 août dernier, au Manoir Rouville-Campbell, à Mont-Saint-Hilaire, pour mettre la dernière main aux propositions qui seront soumises aux citoyennes et citoyens de la région au cours des prochaines semaines. Afin de peaufiner certaines de ces propositions, les députées et députés du Parti Québécois de la Montérégie, comme ils ont l’habitude de le faire chaque fois qu’ils se réunissent, ont rencontré des représentantes et représentants de quelques organisations de la région, notamment l’Association canadienne des psychoéducateurs, Tourisme Vallée-du-Richelieu et la Fédération régionale des OSBL d’habitation de la Montérégie et de l’Estrie.

«Avec les conséquences découlant de l’austérité libérale en matière d’éducation et de services sociaux, il importe plus que jamais d’offrir davantage de services aux milliers de jeunes, plus particulièrement, qui ont été laissés en plan, ces dernières années. Ce qu’on constate également, c’est la mauvaise utilisation des ressources médicales, qui doivent référer les gens en psychoéducation pour que ces services puissent être admissibles aux remboursements par les assurances ou aux avantages fiscaux. Il y a également un enjeu spécifiquement régional, puisque les services publics n’acceptent plus d’assurer le suivi d’un jeune, par exemple, qui serait également suivi au privé. Il y a donc des ajustements à apporter pour que cette profession originalement québécoise puisse s’exercer dans les meilleures conditions possibles, et ce, au même titre que les autres professions au Québec», a déclaré le député Saint-Jean, Dave Turcotte.

«On nous a sensibilisés aux enjeux du tourisme dans la région et, plus particulièrement, dans la vallée du Richelieu. Le tourisme étant l’une des industries connaissant le plus fort taux de croissance, il importe de miser sur les atouts indéniables dont jouit notre région, afin de la mettre en valeur et de la rendre toujours plus intéressante pour les touristes et ‘‘excursionnistes’’ qui gagnent à venir la découvrir. Le caucus du Parti Québécois de la Montérégie est et demeurera un allié pour les différents intervenants qui s’emploient à développer l’offre touristique de la région», d’ajouter l’hôte de la rencontre et candidat du Parti Québécois dans Borduas, Cédric Gagnon-Ducharme.

«Nous avons également discuté des enjeux auxquels sont confrontés les médias régionaux. Dans une démocratie comme la nôtre, il importe que l’État assure la diversité des sources d’information. C’est une question qui retiendra notre attention au cours des prochaines semaines et des prochains mois. Parlant de démocratie, les citoyennes et citoyens seront appelés aux urnes le 1er octobre prochain. Le premier ministre a choisi de plonger le Québec en campagne électorale une semaine plus tôt. Eh bien soit! Nous sommes prêts à faire la démonstration que l’équipe qui offre les meilleures propositions pour notre région, encore une fois, est celle du Parti Québécois», a conclu le député de Verchères et président du caucus des députés de l’opposition officielle en Montérégie, monsieur Stéphane Bergeron.

«Le Parti Québécois reconnait l’importance des logements sociaux. Ils offrent à des personnes défavorisées physiquement, socialement ou économiquement des conditions stables et décentes de logement. Il faut aussi davantage d’intervenants en soutien pour assurer un accompagnement continu. Plus spécifiquement, au chapitre de la santé, les logements sociaux et communautaires favorisent le maintien à domicile et sont prévus dans le Plan santé du Parti Québécois, notamment pour les personnes à mobilité réduite ou avec une maladie dégénérative comme la sclérose en plaques ou le Parkinson, pour les personnes avec un problème de santé mentale et pour les aînés. Le logement communautaire est une force pour un Québec assurant la dignité pour tous», a déclaré Diane Lamarre, députée de Taillon.

Rappelons que le caucus des députés du Parti Québécois en Montérégie est composé de mesdames Catherine Fournier et Diane Lamarre, respectivement députées de Marie-Victorin et Taillon, de même que messieurs, Stéphane Bergeron, Sylvain Rochon, Alain Therrien et Dave Turcotte, députés de Verchères, Richelieu, Sanguinet et Saint-Jean à l’Assemblée nationale du Québec. En font également partie, mesdames Suzanne Gagnon, Huguette Hébert et Cathy Lepage candidates dans les circonscriptions de La Pinière, Hunthingdon et La Prairie, de même que messieurs Daniel Breton, Nicolas Dionne, Cédric Gagnon-Ducharme, Daniel Michelin et Christian Picard, candidats dans Saint-Hyacinthe, Iberville, Borduas, Montarville et Chambly.

Stéphane Bergeron estime que le déclenchement anticipé des élections est un détournement de la loi sur les élections à date fixe

Le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a vivement dénoncé l’annonce du déclenchement hâtif de la campagne électorale devant mener au scrutin du 1er octobre prochain. Cette décision du premier ministre Couillard constitue, à ses yeux, un détournement pur et simple de l’esprit de la Loi sur les élections à date fixe.

«Certes, la Loi permet au premier ministre de faire en sorte que la campagne électorale dure 39 jours au lieu de 33, mais rien, à l’heure actuelle, ne justifie objectivement le devancement de son déclenchement. Conséquemment, tout indique que ce sont des motivations purement et bassement partisanes qui expliquent cette étonnante décision qui se traduira, en outre, par des coûts plus importants pour le Trésor public. Or, l’esprit ayant mené à l’adoption, sous le gouvernement de Pauline Marois, de la Loi sur les élections à date fixe était justement d’éviter que le premier ministre puisse continuer de jouir d’un avantage stratégique indu par rapport aux autres formations politiques et que toutes se présentent en même temps sur le fil de départ. En déclenchant les élections près d’une semaine plus tôt, le premier ministre — et il ne s’en cachait même pas! — souhaitait simplement prendre les autres formations politiques — particulièrement la CAQ — à contre-pied, ce qui contrevient carrément à l’esprit ayant présidé à l’adoption de la Loi sur les élections à date fixe», de déplorer monsieur Bergeron.

«Une décision aussi discutable est de nature à entretenir le cynisme des citoyennes et citoyens à l’égard de la politique, ce qui est également une conséquence malheureuse de l’opportunisme dont fait preuve le premier ministre. L’un des rares inconvénients découlant de la Loi sur les élections à date fixe est la longue période de pré-campagne électorale qui s’est subrepticement imposée depuis plusieurs semaines. Fallait-il, en plus, qu’on prolonge d’une semaine, en plein été, la campagne électorale elle-même! Nous avons pris soin, pendant la pré-campagne, de nous inscrire dans cet esprit festif et convivial qui caractérise habituellement la saison estivale, qui, cette année, s’est d’ailleurs révélée particulièrement agréable. Et voilà que le premier ministre nous précipite de façon prématurée dans la campagne elle-même...»

«N’a-t-il donc rien appris de l’expérience de 2014? Nous, si! Nous devrons bien sûr nous soumettre à sa décision arbitraire, mais s’il souhaitait nous prendre de vitesse il aura lamentablement raté sa cible, parce que, d’une part, nous étions déjà fin prêts depuis un certain temps et que, d’autre part, c’était devenu un secret de polichinelle pour tout le monde, à telle enseigne qu’on se demande bien quel avantage il peut encore voir au fait de déclencher l’élection si tôt... Un autre premier ministre libéral, Jean Charest, avait tenté de prendre tout le monde par surprise, en 2012, en déclenchant lui aussi une campagne électorale estivale. La surprise n’a pas été celle qu’il espérait, puisque c’est plutôt le Parti Québécois qui avait remporté l’élection. Nous avons bien l’intention, cette fois encore, de causer toute une surprise, le 1er octobre prochain!», de conclure Stéphane Bergeron.

Lyse Jussaume expose au bureau de circonscription de Stéphane Bergeron

De nombreuses œuvres de l’artiste-peintre Lyse Jussaume ornent déjà les murs et continueront d’enjoliver les espaces communs du bureau de circonscription du député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, jusqu’au 8 novembre prochain.

La nature revêt une très grande importance dans la vie de Lyse Jussaume, elle qui a grandi sur les bords du majestueux fleuve Saint-Laurent, au point d’en être la principale inspiration. Elle affectionne particulièrement l’acrylique et a fréquemment recours à des techniques mixtes. Et pourtant, alors qu’elle dessinait et expérimentait des faux finis de toutes sortes durant sa jeunesse, elle rêvait de peindre sur toile. Après avoir touché à plusieurs modes d’expression, dont l’huile sur toile, l’acrylique et les techniques mixtes ont fait irruption dans sa vie à la suite d’un cheminement exploratoire. Ce fut une véritable révélation! Elle met alors à contribution tout son savoir, réalisant que ses expérimentations antérieures la servent bien. Les lignes pures et stylisées, de même que les bas-reliefs avec des textures douces faisant néanmoins forte impression, caractérisent désormais ses œuvres.

De son propre aveu, sa démarche vise l’atteinte de la symbiose parfaite entre son art et sa vision créatrice. Il s’agit donc d’une démarche artistique qui est sans cesse évolutive. Lyse Jussaume confie qu’elle cherche, en quelque sorte, à se prolonger à travers son art, puisqu’elle laisse une partie d’elle-même dans chacune de ses œuvres.

«Nous sommes très heureux que notre quotidien, au travail, soit égayé par les œuvres d’une artiste de la trempe de Lyse Jussaume. Celles-ci sauront surprendre les visiteurs par leur caractère éclectique et c’est tant mieux, car c’est exactement ce qu’elle souhaite! Je ne doute pas que les gens seront nombreux à venir admirer une partie de sa prolifique production, qu’elle a généreusement accepté de nous confier pendant quelques semaines», de déclarer Stéphane Bergeron.

Signalons que le bureau du député de Verchères est situé au 1625 boulevard Lionel-Boulet, local 103, à Varennes. Ne tardez pas à venir admirer cette magnifique exposition!

Le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée, de passage dans la circonscription de Verchères

Accompagné du député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, le chef du Parti Québécois, monsieur Jean-François Lisée, était de passage dans la circonscription, le 5 juillet dernier. Il s’est d’abord arrêté à l’hôtel de Ville de Contrecœur où la mairesse, madame Maud Allaire, lui a présenté les différents projets de développement économique qui sont présentement en cours de mise en œuvre (agrandissement du terminal du Port de Montréal, pôle logistique de transport et zone industrialo-portuaire) et qui donneront lieu à des retombées importantes pour la région, certes, mais aussi pour le Québec tout entier. Il a par la suite visité les installations de Logistec au terminal maritime, puis, en présence de plusieurs maires et élus municipaux, l'usine de biométhanisation de la SEMECS, située à Varennes, qui permet de valoriser les déchets organiques des MRC de Marguerite-d’Youville, de la Vallée-du-Richelieu et de Rouville. Monsieur Lisée s’est dit très impressionné par le dynamisme, de même que l’esprit d’innovation et de concertation qu’il a perçus à travers les différentes présentations et visites. Il y a, selon lui, des leçons à tirer de ces expériences, dont les enseignements peuvent assurément servir d’inspiration un peu partout à travers le Québec.

La conférence de Jean-Martin Aussant sur l'indépendance du 21 juin dernier fait salle comble

Près de 200 personnes, au nombre desquelles on retrouvait le député bloquiste Xavier Barsalou-Duval, la conseillère municipale de Verchères Carole Boisvert, le commissaire scolaire Ronald Tremblay et le candidat péquiste dans Borduas Cédric Gagnon-Ducharme, s’étaient massées pour entendre la conférence qu’a prononcée l’économiste Jean-Martin Aussant à l’invitation de l’Association du Parti Québécois de Verchères, le 21 juin dernier. Intitulée «Remettre le Québec au Monde», cette captivante conférence portait sur l’absolue nécessité, pour le Québec, d’accéder à son indépendance, mais déboulonnant, par ailleurs, chacun des mythes destinés à miner ce noble objectif auquel sont parvenues près de 200 nations à travers le monde, que poursuivent encore de nombreuses autres et qui apparaît donc toujours d’une criante modernité.

C’est ainsi qu’avec l’aplomb qu’on lui connaît, il a notamment taillé en pièces l’argument selon lequel le Québec serait dépendant de la péréquation (qu’il appelle la «pire équation»). «C’est comme si un individu voulant s’acheter pour 50$ de musique pour son iPod se voyait offrir 5$ de plus pour ce faire. Ce qu’on ne lui dit pas, c’est qu’il obtiendrait effectivement pour 55$ de musique au lieu de 50$, mais pas nécessairement pour des pièces qu’il aime. En outre, il apprendra que 10$ auront servi pour des frais d’administration! En bout de piste, il se retrouvera avec 45$ de musique qu’il n’aime pas nécessairement... Un marché de dupes, voilà ce qu’est la péréquation; pas de quoi justifier qu’une nation remette son sort entre les mains d’une autre, bien au contraire», déclarait monsieur Aussant.

Député de Nicolet-Yamaska sous la bannière du Parti Québécois, de 2008 à 2011, ses convictions souverainistes l’amènent à fonder Option Nationale, puis, après un «exil» de deux ans à Londres, il rentre au Québec pour assister aux obsèques de son mentor et ami, le regretté Premier ministre Jacques Parizeau, et devient par la suite directeur général du Chantier de l’Économie sociale du Québec. Depuis son retour au Parti Québécois, il est conseiller auprès de Jean-François Lisée et Véronique Hivon, avec le mandat d’articuler le projet d’indépendance et d’en faire la promotion. Le 15 avril dernier, il devient candidat du Parti Québécois dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles, après avoir reçu l’appui de près des deux tiers des membres ayant pris part à l’assemblée d’investiture.

«Qui a dit que la souveraineté n’intéresse plus personne! On le voit bien; il y a toujours un vif intérêt pour le sujet et il suffit qu’on en parle pour que les gens soient en mode écoute. Plusieurs prétendent que le Parti Québécois, par son engagement à ne pas tenir de référendum dans un premier mandat, aurait tourné le dos à son objectif fondamental. Rien n’est plus faux! L’austérité libérale, que la CAQ se propose de poursuivre avec encore plus de détermination, aura mis à mal l’efficacité de nos services publics, affectant sérieusement la confiance des Québécoises et Québécois en leur État national, que nous avons pourtant mis des décennies à construire pour assurer notre développement, notre prospérité et notre mieux-être collectif. Il faut d’abord redonner au Québec un État digne de ce nom, dont les Québécoises et Québécois seront à nouveau fiers, au point d’envisager la possibilité de le voir prendre la place qui lui revient parmi tous les États de la planète. Il à nouveau temps de voir grand pour notre peuple!», de déclarer le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron.

«Cette conférence complétait bien le dépliant ‘‘Ensemble pour faire du Québec un pays’’, que nous avons fait parvenir dans tous les foyers de la circonscription, il y a quelques jours. Seul le Parti Québécois peut amorcer, à compter du 1er octobre prochain, le processus devant conduire à l’indépendance. Il importe donc que les souverainistes et progressistes se rassemblent autour de lui, afin d’éviter la réélection d’un gouvernement fédéraliste de droite à Québec», d’ajouter la présidente de l’Association du Parti Québécois de Verchères, madame Diane Duplin.

Pour celles et ceux qui ont manqué ce rendez-vous et qui s’en mordent les doigts, les jeunes du Parti Québécois de Verchères ont préparé un montage permettant d’avoir une idée de l’enthousiasme qui y régnait et contenant un lien vers une capsule de cette conférence: https://www.facebook.com/pqvercheres/videos/2029916647049643/.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top