Stéphane Bergeron estime que le gouvernement fédéral doit rembourser intégralement le Québec pour les coûts entourant la sécurité du G7

C’est dans le cadre d’une question posée au ministre de la Sécurité publique à l’Assemblée nationale, le 30 mai dernier, que le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, en complément de celles posées par sa collègue de Taschereau et porte-parole de l’opposition officielle responsable de la région de la Capitale-Nationale, madame Agnès Maltais, lui a demandé d’exiger du gouvernement fédéral qu’il assume la totalité des coûts entourant les mesures de sécurité qui doivent être déployées pour un événement international d’une telle envergure.

«À une semaine de la tenue du G7, on ne sait toujours pas qui va assumer la totalité des coûts pour les mesures de sécurité. Le gouvernement fédéral a indiqué qu’il allait rembourser un maximum de 71 millions de dollars. 71 millions de dollars... Où est-ce qu’il a pris ce montant? Dans une boîte de Cracker Jack? Lors du dernier G7, en Ontario, le coût avait atteint 156 millions de dollars. Le gouvernement exigera-t-il un remboursement complet des mesures de sécurité qui auront été engagées par le Québec?», s’est interrogé Stéphane Bergeron.

Les œuvres de Jean-Louis Mireault exposées au bureau de circonscription de Stéphane Bergeron

De nombreuses œuvres du réputé peintre sur soie Jean-Louis Mireault orneront les murs et enjoliveront les espaces communs du bureau de circonscription du député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, et ce, jusqu’au 9 août prochain.

Depuis maintenant 40 ans, Jean-Louis Mireault ne cesse de peaufiner la technique de peinture sur soie qu’il affectionne et qu’il a largement contribué à faire connaître mondialement. Au fil de son cheminement artistique, il a notamment perfectionné le serti à la gutta noire, un trait distinctif de son style si particulier. C’est ainsi qu’il explore sans cesse de nouveaux procédés sur soie, qui l’amènent à de nouvelles créations inédites, tout en modulant ses sujets au gré de ses expériences personnelles.

Selon lui, la peinture sur soie gagne à être encore davantage connue. «Je considère la technique de peinture sur soie comme une forme noble d’art. J’ai choisi la soie, car cette matière reflète avec brillance la palette joyeuse qui me caractérise. Depuis l’an 2000, je produis également des vêtements en soie, des pièces uniques qui enrichissent ma production artistique. En outre, je donne des cours et des conférences sur la soie et la technique de peinture sur soie, en plus de faire des démonstrations de peinture sur soie», précise monsieur Mireault.

Depuis le début de sa carrière, ce lauréat du prestigieux Prix France-Québec 2007 en métiers d’art a participé à de nombreux événements au Québec comme en Europe, notamment au Festival de peinture sur soie de la Société Aubijoux au Chambon-sur-Lignon, de même qu’à Brunoy et à Guidel en Bretagne. Il s’est vu décerner plusieurs médailles et distinctions, entre autres, du Cercle des artistes et sculpteurs du Québec et dans des concours internationaux. Il est l’un des 12 peintres sur soie à avoir reçu le titre honorifique de «Master Silk Painter», décerné par la Silk Painters International. Ces nombreuses reconnaissances témoignent du fait que sa réputation déborde largement les frontières du Québec.

«Nous sommes très honorés qu’il ait accepté d’exposer au bureau de circonscription. Jean-Louis Mireault est l’une des plus grandes fiertés de Verchères et je ne doute pas que les gens seront nombreux à vouloir venir admirer ce petit échantillon de son immense talent et de sa prolifique production qu’il a si gentiment accepté de nous confier. Et nous, qui travaillons dans ces murs, ne serons assurément pas perdants au change, puisque ses toiles colorées et si évocatrices égaieront notre quotidien pendant quelques mois», de déclarer Stéphane Bergeron.

Signalons que le bureau du député de Verchères est situé au 1625 boulevard Lionel-Boulet, local 103, à Varennes, et qu’il sera fermé pendant la période des vacances de la construction, soit du 23 juillet au 3 août inclusivement. Ne perdez donc pas de temps pour venir admirer cette magnifique exposition!

Stéphane Bergeron réclame la mise en place immédiate de mesures pour contrer l'augmentation de drones au-dessus des centres de détention du Québec

C’est dans le cadre d’une question posée au ministre de la Sécurité publique à l’Assemblée nationale, le 15 mai dernier, que le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique, monsieur Stéphane Bergeron, a dénoncé l’augmentation débridée du nombre de drones détectés au-dessus des établissements de détention du Québec et réclamé la mise en place immédiate de mesures visant à contrer le phénomène. «Depuis l’arrivée en poste de l’actuel gouvernement libéral, le nombre de drones au-dessus des établissements de détention du Québec a bondi de 4 500% en quatre ans, ce qui y a favorisé la prolifération du marché noir, où cellulaires, tabac et stupéfiants, entre autres, sont revendus chaque jour», de déclarer monsieur Bergeron.

«Le milieu carcéral, qui devrait normalement contribuer à la réhabilitation des détenus, permet, au contraire, la poursuite de leurs activités criminelles derrière les barreaux. Pour les auteurs de petits larcins, qui, en vertu du régime des peines minimales imposées par le gouvernement fédéral, sont désormais incarcérés, ils se retrouvent littéralement à l’école du crime dans les murs de nos établissements de détention! Pendant que le crime organisé s’adapte, le gouvernement dort au gaz. Ça fait un an et demi que le ministère nous dit que son analyse de la situation est terminée... Les solutions existent, la seule chose qui manque, c’est la volonté politique», de s’indigner le député de Verchères.

«Comment le ministre explique-t-il une telle détérioration de la situation, sans que des solutions concrètes n’aient été apportées? Ça fait des mois que ça brette! On nous parle de solutions technologiques... À l’établissement de détention de Montréal, le problème est simple: des livraisons s’effectuent directement aux fenêtres des détenus! Les agents correctionnels ne cessent de répéter qu’il faut bloquer les fenêtres ou y installer des détecteurs. Or, rien n’a encore été fait et les livraisons à domicile par drones se poursuivent! Qu’est-ce qu’on attend pour bouger?», de s’interroger monsieur Bergeron.

«Toujours à l’établissement de détention de Montréal, est-il besoin de rappeler qu’une agente correctionnelle a dû être transportée à l’hôpital, après qu’elle ait ouvert un colis transporté par un drone. L’inaction du gouvernement met en péril la sécurité du personnel. On ne sait pas ce que peuvent contenir ces drones. Le gouvernement doit cesser de se traîner les pieds et agir!», de conclure Stéphane Bergeron.

Les familles de la région au cœur des préoccupations des députés du Parti Québécois de la Montérégie

Toujours en mode écoute et dialogue, mais aussi proposition et action, le caucus des députés du Parti Québécois de la Montérégie a une nouvelle fois réitéré, alors qu’il se réunissait dans la circonscription de Vachon, le 7 mai dernier, l’importance que revêtent les familles pour l’avenir du Québec et qui sont donc au centre de son attention en prévision du scrutin du 1er octobre prochain, qui permettra qu’elles redeviennent une priorité pour l’État québécois, qui les a lamentablement négligées au cours des quatre dernières années. Cette rencontre, qui aura donné lieu à des échanges fructueux avec des organisations qui oeuvrent directement auprès des familles, aura permis aux députés du Parti Québécois de la région de mieux cerner la complexité des problématiques et enjeux avec lesquels celles-ci doivent composer.

«Il aura été question de tout ce qui touche le soutien et l’accompagnement aux personnes qui sont en perte d’autonomie, mais aussi auprès de celles qui, au quotidien, agissent comme proches aidants auprès d’elles et qui ont également besoin de support. Dans ce même esprit, nous n’avons pas manqué d’aborder la question du nécessaire rehaussement du financement des organismes qui oeuvrent auprès des familles, afin de leur donner les moyens de mener à bien leur indispensable mission, et ce, pour le bénéfice de celles-ci. Nous avons aussi discuté des problématiques de transport, étant conscients du fait que, lorsque les gens sont coincés dans la circulation, ils ne sont pas à la maison; ils disposent donc de moins de temps pour partager le repas en famille, s’amuser avec les enfants, les accompagner pendant qu’ils font leurs devoirs et leur donner le bain. Il va sans dire que nous avons également échangé à propos de la préoccupante régression, sous le gouvernement Couillard, du réseau des services de garde éducatifs à contribution réduite et des moyens de lui redonner un nouvel élan, et ce, dans le but de donner à nouveau un peu d’air aux familles, particulièrement celles de la région», a déclaré le président du caucus régional des députés du Parti Québécois de la Montérégie et député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron.

«Les organismes communautaires de la Montérégie et du Québec ont besoin d'aide afin de soutenir notre monde. Ce matin, à Saint-Hubert, des organismes sont venus nous dire à quel point l'austérité libérale a fait mal. Seul le Parti Québécois souhaite mettre fin à l'austérité et investir massivement — 200 millions de dollars à terme — pour soutenir la mission des organismes d'action communautaire autonome et reconnaître leur apport exceptionnel au développement social et économique», de signaler le député de Saint-Jean, monsieur Dave Turcotte.

«Alors que, seulement dans la circonscription de Taillon, on compte déjà quelque 24 000 proches aidants, femmes et hommes, on apprend la fin prochaine, en 2021-2022 du programme L'APPUI qui soutient précisément ce groupe de personnes. Le caucus de la Montérégie demande ce que le gouvernement libéral prévoit faire pour assurer répit et reconnaissance à ces personnes», d’ajouter la députée de Taillon, madame Diane Lamarre.

«Le plan santé du Parti Québécois, a-t-elle poursuivi, prévoit un investissement massif et urgent en soutien à domicile en plus d'assurer un répit indispensable à ces proches aidants. Un soutien fiable, organisé et bien déployé s'impose pour ces personnes essentielles à la santé et à la sécurité de nos aînés, des personnes vulnérables, de leurs familles et de toute notre communauté.»

«Les réseaux de transport, dont le Réseau de transport de Longueuil (RTL), martellent qu’il sera difficile d’utiliser les axes routiers pour le rabattement des autobus. Il est donc urgent d’élargir l'autoroute 30 et de construire la voie réservée pour le transport collectif. Les familles de la Rive-Sud méritent d’avoir de meilleurs services de transports collectifs au lieu de passer des heures dans leurs véhicules. Il est donc important de mettre en oeuvre Le Grand Déblocage, que nous avons présenté en mars dernier. Il s’agit d’un projet ambitieux visant à améliorer de façon drastique la mobilité durable pour l’ensemble du Grand Montréal, non seulement dans les déplacements vers Montréal, mais aussi sur l’axe Est-Ouest. Il faut rappeler que, pour la Rive-Sud, en proposant un tram-train sur l’axe Taschereau, entre la gare de train Sainte-Catherine dans le Roussillon et le cégep Édouard-Montpetit à Longueuil, on améliorera grandement la fluidité de la circulation. C’est une préoccupation que nous partageons, notamment avec le RTL, de même que l’objectif visant à dégager le carrefour DIX30 et la congestion sur le réseau routier supérieur», de préciser le député de Sanguinet, monsieur Alain Therrien.

«Nous savons combien la direction des Centres de la petite enfance (CPE) et les parents administrateurs sont dévoués à l'amélioration constante de leurs services de garde éducatifs et souhaitent ajouter de nouvelles installations pour rapprocher les services du lieu de résidence des familles. Au lieu de les accompagner dans leurs démarches, le ministère de la Famille leur met continuellement des bâtons dans les roues. De nombreux projets dans plusieurs circonscriptions ont souffert de ces manoeuvres tatillonnes. Devant l'accumulation d'obstacles administratifs injustifiés et d’innombrables tergiversations, certains ont même dû être abandonnés. Ça va changer avec un gouvernement du Parti Québécois!», de poursuivre Sylvain Rochon.

«Alors que les enjeux du décrochage scolaire font la manchette, il est primordial d'assurer par tous les moyens la pérennité du réseau des CPE, qui établit des bases solides, et ce dès la petite enfance, pour la persévérance scolaire», de renchérir Catherine Fournier.

«Le Parti Québécois, notamment avec la mise en place du réseau des services de garde éducatifs à contribution réduite, ainsi que du régime de congés parentaux, a fait en sorte que le Québec soit qualifié de ‘‘paradis des familles’’, paradis qui a été sérieusement mis à mal ces quatre dernières années. Nous avons de nombreuses propositions à soumettre aux Québécoises et Québécois, afin qu’à compter du 1er octobre prochain, le Québec redevienne le ‘‘paradis des familles’’. Il n’en tient qu’à nous de faire en sorte que cela puisse se concrétiser», de conclure Stéphane Bergeron.

Rappelons que le caucus des députés du Parti Québécois en Montérégie est composé de mesdames Catherine Fournier et Diane Lamarre, respectivement députées de Marie-Victorin et Taillon, de même que messieurs, Stéphane Bergeron, Guy Leclair, Sylvain Rochon, Alain Therrien et Dave Turcotte, députés de Verchères, Beauharnois, Richelieu, Sanguinet et Saint-Jean à l’Assemblée nationale du Québec. S’y sont ajoutés, madame Cathy Lepage, candidate dans La Prairie, de même que messieurs Nicolas Dionne et Christian Picard, candidats dans Iberville et Chambly.

Le temps supplémentaire obligatoire imposé aux infirmières est devenu la norme sur le territoire de Pierre-Boucher

C’est dans le cadre d’une question posée au ministre de la Santé à l’Assemblée nationale, le 3 mai dernier, que le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, en complément de celles posées par ses collègues de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé et d’accès aux soins, madame Diane Lamarre, et de Richelieu, monsieur Sylvain Rochon, lui a demandé d’expliquer ce qui pouvait expliquer l’augmentation de presque 10%, en 2017-2018, des heures supplémentaires obligatoires du personnel infirmier au Centre de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie Est.

«Seulement dans le secteur Pierre-Boucher, qui s’étend de Longueuil à Contrecœur, le temps supplémentaire obligatoire a été imposé à 55 reprises aux infirmières ! Ce n’est plus une mesure exceptionnelle; on impose maintenant ça aux infirmières comme si c’était la normalité des choses... Comment le ministre de la Santé peut-il justifier qu’il y ait eu 117 cas de temps supplémentaire obligatoire en à peine un mois en Montérégie-Est?», s’est interrogé Stéphane Bergeron.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top