Sur proposition de Stéphane Bergeron, l'Assemblée nationale demande au gouvernement de rectifier les propos offensants pour le Québec publiés dans le Washington Post

Le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations internationales, de Francophonie et de francophonie d’Amérique, monsieur Stéphane Bergeron, a présenté une motion, le 8 février dernier, qui fut unanimement adoptée et qui demande au gouvernement du Québec de rectifier les propos outrageux récemment tenus par un chroniqueur de Vancouver à l’encontre du peuple québécois dans les pages du Washington Post.

Cette motion se lit comme suit: «Que l'Assemblée nationale demande au gouvernement du Québec de rectifier les propos tenus à l'encontre du peuple québécois par un chroniqueur de Vancouver dans le Washington Post le 1er février 2017 et qu'elle appuie toute démarche du gouvernement du Québec visant à défendre la réputation du Québec sur la scène internationale».

«Il était impensable, pour moi, de rester les deux bras croisés devant ce qui constitue une attaque sans fondement contre le peuple québécois. Prétendre gratuitement que l’histoire du Québec aurait toujours laissé poindre des relents de racisme et qu’elle serait propice à la production de désaxés enclins à commettre des massacres est une distorsion éhontée de la réalité québécoise qui mérite une rectification immédiate et énergique. Le Québec a toujours été, est et sera toujours une terre d’accueil. Affirmer le contraire relève d’une méconnaissance crasse des faits et d’une mauvaise foi à peine voilée. Je suis fier que l’ensemble de la députation québécoise ait appuyé cette motion et déplore du même souffle la décision de quelques députés fédéraux, notamment du Québec, qui ont refusé leur consentement à ce qu’une motion analogue présentée par le Bloc Québécois puisse être débattue et adoptée par la Chambre des communes... J’espère que la volonté clairement exprimée par les députés de l’Assemblée nationale saura permettre qu’on se fasse, chez nos voisins du sud, une opinion du Québec qui soit basée sur des informations crédibles et équilibrées», a déclaré Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron souligne le 20e anniversaire de la filiale 266 Pierre-Boucher de la Légion royale canadienne

C'est dans le cadre d'une déclaration prononcée à l'Assemblée nationale, le 8 février dernier, que le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a souligné le 20e anniversaire de la filiale 266 Pierre-Boucher de la Légion royale canadienne.

«Depuis déjà 20 ans, la filiale 266 Pierre-Boucher de la Légion royale canadienne veille au maintien et à l'amélioration des conditions de vie des vétérans de la région et de leur famille. En mettant à leur disposition un large éventail de services, elle leur permet de bénéficier de tous les égards et avantages auxquels ils ont droit, tout en leur offrant des occasions de se rassembler et d'échanger, de telle sorte qu'ils continuent d'influer positivement sur le cours des choses dans la communauté», a d’entrée de jeu déclaré monsieur Bergeron.

«La paix, la liberté et la sécurité étant des grâces dont nous jouissons et dont nous leur sommes en grande partie redevables, j'aimerais profiter de l'occasion qui m'est offerte aujourd'hui pour exprimer ma profonde gratitude à tous les anciens combattants, ainsi qu'à toutes les personnes qui, depuis deux décennies, se sont engagées au sein de cette admirable organisation, afin d'entretenir le souvenir des remarquables accomplissements de leurs valeureux camarades, de les soutenir et de les accompagner après leurs années de services exemplaires. Félicitations, donc, bon 20e anniversaire et longue vie à la filiale 266 Pierre-Boucher de la Légion royale canadienne, ainsi qu'à ses membres!», de conclure Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron souligne la remise des insignes de Grand Officier de la Légion d'honneur française à madame Louise Beaudoin.

C'est dans le cadre d'une déclaration prononcée à l'Assemblée nationale, le 7 février dernier, que le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matières de relations internationales et de Francophonie, monsieur Stéphane Bergeron, a souligné la remise des insignes de Grand Officier de la Légion d'honneur française à madame Louise Beaudoin.

«C’est hier que madame Louise Beaudoin a reçu des mains du président de la République française, monsieur François Hollande, les insignes de Grand Officier de la Légion d’honneur, un exceptionnel témoignage de considération pour un parcours qui ne l’est pas moins. Instituée en 1802 par Napoléon Bonaparte, la Légion d’honneur est la plus haute décoration honorifique française. Elle vise à récompenser les personnes ayant fait preuve de mérites éminents au service de la nation», a d’entrée de jeu déclaré monsieur Bergeron.

«Peu de gens peuvent prétendre avoir une connaissance et une compréhension aussi fines que celles de Louise Beaudoin par rapport aux cultures québécoise et française, et de ce qui les unit. La profondeur et la durabilité des liens qu’elle a patiemment tissés de part et d’autre de l’Atlantique, au fil des ans, n’ont d’égal que l’ardeur et le tact avec lesquels elle les a mis à profit pour renforcer la relation directe et privilégiée entre la France et le Québec, que ce soit à titre de déléguée générale du Québec à Paris ou de ministre des Relations internationales. Grâce à Louise Beaudoin, le Québec et la France ont souvent fait cause commune, notamment pour l’adoption, par l’UNESCO, de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Qu’il me soit donc permis de féliciter chaleureusement Louise Beaudoin pour cet honneur bien mérité, qui rejaillit sur tout le Québec!», de conclure Stéphane Bergeron.

Médecine en Outaouais; une formation totalement en français doit être assurée

L’annonce, l’automne dernier, de l’établissement d’une faculté de médecine en Outaouais suscite beaucoup d’espoir et d’enthousiasme dans la région, certes, mais il faut s’assurer que l’entièreté de la formation soit offerte en français. C’est l’appel qu’ont lancé Jean-François Lisée, chef de l’opposition officielle et porte-parole du Parti Québécois en matière de langue française, et Stéphane Bergeron, député de Verchères et responsable de la région de l’Outaouais.

« Au Québec, c’est non négociable : la langue commune et officielle, c’est le français. Nous demandons au gouvernement de se montrer ferme, de faire en sorte que le droit des étudiantes et des étudiants de l’Outaouais de recevoir une formation intégralement en français soit respecté », a déclaré le chef de l’opposition officielle.

« L’arrivée d’une faculté de médecine en Outaouais doit être une occasion pour la région et sa population de voir les disparités en santé diminuer. Nous devons lutter contre l’exode des professionnels et des patients vers l’Ontario, et non y contribuer directement ou indirectement! Puisque le début des cours n’est prévu qu’en 2020, l’Université McGill dispose de suffisamment de temps pour s’adapter; elle a en outre toutes les ressources nécessaires pour offrir un enseignement 100 % en français, et ce, dès la première année », a renchéri Stéphane Bergeron.

Afin d’appuyer McGill, le Parti Québécois propose d’associer l’Université du Québec en Outaouais (UQO) à la démarche. « Ceci permettrait de développer dans la région une expertise et, éventuellement, des formations connexes, en plus de fournir aux étudiants un environnement favorable à leur apprentissage », a poursuivi le député de Verchères.

« Il serait cruellement ironique, voire parfaitement inacceptable, que les étudiants de l’Outaouais puissent suivre une formation en médecine en français à Ottawa, mais pas à Gatineau. Le gouvernement doit prendre un engagement ferme à cet égard, et confirmer qu’il favorisera la collaboration de l’UQO », a conclu Jean-François Lisée.

Nouveau défi pour le député de Verchères; Stéphane Bergeron élu à la présidence du caucus des députés du Parti Québécois de la Montérégie

C’est lors du caucus présessionnel du Parti Québécois, qui se tenait à Montréal les 31 janvier et 1er février derniers, en vue de la rentrée parlementaire de la semaine suivante, que le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a été élu sans opposition par ses collègues à la présidence du caucus des députés du Parti Québécois de la Montérégie.

«C’est un grand honneur pour moi que d’avoir été choisi par mes pairs pour occuper une fonction qui revêt une grande importance au sein de notre formation politique. Il s'agit d'un forum, où élues et élus du Parti Québécois de la Montérégie se rassemblent régulièrement pour discuter des enjeux propres à notre région et développer des propositions à l'intention de nos concitoyennes et concitoyens. Cette instance, en plus d'alimenter le Parti et son aile parlementaire sur les réalités vécues par les gens de notre région, permet également de faire rayonner auprès d'eux notre formation politique, ses élus et propositions. Je tiens à remercier chaleureusement mes collègues pour la confiance qu'ils m'ont ainsi témoignée. Je compte présider nos travaux de façon consciencieuse et collégiale, afin de contribuer à faire en sorte que notre caucus soit toujours plus présent, dynamique et efficace», de déclarer le nouveau président du caucus régional des députés du Parti Québécois de la Montérégie.

«Pour ce faire, je m’inspirerai bien évidemment du travail colossal abattu et des façons de faire développées par mon prédécesseur, le député de Saint-Jean, monsieur Dave Turcotte, reconnu pour sa redoutable efficacité et que je tiens à remercier de tout coeur pour avoir présidé avec brio notre caucus régional au cours des trois dernières années. Son expérience, à titre d'ex-président régional du Parti Québécois de la Montérégie et d'organisateur émérite, aura été des plus utiles pour assurer la coordination de notre action dans la région. J'en profite pour saluer également le travail dévoué des membres de son équipe et pour leur exprimer toute notre gratitude. Nous leur devons largement d'avoir assuré la vitalité de notre formation politique sur le vaste territoire de notre région. Mon équipe et moi-même sommes prêts à prendre la relève et je sais que je pourrai compter sur l'étroite collaboration de Dave et de l'ensemble des collègues de la Montérégie pour mener à bien les dossiers de notre belle région», a conclu Stéphane Bergeron.

Rappelons que le caucus des députés du Parti Québécois est composé, outre monsieur Bergeron, des député(e)s de Beauharnois, Guy Leclair; de Marie-Victorin, Catherine Fournier; de Richelieu, Sylvain Rochon; de Saint-Jean, Dave Turcotte; de Sanguinet, Alain Therrien; de Taillon, Diane Lamarre; et de Vachon, Martine Ouellet.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top