Tournée Priorité PME; Alain Therrien et Stéphane Bergeron en Outaouais à la rencontre du milieu entrepreneurial

C'est dans le cadre de l’initiative Priorité PME que le député de Sanguinet, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie, PME-entrepreneuriat, Revenu Québec et allègement règlementaire, mais également responsable de l'initiative Priorité PME, monsieur Alain Therrien, ainsi que le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle responsable de la région de l’Outaouais, monsieur Stéphane Bergeron, étaient à Papineauville et à Gatineau pour la tournée de cette initiative mise de l'avant par le chef du Parti Québécois, monsieur Jean-François Lisée.

«Des observations fort intéressantes sont ressorties de nos discussions avec les gens de la Municipalité régionale de comté (MRC) et le Centre local d’emploi (CLD) de Papineau, la Coopérative de développement régional Outaouais-Laurentides (CDROL), ainsi que des entrepreneurs associés à cette organisation. Nous avons également eu l’occasion de nous entretenir avec la direction générale et divers membres de la Chambre de commerce de Gatineau et d’Option Femmes Emploi», a d’entrée de jeu déclaré monsieur Therrien.

«L'Outaouais se distingue par de nombreuses particularités, notamment son caractère frontalier. Afin de soutenir adéquatement l'entrepreneuriat et la diversification économique de la région, le gouvernement du Québec doit tenir compte de ces particularités. Il lui faut notamment apporter son support à l’élaboration d’une stratégie visant le renouvellement de l’industrie forestière et le développement de nouveaux marchés. Pour ce faire, il est indispensable de reconnaître les particularités de la forêt dans cette région. Il faut par ailleurs assurer un financement équitable des arts et de la culture, de telle sorte, entre autres, de soutenir les initiatives locales visant l'amélioration des infrastructures culturelles. Il faut aussi que la reconnaissance de l’Outaouais comme l’une des trois portes d’entrée du Québec, en matière touristique, devienne un véritable catalyseur de développement de ce secteur. La région doit être épaulée au niveau de ses efforts visant la relance de son aéroport et l'amélioration du transport collectif. Il importe également de reconnaître l’apport de l’économie sociale comme secteur stratégique de l’économie de l’Outaouais», de déclarer monsieur Bergeron.

Tous entrepreneurs, les députés qui composent l’équipe de Priorité PME, Alain Therrien, Mireille Jean et Martin Ouellet, ont reçu le mandat d’aller à la rencontre des PME pour identifier les irritants et proposer des solutions, déterminer les meilleures pratiques de réduction de la paperasse dans les villes et dans les agences gouvernementales, et faire des propositions au cours des prochains mois.

Entre autres choses, l’équipe identifiera des mesures visant à réduire le fardeau réglementaire dans les ministères, les agences, les organismes et les municipalités. Priorité PME doit également mobiliser les municipalités, une part considérable du fardeau administratif que doivent assumer les PME étant générée par le palier municipal. Elle doit aussi proposer un cadre réglementaire allégé qui serait appliqué pendant les cinq premières années d’une nouvelle entreprise.

«Les PME sont la colonne vertébrale de notre économie. Lancer une entreprise est un acte audacieux qui requiert un énorme effort. Que cet effort soit compliqué, entravé, bloqué par un fardeau réglementaire excessif est une insulte au bon sens et à une saine politique économique. Notre intention est claire: le gouvernement du Parti Québécois cessera de considérer les PME comme étant au service de la bureaucratie; au contraire, il fera en sorte que la bureaucratie soutienne les PME dans leurs efforts pour créer emplois et richesse, tout en respectant les règles!», a renchéri Alain Therrien.

«Dans toutes les régions du Québec, nous devons favoriser l’entrepreneuriat et l’innovation et c’est aussi le cas ici, en Outaouais. C’est en échangeant avec les entrepreneurs, ainsi qu’avec les organismes qui les soutiennent que nous trouverons les pratiques les plus prometteuses», a conclu Stéphane Bergeron.

L'artiste peintre Ginette Guevremont expose au bureau de Stéphane Bergeron

Depuis quelques jours, plusieurs œuvres de l’artiste peintre Ginette Guevremont, allias «Gigi», ornent les murs et enjolivent les espaces communs du bureau de circonscription du député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, et ce, jusqu’au 10 août prochain.

Ayant débuté son parcours artistique au tournant du troisième millénaire, madame Guevremont est littéralement tombée en amour avec la peinture à l’huile au contact de madame Paulette Charon. Sa passion pour cette nouvelle activité et sa curiosité l’auront conduite, au fil des années suivantes, à perfectionner son art auprès de nombreux professeurs, tels Anne Gauthier, Sophie Préfontaine, Sam Aberg et Suzelle Chaput, tout en s’intéressant à plusieurs autres médiums (aquarelle, pastel sec, fusain, acrylique et pastel à l'huile).

Femme de défis, elle explore différents univers qu’elle transpose dans ses toiles, qu’il s’agisse de paysages, d’oiseaux ou de personnages. Elle peint pour le plaisir, mue par son inspiration et les occasions que lui offrent les événements ou son environnement, souvent captées sur pellicule par son conjoint, mais aussi par les nombreuses demandes qui lui sont adressées. N’ayant pas encore fait de la peinture son gagne-pain et son occupation à temps plein, elle peut compter sur un employeur formidable qui lui aura permis d’organiser, dans l’entreprise et à l’extérieur, de nombreuses expositions entre 2001 et 2006. Depuis, ses toiles empreintes de sensibilité et d’émotions auront été exposées à la Galerie Addendum de Verchères, ainsi qu’au Studio SC de Varennes.

«C’est toujours un plaisir que de pouvoir mettre en valeur le fruit de la passion et du travail d'artistes de la circonscription. Je me sens très privilégié de pouvoir offrir à des gens de chez nous une vitrine pour leur permettre de partager leur passion. Madame Guevremont, dont les toiles m’ont happé par leur finesse et leur simplicité, mais aussi par leurs saisissants effets de profondeur, contribue donc à égayer les espaces communs du bureau de circonscription, ce dont je me réjouis grandement. J’invite d’ailleurs nos concitoyennes et concitoyens à venir admirer en grand nombre ces œuvres magnifiques. Je suis reconnaissant à “Gigi” de me faire l'honneur d'exposer ses œuvres dans nos bureaux, au grand plaisir des membres de mon personnel et, j’en suis convaincu, des personnes qui viendront nous rendre visite», de déclarer Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron souligne le 75e anniversaire des Chevaliers de Colomb de Contrecœur

C'est dans le cadre d'une déclaration prononcée à l'Assemblée nationale, le 11 mai dernier, que le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a souligné le 75e anniversaire du Conseil 2848 des Chevaliers de Colomb de Contrecœur.

«Ce 13 mai, à l’occasion de son traditionnel Gala de la Fête des Mères, aura été célébré le 75e anniversaire de fondation du Conseil 2848 des Chevaliers de Colomb de Contrecœur. C’est, en effet, depuis 1942 que les Chevaliers de Colomb participent activement au mieux-être des gens de Contrecœur et des environs. Nous soulignons donc trois quarts de siècle de dévouement exemplaire consacrés au rayonnement, dans la communauté, des valeurs colombiennes de charité, d’unité, de fraternité et de patriotisme, et particulièrement au soutien de personnes dans le besoin, ainsi qu’au dynamisme des communautés chrétiennes de Contrecœur», a d’entrée de jeu déclaré monsieur Bergeron.

«Je veux donc exprimer ma profonde gratitude aux membres de cette remarquable organisation pour leur engagement indéfectible ayant permis d’assurer sa pérennité, son bon fonctionnement et son rayonnement pendant toutes ces années. Encore une fois merci, bon 75e, et longue vie au Conseil 2848 des Chevaliers de Colomb de Contrecœur, ainsi qu’à ses membres!», de conclure Stéphane Bergeron.

https://youtu.be/4CCZCdXpf4g

Étude des crédits du ministère du Travail; espérons que les bottines suivront les babines dans le dossier des grutiers...

Le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a profité de l’étude des crédits du ministère du Travail, le 3 mai dernier, pour interroger la ministre responsable, afin de savoir ce qu’elle entend faire dans le dossier de la réglementation projetée pour les camions-grues et la formation des grutiers.

Bien que n’étant plus porte-parole de sa formation politique en matière de travail, le député de Verchères tenait à prendre part à l'étude des crédits de ce ministère, afin de relayer les interrogations du propriétaire des Grues Bellerive, qui l’interpelle fréquemment sur ces sujets. «Monsieur Bellerive est un entrepreneur dynamique et à son affaire. Il communique souvent avec moi pour savoir où en est le dossier. Voilà donc une occasion idéale de faire le point sur ce dossier, puisqu'à peu près à la même date l’année dernière, lors du même exercice d’étude des crédits du ministère du Travail, j’étais porte-parole de l’opposition officielle en la matière et nous avions longuement discuté des deux projets de règlements préparés par la Commission de la construction du Québec et qui devaient être transmis au cabinet de la ministre; l’un portant sur la formation des grutiers et l’autre sur les camions-grues. Je me rappelle que la ministre, à l’époque, n'avait pas encore eu l’occasion de voir ces règlements et, comme ils n’ont toujours pas été rendus publics, il est normal de se demander, après tout ce temps, où en sont les choses», de déclarer Stéphane Bergeron.

Devant les réponses élusives de la ministre, qui n’aurait toujours pas les projets de règlements en main, le député de Verchères est revenu à la charge, rappelant la nécessité d’impliquer, en amont plutôt qu’en aval, les membres de l’industrie, aussi bien du côté patronal que syndical, qui sont préoccupés par la question. «Faire passer une formation de plus de 800 heures, avec évaluations et encadrement adéquats, à tout juste 100 heures de compagnonnage sans évaluation digne de ce nom, en plus de permettre à monsieur et madame tout le monde de s’improviser opérateurs de camions-grues, que nous voyons souvent le long des immeubles, entre autres pour le nettoyage de fenêtres et qui peuvent se révéler très dangereux lorsque incorrectement arrimés, sans mettre dans le coup les acteurs de l’industrie, tient de l’irresponsabilité. Le dossier a déjà assez traîné et je souhaite donc qu’il avance rondement, mais qu’il avance correctement, en tenant compte des besoins et réalités de l’industrie. J’espère que la ministre, avant les consultations publiques obligatoires de 45 jours lors de la présentation d’un projet de règlement, se sera assurée de consulter, en amont et de façon exhaustive, l'ensemble des acteurs de l’industrie, afin de ne pas accoucher d’un règlement dont personne ne serait satisfait», de conclure Stéphane Bergeron.

Projet de dépotoir nucléaire à Chalk River; le Parti Québécois réclame la tenue d’un BAPE

Le porte-parole du Parti Québécois en matière d’environnement et de lutte contre les changements climatiques, Sylvain Gaudreault, le porte-parole en matière de ressources naturelles, Sylvain Rochon, et le député responsable de la région de l’Outaouais, Stéphane Bergeron, dénoncent le fait que le gouvernement fédéral ait négligé de consulter le Québec quant au choix du site de Chalk River pour l’implantation d’un dépotoir de déchets nucléaires. Ils demandent au gouvernement du Québec de tenir une consultation publique du BAPE sur ce projet.

EN BREF

• Le Parti Québécois s’inquiète du projet d’implantation d’un dépotoir nucléaire à Chalk River, à proximité de la frontière québécoise.

• Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, a admis que le gouvernement du Québec n’a pas été consulté quant au choix du site.

• Le dépotoir serait situé à un kilomètre de la rivière des Outaouais, principale source d’eau potable de la ville de Gatineau.

• Une consultation générique du BAPE permettrait d’obtenir un portrait clair des risques liés à l’enfouissement des déchets nucléaires.

« Le choix de ce site, à proximité de la rivière des Outaouais, comporte des risques réels pour la santé publique et l’environnement. Pourtant, le ministre de l’Environnement n’a même pas d’étude d’impact à nous présenter. Ce n’est pas vrai que le Québec doit se contenter d’être un simple spectateur. En ne remettant pas en question le choix du site de Chalk River, le gouvernement du Québec abdique face au fédéral. Le ministre doit confier au BAPE le mandat de tenir une consultation publique sur ce projet », a affirmé Sylvain Gaudreault.

« Le gouvernement a admis, hier, qu’il préparait un plan d’urgence en cas d’émissions radioactives, pour être prêt s’il se produit une catastrophe. Autrement, très peu d’information a filtré jusqu’à maintenant à propos de ce projet; l’essentiel de ce qui est disponible a été publié en anglais par la Commission canadienne de sûreté nucléaire. Rappelons que grâce au gouvernement du Parti Québécois, le Québec a fait le choix de sortir du nucléaire; nous avons donc le droit de connaître tous les risques associés à ce dépotoir », a exigé Sylvain Rochon.

« Le site a été choisi par une société d’État fédérale, sans l’aval du gouvernement du Québec. Or, c’est au Québec, aux Québécoises et aux Québécois de décider si un dépotoir de déchets nucléaires peut être installé à un kilomètre seulement de la principale source d’approvisionnement en eau potable de la ville de Gatineau et de nombreuses autres localités de l’Outaouais », a conclu Stéphane Bergeron.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top