Le GMF des Seigneuries poursuivra ses opérations

Au terme de plusieurs échanges survenus ces dernières semaines, sous les auspices du bureau du député de Verchères, entre le cabinet du ministre de la Santé et des Services sociaux, le Groupe de médecine familiale (GMF) des Seigneuries et le Centre de santé et de services sociaux Pierre-Boucher, la responsable du GMF, Dre Anne Lévesque, ainsi que monsieur Stéphane Bergeron, n'étaient pas peu fiers d'annoncer qu'une entente était survenue quant à la reconduction du financement permettant la poursuite des opérations du GMF, et ce, au bénéfice de ses quelque 6 800 patients sur le territoire.

On se souviendra qu'il y a quelques semaines, le ministre Barrette avait enjoint les GMF à atteindre leurs cibles, quant au nombre de patients devant être pris en charge, sous peine de voir leur financement amputé. Aux prises avec des circonstances particulières (congé de maternité et de maladie, postes à combler, départ à la retraite), le GMF des Seigneuries tombait néanmoins sous le coup de l’obligation de respecter les engagements contractuels auxquels il doit se conformer et se voyait donc menacé de coupures de financement mettant en péril sa survie.

Reconnaissant le contexte particulier avec lequel le GMF des Seigneuries doit composer depuis quelques années, ainsi que la pénurie de médecins affectant déjà le territoire, le ministère de la Santé et des Services sociaux a accepté de procéder à une réévaluation du dossier ayant permis d'en arriver à cette entente. «Je suis émue et reconnaissante que les efforts concertés de l’action citoyenne, l’écoute et l’intérêt de notre modèle de pratique par les élus et la collaboration des administrateurs de notre réseau, aient permis de faire émerger des solutions gagnantes pour tous!», de déclarer la docteure Lévesque.

«Il était inconcevable que le GMF cesse ses opérations. On ne pouvait tout simplement pas se permettre de perdre d'autres professionnels de la santé sur notre territoire. C'est ce que nous nous sommes employés à expliquer aux autorités du ministère et je salue l'ouverture dont toutes les parties ont su faire preuve pour parvenir à ce dénouement très attendu. Quelques détails d’ordre administratif doivent encore être réglés, mais je suis confiant que les discussions entre les partenaires se poursuivront dans le même esprit de collaboration, afin d’assurer le maintien des services, et ce, dans le meilleur intérêt de la population», de conclure Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron rend un vibrant hommage à feu Gilles Rhéaume

C’est à l’occasion d’une déclaration prononcée à l’Assemblée nationale, le 12 février dernier, que le député de Verchères et leader parlementaire adjoint de l’opposition officielle, monsieur Stéphane Bergeron, a rendu un vibrant hommage à l’ex-président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, monsieur Gilles Rhéaume, décédé le 7 février.

«C’est avec une immense tristesse que nous avons appris la nouvelle du décès de Gilles Rhéaume, infatigable et inébranlable militant de l'indépendance du Québec. Monsieur Rhéaume a littéralement consacré sa vie au Québec et à l’idée qu’il s’en faisait; un pays libre et fier; fier de son histoire – qu’il connaissait comme le fond de sa poche et qu'il racontait comme personne – fier de ses valeurs démocratiques, de son ouverture sur le monde et confiant par rapport à la place qu'il doit occuper dans le concert des nations», de déclarer monsieur Bergeron.

«Tribun flamboyant et passionné, il avait l'oreille des premiers ministres qu'il a côtoyés, fédéralistes comme souverainistes. Il fait partie de ces éminents Québécois ayant eu une grande influence sur le cours de notre histoire, bien que n'ayant jamais été élus au Parlement», de poursuivre le député de Verchères.

«La Société Saint-Jean-Baptiste Richelieu-Yamaska lui rendait récemment hommage dans le cadre d'une soirée soulignant le Jour du Drapeau. J’avais alors annoncé mon intention de remettre à Gilles Rhéaume la Médaille de l’Assemblée nationale. J'étais loin de me douter que je devrais procéder à cette remise à titre posthume... Puisse ce geste exprimer néanmoins toute notre considération à l'égard de cet homme hors du commun que fut Gilles Rhéaume et témoigner de nos plus sincères condoléances à ses proches», a solennellement conclu Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron décerne la médaille de l'Assemblée nationale au Verchèrois André Larouche

Le sympathique chef pompier de Verchères, monsieur André Larouche, a eu droit à toute une surprise, le 9 février dernier, alors que parents, collègues, amis et élus municipaux étaient réunis à l'occasion d'une cérémonie au cours de laquelle le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, lui a décerné la Médaille de l'Assemblée nationale en reconnaissance de son engagement social et communautaire exemplaire, de même que du sang-froid et du courage dont il a su faire preuve lorsque la situation l’exigeait.

Tour à tour, quelques invités ont pris la parole pour témoigner de la personnalité attachante de monsieur Larouche, de son engagement communautaire exceptionnel et de sa bravoure dans des circonstances dramatiques, telles que celles survenues à la mairie de Verchères en janvier 2012. Le maire de Verchères, monsieur Alexandre Bélisle, qui a permis la tenue de cette cérémonie dans la salle du conseil, a été le premier à s’adresser aux invités en faisant le rapprochement avec la définition du mot «héros»: «Il y a de ces gens qui se trouvent au bon endroit, au bon moment. Monsieur Larouche, lui, fait ça depuis toujours, au grand bonheur de notre communauté», de déclarer monsieur Bélisle.

Le capitaine des pompiers de Verchères, monsieur Jean-Claude Moreau, a quant à lui fait la nomenclature, de façon affectueuse et sous le couvert de l'humour, des nombreuses qualités qui caractérisent ce «grand» homme. Il n’a pas manqué de souligner sa générosité comme coéquipier et comme ami, sa bonhomie derrière sa carrure imposante, ainsi que sa disponibilité et le plaisir de le côtoyer.

L’émotion fut à son comble lorsque le directeur général de la municipalité, monsieur Luc Forcier, ainsi que le directeur général adjoint, monsieur Martin Massicotte, ont témoigné leur affection pour celui qui est non seulement un collègue de travail pour eux, mais qui est aussi et surtout celui qui leur a sauvé la vie. «André a fait en sorte que nos vies soient plus belles et, grâce à lui, elles continuent de l’être», a affirmé monsieur Forcier.

Finalement, le député de Verchères a tenu à souligner la remarquable implication communautaire de monsieur Larouche, notamment dans le cadre de l’organisation de la Course Terry-Fox à Verchères, qui permet de sensibiliser la population à lutte contre le cancer, tout en recueillant des sommes à cet effet, mais aussi de favoriser l'adoption de saines habitudes de vie. «Je remercie ses proches d'avoir si généreusement consenti à le partager avec nous. Car c’est un plaisir et un honneur pour Verchères, mais aussi pour toute la circonscription, de pouvoir compter sur la présence et l'engagement d'un homme comme André Larouche, qui contribue à faire de notre communauté un endroit paisible et sécuritaire où il fait bon vivre», de conclure Stéphane Bergeron.

Les avancées obtenues pour la Montérégie démontrent que le recours au bâillon n'était pas justifié

Alors que l'Assemblée nationale était convoquée en séance extraordinaire, le 6 février dernier, pour l'adoption sous bâillon du projet de loi 10, le député de Verchères et leader parlementaire adjoint de l'opposition officielle, monsieur Stéphane Bergeron, a fait une déclaration démontrant que les arguments invoqués par le gouvernement libéral pour justifier cette mesure d'exception ne tenaient tout simplement pas la route.

«Quelle détestable façon d’amorcer cette session parlementaire! C’est d’autant plus vrai que, contrairement à ce que prétend le gouvernement, la commission parlementaire n’était pas dans une impasse. Le travail, parfois long, certes, mais toujours rigoureux, que nous y effectuions avait pour objectif d’éclaircir certains points nébuleux et d’améliorer la loi. C’est exactement, je pense, ce que nous étions en train de faire», a déclaré monsieur Bergeron.

«J'en veux pour preuve, a-t-il poursuivi, l’exemple des modifications amenées par le Parti Québécois et améliorant ce qui était initialement proposé pour la Montérégie. Le ministre ne prévoyait au départ qu’un seul Centre intégré de santé et services sociaux, un CISSS, pour la Montérégie, une région populeuse, vaste et diversifiée, alors qu’il est question, pour Montréal, de cinq CISSS. Une telle situation n’avait aucun sens et c’est en travaillant ensemble que nous en sommes arrivés à la décision d’établir d’abord deux, puis finalement trois CISSS en Montérégie.»

«Cette avancée, qui est pour nous déterminante, démontre que le travail en commission parlementaire n’était pas vain et qu’il est possible d’en arriver à des compromis souhaitables. Encore fallait-il en avoir la volonté et le bâillon d’aujourd’hui, ainsi que l’annulation de sept heures de travail en commission parlementaire, hier, prouvent que le gouvernement, au fond, ne cherchait simplement qu’à imposer ses vues, ce qui finit de plomber la crédibilité de cette loi et des appels factices à la collaboration lancés par le premier ministre au début de son mandat», de conclure Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron de nouveau nommé député parrain de la région de l'Outaouais

C’est à l’occasion du caucus du Parti Québécois, tenu à Québec le 4 février dernier, que le chef intérimaire de l’opposition officielle, monsieur Stéphane Bédard, a annoncé la nomination attendue du député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, à titre de député parrain de la région de l’Outaouais. Monsieur Bergeron agira non seulement en complémentarité avec l’équipe militante sur le terrain pour assurer la présence du Parti Québécois dans la région, mais veillera à ce que les dossiers et préoccupations des gens de l’Outaouais reçoivent l’attention qui leur est due à Québec.

«C’est un immense privilège et un plaisir sincère, pour moi, de me voir à nouveau confier la responsabilité de parrainer la région de l’Outaouais. À un moment crucial pour les régions, alors que le gouvernement libéral semble tout mettre en œuvre pour saper leur autonomie et leurs outils de développement, il nous apparaît primordial que l’opposition officielle puisse faire entendre leur voix. Le Parti Québécois et moi-même avons à cœur de travailler pour l’intérêt de toutes les Québécoises et de tous les Québécois, et ce, sur l’ensemble de notre territoire national», a déclaré le député de Verchères.

Cette désignation permettra à monsieur Bergeron de poursuivre le travail qu’il accomplit depuis plus de vingt ans. «De par mes précédentes fonctions parlementaires et ministérielles, je connais bien cette magnifique région qu’est l’Outaouais, que j’ai eu le bonheur d’habiter ponctuellement pendant une douzaine d’années, ainsi que les nombreux enjeux qui se présentent à elle. Je me réjouis donc de pouvoir reprendre le flambeau et continuer à me porter à la rencontre des gens de la région pour entendre leurs attentes et les accompagner dans leurs démarches. Comme je l’ai fait par le passé, j’offre ma complète et entière collaboration à mes collègues libéraux de Chapleau, Hull, Gatineau, Papineau et Pontiac, afin de travailler à l’avancement de l’Outaouais. Mais ils doivent savoir qu’ils me trouveront sur leur route chaque fois qu’ils privilégieront l’intérêt de leur gouvernement plutôt que celui de la région», de conclure Stéphane Bergeron.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top