Stéphane Bergeron dresse le bilan de la dernière session parlementaire

Au terme de la session parlementaire, le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a dressé un constat cinglant des derniers mois de gestion du gouvernement libéral. «Le Parti Québécois n’a eu de cesse de s’employer à répondre de façon concrète aux besoins et préoccupations de nos concitoyennes et concitoyens. Face à la CAQ et au parti libéral, qui gravitent essentiellement autour de la vision d’un seul homme et qui prônent l’austérité permanente comme mode de gouvernement, et ce, dans le but de dégager une marge de manoeuvre pour octroyer des baisses d’impôt aux mieux nantis, l’équipe du Parti Québécois apparaît comme la plus aguerrie et expérimentée, en plus de faire place au renouveau. Très présents sur le terrain, nous sommes restés connectés aux attentes des gens, qui espèrent retrouver des services publics efficaces et répondant à leurs besoins, un gouvernement qui remettra le Québec sur la voie de la réussite, et ce, pour le bénéfice de l’ensemble des Québécoises et Québécois» de déclarer Stéphane Bergeron.

«Déjà, notre action dans l’opposition se sera révélée des plus bénéfiques pour la population québécoise, face aux faux pas et à la gestion chaotique des libéraux. Grâce au travail et à la détermination des députés du Parti Québécois, le gouvernement libéral a dû faire marche arrière sur nombre de mesures déraisonnables qu’il projetait de mettre en place. Qu’il suffise de penser à l’annulation de la hausse des taxes foncières agricoles, protégeant ainsi pas moins de 80% des agriculteurs qui auraient été touchés par cette mesure mal ficelée, ou à l’annulation de la décision insensible visant à abolir le crédit d’impôt pour les aînés, ce qui aurait privé les plus démunis d’entre eux d’une somme pouvant aller annuellement jusqu’à 500$. Dans le domaine de l’éducation, nous avons fait en sorte que l’aide alimentaire aux élèves de secteurs moins favorisés soit rétablie et nous avons forcé le ministre à reconnaître la pratique des notes gonflées et à poser des gestes afin d’y mettre un terme. Même chose en ce qui concerne les arrêts de procédures judiciaires, où nous sommes rapidement intervenus, afin qu’on cesse de libérer des criminels sans qu’ils aient eu à purger la moindre peine pour les crimes pour lesquels ils avaient été accusés», a notamment rappelé monsieur Bergeron.

Un plan pour les Québécoises et les Québécois

«En se basant sur l’efficacité dont il a fait preuve dans l’opposition, mais aussi lorsqu’il a été au pouvoir, les gens peuvent dès maintenant se faire une idée de ce que serait un gouvernement du Parti Québécois, d’autant que nous avons déjà avancé un certain nombre de propositions. C’est ainsi que, dans la foulée de l’initiative Priorité PME, qui a sillonné le Québec - dont notre circonscription - ces dernières semaines et qui, dans son rapport préliminaire, a déjà identifié nombre d’obstacles gouvernementaux à l’essor de nouvelles entreprises et à la relève entrepreneuriale. Déjà, il est question d’allègements règlementaires et bureaucratiques, ainsi que de mesures fiscales devant permettre à nos petites et moyennes entreprises de se consacrer pleinement à leur mission: contribuer à la prospérité du Québec et de sa population. C’est dans cet esprit que, depuis le début de la présente année, le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée, effectue une tournée des chambres de commerce pour exposer notre vision d’un nationalisme économique moderne, robuste et ouvert, qui suscite un grand intérêt chez les entrepreneurs», de poursuivre le député de Verchères.

«Depuis l’arrivée au pouvoir des libéraux de Philippe Couillard, le fardeau fiscal des familles québécoises s’est alourdi de plus de 1 100$, alors que les services ont diminué de façon drastique. Ce n’est tout simplement pas normal; les Québécoises et Québécois ont parfaitement raison d’être mécontents. C’est pourquoi, en plus des mesures que nous proposerons pour soutenir la croissance économique, nous avons lancé une initiative visant à assurer un partage toujours plus équitable de la richesse, afin d’assurer la pérennité de cette solidarité sociale qui caractérise si bien le Québec», d’ajouter monsieur Bergeron.

«Et, a-t-il poursuivi, plutôt que de déclencher une commission sur le ‘‘racisme systémique’’, qui ne pourra avoir qu'un effet culpabilisant, alors que les données les plus récentes disponibles indiquent que c'est au Québec que les comportements dits haineux sont les moins fréquents au Canada, nous proposons de mettre en oeuvre dès maintenant des solutions existantes et facilement applicables à des problèmes bien connus, telles des mesures d'intégration en emploi pour les personnes issues de l'immigration ou les recommandations d'une commission qui s'est déjà penchée sur ces questions, la commission Bouchard-Taylor, notamment quant à l'interdiction du port de signes religieux pour les juges, policiers et agents correctionnels, comme le proposent unanimement les partis d'opposition. Nous proposons aussi des mesures devant assurer la francisation et l’intégration réelle des immigrants et avons présenté un projet de loi pour renforcer les dispositions faisant du français la langue au Québec.»

«Plus localement, nous avons également été à l’écoute de la population, pris en compte les enjeux et fait avancer plusieurs dossiers touchant les jeunes familles de la circonscription. Nous avons notamment contribué à faire en sorte que le projet d’école alternative à Sainte-Julie soit pris en compte par la Commission scolaire des Patriotes, en plus de mener à bien des projets d’infrastructures récréatives et communautaires à Verchères et Calixa-Lavallée. Nous avons permis le déblocage du dossier de la nouvelle installation du CPE Petit-à-Petit à Contrecoeur et nous employons à faire en sorte d’obtenir un bureau satellite d’un groupe de médecine familiale (GMF) à Saint-Amable, de même qu’à diminuer l’engorgement routier sur le boulevard Lionel-Boulet à Varennes. Nous avons participé au lancement des travaux de construction de l’usine de biométhanisation à Varennes et soutenons la relance des activités de la Maison de l’Entraide de Sainte-Julie à partir de ses nouvelles installations. Là encore, nous avons démontré notre efficacité par des réalisations tangibles qui amélioreront la qualité de vie de nos concitoyennes et concitoyens», de préciser le député de Verchères.

«Le Parti Québécois présente une équipe des plus solides. Les effets de notre travail sont réels et tangibles pour les Québécoises et Québécois. Sur cette lancée, nous poursuivrons notre travail sur le terrain et continuerons d’aller à la rencontre des gens, afin de présenter ce qui deviendra le gouvernement du Québec à compter d’octobre 2018, soit un gouvernement formé de gens compétents, progressistes, pragmatiques et honnêtes, au service de toutes les Québécoises et tous les Québécois», de conclure Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron et le caucus de la Montérégie à la rencontre de groupes et d'organismes de la région

C’est dans le cadre d’une réunion du caucus des députés du Parti Québécois de la Montérégie que Stéphane Bergeron, député de Verchères et président du caucus; Catherine Fournier, députée de Marie-Victorin; Diane Lamarre, députée de Taillon; Sylvain Rochon, député de Richelieu; Alain Therrien, député de Sanguinet; et Dave Turcotte, député de Saint-Jean, se sont réunis à Chambly, le 20 juin dernier, notamment pour y rencontrer des représentantes et représentants d’organismes socio-communautaires de la circonscription, ainsi que le Collectif de défense des droits de la Montérégie, la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Rive-Sud (CCIRS), l’organisme Autonomik!, de même que la station de radio communautaire FM 103,3 et l’Association des radiodiffuseurs du Québec, afin de discuter d’enjeux reliés à divers thèmes préoccupants en Montérégie.

«Notre rencontre avec la CCIRS a principalement porté sur le mémoire transmis au ministre des Transports et appuyé par pas moins de 40 maires et mairesses de la Couronne Sud réclamant l’élargissement de l’autoroute 30. Nous avons assuré la CCIRS de notre appui, qui s’est notamment déjà traduit par l’adoption d’une résolution en ce sens par le Conseil national du Parti Québécois, en janvier dernier. Il faut que le gouvernement libéral se penche rapidement sur la question. L’élargissement de cette artère vitale augmentera la fluidité des transports, contribuant ainsi à l’essor économique de la région. En outre, notre environnement et notre qualité de vie profiteront assurément d’une diminution des bouchons de circulation. Dans cet esprit, nous nous interrogeons sur le tracé projeté du Réseau électronique métropolitain (REM), qui risque non seulement d’accroître la circulation sur l’autoroute 30, mais plus particulièrement sur l’autoroute 10. Dans les circonstances, nous demandons le prolongement du tracé jusqu’à l’autoroute 35. Par ailleurs, notre échange avec les représentants de Autonomik!, qui s’emploie à rendre disponibles des véhicules en autopartage et en covoiturage à prix abordable dans la région, devrait non seulement permettre la diminution du nombre d’automobiles en circulation sur nos routes, mais aussi d’améliorer la mobilité des personnes à revenus plus modestes. Nous faisons face, en Montérégie, à d’importants défis liés aux transports et toute initiative ayant pour objectif d’améliorer l’offre de service mérite qu’on s’y intéresse. Je fais moi-même des efforts pour instaurer ce projet dans ma circonscription», de déclarer le porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, Alain Therrien.

«C’est avec beaucoup de fierté que j’ai accepté d’agir à titre de députée “marraine’’ de la circonscription de Chambly, composée de jeunes familles, de travailleurs et d’entrepreneurs qui partagent notre ambition pour le Québec, ce que j’ai d'ailleurs déjà eu l'occasion de constater sur le terrain, alors que j’ai mené campagne pendant plus d’un an pour le Bloc Québécois à Saint-Basile-le-Grand, me permettant d'obtenir la confiance d’une majorité de Grandbasiloises et Grandbasilois. Avec l'équipe du Parti Québécois de Chambly, je suis convaincue que le travail de terrain sera aussi actif et près des gens, afin de poursuivre sur cette lancée. Il nous appartient de démontrer aux citoyennes et citoyens de la circonscription que l’équipe du Parti Québécois est celle qui saura être à la hauteur de leurs ambitions. Et puisque la confiance, c'est quelque chose qui se bâtit un geste à la fois, nous sommes déjà en action à la rencontre des gens et des organismes de la circonscription, à l'écoute de leurs préoccupations», d’ajouter Catherine Fournier.

«L’équipe du Parti Québécois est assurément la plus aguerrie. Elle présente une savante combinaison d’expérience et de renouveau, et est bien enracinée dans le milieu. Elle a fait ses preuves au gouvernement, se montre rigoureuse, efficace et constructive dans l’opposition, et est à l’écoute des besoins et préoccupations de la population, de telle sorte de formuler des propositions novatrices afin d’y répondre, et ce, à sa pleine satisfaction», a conclu Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron demande des actions énergiques pour protéger la langue française

Une quarantaine de personnes ont assisté à la conférence organisée par le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, et donnée par le président directeur général du Mouvement Québec français, monsieur Éric Bouchard, le 12 juin dernier, à Varennes. Lors de cette rencontre, les gens ont pu comprendre, au moyen de graphiques et d'illustrations fort éloquents, la dynamique générale qui permet l’épanouissement ou le déclin d’une langue et le rôle qu’ont à jouer les institutions tant fédérales, que québécoises et municipales pour en assurer la survie, la vitalité et le rayonnement.

«Au Québec, le message véhiculé par les institutions est confus. En effet, que ce soit au niveau des lois touchant le travail et la démographie, particulièrement en ce qui a trait aux choix des immigrants et à leur francisation, ainsi que la valorisation de la culture québécoise, les messages discordants ne contribuent guère à inculquer, chez les jeunes en particulier, l’importance de la langue française», de déclarer monsieur Bouchard.

Il y a donc péril en la demeure si rien n’est fait. Sur les 6 000 langues parlées actuellement, 3 000 auront disparu d’ici quelques années. Statistiquement, une langue meurt dans le monde toutes les deux semaines. Au Québec, le français reconnu comme langue maternelle a baissé de 4,7% en 3 ans, alors que, comme langue d’usage, il a diminué de 2,6%. Si rien n’est fait, on prévoit un recul de 9,6% à cause des quelque 60 000 immigrants qui s'établissent au Québec chaque année et qu'on ne se donne tout simplement pas la peine de franciser convenablement. À Montréal seulement, le recul est déjà de l'ordre de 12,2%.

Pourtant, mondialement, le français est parlé par 274 millions de locuteurs, c’est la 5e langue parlée, la 3e langue des affaires et la 4e langue sur Internet. C’est la seule langue, avec l’anglais, qui est en usage sur tous les continents. En 2050, ce sera la 3e langue la plus parlée à cause de sa croissance fulgurante dans les pays africains, qui connaissent d'importants taux de natalité.

L’État doit donc mettre tout son poids pour favoriser le français. À titre d’exemple, sur les 6 milliards d’argent public attribué pour le financement universitaire, 30% le sont pour le financement des universités anglophones, alors que ceux-ci ne représentent que 8% de la population. Or, il est statistiquement prouvé que les étudiants qui choisissent de se tourner vers une éducation post-secondaire en anglais travailleront principalement dans cette langue- voire iront travailler ailleurs en Amérique du Nord - et perdront de plus en plus l’usage de leur langue maternelle française. «Du point de vue culturel, il est plus que temps que nos diffuseurs francophones réfléchissent sérieusement à la possibilité de contrer l’influence et l’attraction quasi irrésistible de Netflix en offrant un service consolidé plus étendu et plus convivial», insiste Éric Bouchard.

En remerciant ce dernier pour sa conférence des plus éclairantes qui a par ailleurs le mérite de suggérer des pistes de solution pour les institutions publiques, Stéphane Bergeron a tenu à souligner le rôle que chacune et chacun peut et doit jouer dans la préservation et la valorisation de notre langue.

Stéphane Bergeron appuie la construction d'un nouvel aréna à Gatineau

Le responsable du Parti Québécois pour la région de l'Outaouais, monsieur Stéphane Bergeron, s'est joint à son collègue porte-parole de l'opposition officielle en matière d'affaires municipales, monsieur Martin Ouellet, le 14 juin dernier, afin de soutenir l’adoption du projet de loi 227 présenté par le député de Chapleau et autorisant la Ville de Gatineau à aller de l'avant avec son projet de construction d'un nouvel amphithéâtre sportif destiné à remplacer le désuet aréna Robert-Guertin et de confier la concrétisation du projet à une entreprise d’économie sociale, le groupe Vision Multisports Outaouais, déjà responsable du complexe Branchaud-Brière, qui constitue une véritable histoire à succès dans la région.

«La construction d'un nouvel aréna est une problématique de longue date à Gatineau. Les installations actuelles sont depuis longtemps désuètes et doivent être remplacées, afin de poursuivre la mission qui est actuellement la leur, soit d'héberger, entre autres, les Olympiques de Gatineau, mais également de servir aux besoins des citoyennes et des citoyens de la Ville. Les autorités municipales ont fait leurs devoirs; elles ont d'abord procédé à deux appels d'offres conventionnels pour ce projet, mais qui sont arrivés à des montants nettement plus élevés que ceux auxquels on s'attendait. Dès lors, il est apparu qu’il fallait innover. Elles ont donc lancé un appel de projets ayant donné lieu à deux propositions. Au bout du compte, c'est celle de Vision Multisports Outaouais (VMSO), un organisme à but non lucratif ayant déjà fait ses preuves, qui a été retenue. Fait inusité, VMSO contribuera même financièrement à la construction du nouvel équipement!» a déclaré monsieur Bergeron.

«Il s'agit donc d'une situation totalement inusitée qui pourrait éventuellement faire école. Nous avons là un modèle qui n'impose pas aux contribuables d'assumer cent pour cent des coûts de construction, cent pour cent des risques au moment de la construction et cent pour cent des coûts associés à la gestion de l'équipement. Mieux encore, après 25 ans, les citoyennes et citoyens de Gatineau deviendront propriétaires des installations! Après plusieurs années de tergiversations, il était temps que les autorités municipales puissent enfin aller de l’avant avec ce projet de construction d'un nouvel aréna, et ce, au bénéfice des Gatinoises et Gatinois!», de conclure Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron décrie l'abandon des fromagers du Québec par les libéraux et les caquistes

À la suite du vote sur l’approbation de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne (UE), le chef de l’opposition officielle, Jean François Lisée, le porte-parole en matière d’agriculture et d’alimentation, André Villeneuve, et le porte-parole en matière de relations internationales, Stéphane Bergeron, ont dénoncé libéraux et caquistes, c’est-à-dire le PLCAQ, pour leur abandon des producteurs et des fromagers québécois.

« Dans l’ensemble, l’AECG sera bénéfique pour nos PME exportatrices et toute notre économie, il n’y a aucun doute là-dessus. Cependant, avant de l’approuver officiellement, le Québec se devait d’attendre de connaître les détails du programme de compensation pour les fromagers. Le fédéral avait d’ailleurs accepté le principe. Mais il n’a rencontré aucune résistance de la part du PLQ et de la CAQ, qui ont dit oui sans connaître le programme, sans aucune condition. Le PLCAQ a décidé de signer un chèque en blanc à Ottawa, aux dépens de nos producteurs. Il a lâchement laissé tomber le rapport de force face au fédéral que le gouvernement du Parti Québécois avait établi », a déploré Jean François Lisée.

« Lorsque le gouvernement fédéral a décidé de sacrifier notre industrie laitière en échange du bœuf de l’Ouest canadien, notre gouvernement avait exigé et obtenu l’assurance formelle que les fromagers québécois allaient recevoir une pleine compensation d’Ottawa. Or, le gouvernement libéral vient de donner son acceptation, alors que la compensation promet d’être insuffisante et qu’en plus, on n’en connaît même pas les détails », a ajouté André Villeneuve.

« Je dénonce le rejet, par les libéraux et les caquistes, de ma motion de report. Nous aurions pu, ainsi, donner le temps au gouvernement fédéral de remplir son engagement en totalité. L’évaluation des impacts pour notre industrie laitière, notre industrie fromagère est de l’ordre de 1,5 G$, et les indemnisations proposées sont loin du compte. Le gouvernement libéral et les députés de la CAQ ont sciemment abandonné nos producteurs, il n’y a rien à ajouter », a conclu Stéphane Bergeron.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top