Sur proposition de Stéphane Bergeron, l'Assemblée nationale presse le ministère des Transports de procéder à l'élargissement de l'autoroute 50

Le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle responsable de la région de l’Outaouais, monsieur Stéphane Bergeron, a présenté une motion, le 15 février dernier, qui fut unanimement adoptée à l'Assemblée nationale et qui requiert du ministère des Transports du Québec qu'il remédie à la dangerosité de plusieurs tronçons de l’autoroute 50 en procédant à son élargissement. Fait à noter, les libéraux, qui ont demandé l'ajout des mots «par phases», ont refusé de s'associer à Stéphane Bergeron pour présenter conjointement cette motion.

Cette motion se lit comme suit: «Que l’Assemblée nationale prenne acte de la dangerosité de plusieurs tronçons de l’autoroute 50 pour ses usagers; Qu’elle déplore les nombreuses pertes de vies humaines sur son tracé; Qu’elle presse le ministre des Transports, de la mobilité durable et de l’électrification des transports d’aller de l’avant rapidement avec le projet d’élargissement à 4 voies de l’autoroute 50, par phases et que ces travaux soient inscrits dans le Plan québécois des infrastructures».

«Depuis trop longtemps déjà les gens de l’Outaouais réclament, à bon droit, l’élargissement complet de l’autoroute 50. De trop nombreuses années d’attente qui auront causé des accidents qui auraient, dans bien des cas, pu être évités et dont certains se sont révélés mortels. Des travaux sont souvent entrepris, partout à travers le Québec, pour corriger des infrastructures routières qui se révèlent dangereuses. Il importe de faire de même pour l'autoroute 50, qui, sur bien des tronçons, n'est encore qu'une simple route, d'autant que la configuration a souvent été prévue pour quatre voies. Je suis très heureux que l'ensemble des collègues de l’Assemblée nationale aient appuyé cette motion que j'ai présentée ce matin. J’ose espérer que les travaux se mettront en place et avanceront rapidement, en dépit du petit ajout de dernière minute au libellé de la motion qui précisait qu'ils devaient s'effectuer "par phases"… Je suis conscient de la complexité de la planification de ce genre de travaux, mais les gens de l’Outaouais se sont montrés très patients; il est plus que temps d’agir pour permettre que la région soit enfin reliée au reste du Québec par une autoroute en bonne et due forme et sécuritaire!», a déclaré Stéphane Bergeron.

https://youtu.be/14TWjBt-_-o

ARTM et REM: les libéraux font payer le prix fort aux couronnes de Montréal avec de nouvelles taxes pour le transport

Le député de Verchères et président du caucus des députés de l’opposition officielle en Montérégie, monsieur Stéphane Bergeron, dénonce la nouvelle taxe que le gouvernement libéral imposera aux banlieues de Montréal, tout comme l’augmentation qui en résultera pour les ménages du «450».

«Il y a quelques jours, un autre vice caché de la Loi sur l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) nous a été confirmé, alors que l’existence d’une nouvelle taxe, soigneusement dissimulée par le gouvernement Couillard et visant spécifiquement les banlieues de Montréal, a été mise au jour. C’est avec grande déception que nous nous sommes rendu compte que les banlieues, uniquement pour la réforme de la structure, devront allonger plus de 32 millions de dollars supplémentaires, montant qui, bien entendu, s’ajoutera à l’augmentation – de plusieurs millions elle aussi - déjà prévue de leurs cotisations», de dénoncer Stéphane Bergeron.

«C’est donc dire que les familles de notre région, tout comme celles de la couronne nord, devront ensemble débourser des millions de dollars de plus, sans même bénéficier, en retour, de nouveaux services de transport en commun. Comme pour ajouter l’insulte à l’injure, nous avons aussi découvert qu’il faudra ajouter à ces augmentations débridées la subvention annuelle devant être versée par les municipalités des banlieues pour le Réseau électrique métropolitain (REM), une facture supplémentaire de plus de 200 millions de dollars, ce qui est presque quatre fois plus élevé que les coûts d’opération du Métro de Montréal! Et dire que le gouvernement avait promis que le REM ne requerrait aucune subvention du gouvernement ou des municipalités…», a poursuivi le président du caucus péquiste de la Montérégie.

«Il est désolant de constater qu’un projet aussi structurant que le REM, que nous appuyons depuis le début, prend une tangente dangereusement dénuée de toute transparence, puisque le gouvernement refuse obstinément de permettre à une commission parlementaire d’examiner attentivement le projet et de répondre à toutes les questions. Grâce à notre vigilance, nous avons maintenant une idée plus claire de la facture que le gouvernement tentait de refiler en catimini aux familles de la région métropolitaine: en moyenne, cette nouvelle augmentation annuelle serait, pour une famille type (deux adultes et deux enfants) d’environ 14$ à Calixa-Lavallée, 156$ à Contrecœur, 226$ à Sainte-Julie, 118$ à Varennes et 131$ à Verchères. Ce gouvernement de l’austérité continue de demander aux familles de se serrer la ceinture en alourdissant toujours davantage leur fardeau fiscal, probablement dans l’espoir de dégager des marges de manœuvre lui permettant, à la veille des élections, de proposer des baisses d’impôt… Nous ne saurions tolérer pareil cynisme!», a conclu Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron souligne le 30e anniversaire de la Fondation Jeanne-Crevier

C'est dans le cadre d'une déclaration prononcée à l'Assemblée nationale, le 14 février dernier, que le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a souligné le 30e anniversaire de la Fondation Jeanne-Crevier.

«Quelle belle occasion, en ce jour de la fête de l’amour, de souligner, de concert avec ma collègue de Montarville, le 30e anniversaire de la Fondation Jeanne-Crevier. C’est dans une ambiance des plus festives que, le 3 février dernier, nous soulignions, lors de la soirée bénéfice de la Fondation, ces trois décennies de dévouement, d’amour et de générosité», a d’entrée de jeu déclaré monsieur Bergeron.

«Ce fut le moment, en effet, de témoigner de notre vive appréciation pour ces 30 années d’engagement indéfectible consacrées au mieux-être des résidantes et résidants du Centre d’hébergement Jeanne-Crevier, par l’aménagement des lieux, l’achat d’équipements et l’offre de services visant à égayer leur quotidien et contribuer à transcender les limitations pour faire de ce milieu de vie un havre de paix et de bonheur. Et il ne saurait être question de rendre hommage à la Fondation et ses bénévoles sans souligner l’apport indispensable de celle qui en est l’âme et l’inspiration, madame Marjolaine Tessier, à qui ma collègue a, à juste titre, décerné la Médaille de l’Assemblée nationale. Mille mercis, donc, bon 30e anniversaire et longue vie à la Fondation Jeanne-Crevier, ainsi qu’à ses valeureux bénévoles!», de conclure Stéphane Bergeron.

Le Parti Québécois lance l'initiative «Priorité PME»

Ayant fait de l’économie l’une de ses principales préoccupations, le chef de l’opposition officielle, monsieur Jean-François Lisée, a récemment lancé, en compagnie des députés de Chicoutimi, madame Mireille Jean, de Sanguinet, monsieur Alain Therrien et de René-Lévesque, monsieur Martin Ouellet l’initiative Priorité PME. Le député de Verchères, porte-parole du Parti Québécois pour la région de l’Outaouais et président du caucus des députés de l’opposition officielle en Montérégie, monsieur Stéphane Bergeron, a salué l’initiative et en a profité pour assurer tous les entrepreneurs que le Parti Québécois serait plus que jamais à leur écoute.

«Mireille, Alain et Martin ont chacun démarré des entreprises avant de devenir députés et ont acquis sur le terrain des compétences précieuses en entrepreneuriat, en innovation et en affaires. Ils sont les personnes toutes désignées pour élaborer l’ambitieuse politique Priorité PME, que nous mettrons en place comme gouvernement en 2018. Leur mandat : aller à la rencontre des PME pour identifier les irritants et proposer des solutions, déterminer les meilleures pratiques de réduction de la paperasse dans les villes et dans les agences gouvernementales, et faire des propositions, au cours des prochains mois», a d’abord indiqué Jean-François Lisée.

Entre autres choses, l’équipe déterminera des mesures pour réduire le fardeau réglementaire dans les ministères et agences, les organismes et les municipalités. L’équipe du Parti Québécois, par exemple, répond favorablement à l’appel de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) et s’engage à déposer un projet de loi pour consacrer la règle du un pour un, qui prévoit que pour chaque nouvelle loi ou nouveau règlement qu’on impose aux entreprises, un fardeau équivalent sera retiré. Priorité PME doit également mobiliser les municipalités, une part considérable du fardeau administratif que doivent assumer les PME étant générée par le palier municipal. Elle doit aussi proposer un cadre réglementaire allégé qui serait appliqué pendant les cinq premières années d’une nouvelle entreprise.

«L’équipe Priorité PME ira sur le terrain pour rencontrer les entrepreneurs et identifier les meilleurs moyens et solutions pour stimuler notre économie et créer de la prospérité. Dans toutes les régions du Québec, nous devons favoriser l’entrepreneuriat et l’innovation. C’est en parlant aux entrepreneurs – aux jeunes, également – ainsi qu’aux organismes qui les soutiennent que nous trouverons les pratiques les plus prometteuses», a ajouté Alain Therrien.

Une équipe à l’écoute des entrepreneurs

Alain Therrien a l’expérience requise, puisqu’il a créé et dirigé des PME. Il a été chargé de cours aux HEC Montréal et à l’UQAM, où il enseignait les sciences économiques. Il est le responsable de l’équipe Priorité PME. Il est aussi responsable de PME-entrepreneuriat, ainsi que de Revenu Québec et du dossier de l’allègement réglementaire.

Mireille Jean a lancé une entreprise, Trioniq, spécialisée en conception et en fabrication de systèmes électroniques et informatiques. Elle a aussi été présidente du Réseau Photonique du Québec, représentant plus d’une cinquantaine d’entreprises de recherche et des professionnels scientifiques. Elle possède une importante expertise en valorisation de la propriété intellectuelle. Ses années en entreprise lui ont permis de maîtriser le développement de produits technologiques, l’industrialisation, la fabrication, la mise en marché, l’exportation, le service après-vente, sans oublier la gestion et le financement d’une PME. Elle est responsable, au sein de l’équipe, du dossier PME-innovation, productivité et exportations.

Martin Ouellet a acheté avec son épouse une entreprise de prêt-à-porter et fut, pendant 8 ans, directeur général de la Société d’aide au développement de la collectivité (SADC) Manicouagan. Sa tâche était de soutenir le démarrage et le développement des PME dans la région. Dans l’équipe Priorité PME, il est responsable du mandat PME-développement économique régional, qui s’ajoute à son mandat de porte-parole en matière d’affaires municipales.

Le gouvernement des PME

«Les petites et moyennes entreprises sont à la base de l’économie québécoise, elles en constituent véritablement l’épine dorsale. Se lancer en affaire est un geste éminemment courageux qui nécessite un total don de soi, une bonne dose de courage et une volonté de fer. Nos entrepreneurs sont visionnaires, confiants en eux et en l’avenir, et disposés à prendre des risques. Notre économie et le simple bon sens ne sauraient tolérer que tant d’efforts et de travail soient minés, fragilisés, voire même bloqués par de trop nombreuses exigences tatillonnes et étrangères à leur réalité quotidienne. Un gouvernement du Parti Québécois aura un plan clair et cohérent: nous inverserons le cours actuel des choses et ce ne seront plus les PME qui seront au service de la bureaucratie, mais bien la machine gouvernementale qui sera au service des PME, afin de les supporter dans le respect des règles pour leur permettre de créer de la richesse et des emplois, et ce, pour le plus grand bénéfice du Québec», a conclu Stéphane Bergeron.

Sur proposition de Stéphane Bergeron, l'Assemblée nationale demande au gouvernement de rectifier les propos offensants pour le Québec publiés dans le Washington Post

Le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations internationales, de Francophonie et de francophonie d’Amérique, monsieur Stéphane Bergeron, a présenté une motion, le 8 février dernier, qui fut unanimement adoptée et qui demande au gouvernement du Québec de rectifier les propos outrageux récemment tenus par un chroniqueur de Vancouver à l’encontre du peuple québécois dans les pages du Washington Post.

Cette motion se lit comme suit: «Que l'Assemblée nationale demande au gouvernement du Québec de rectifier les propos tenus à l'encontre du peuple québécois par un chroniqueur de Vancouver dans le Washington Post le 1er février 2017 et qu'elle appuie toute démarche du gouvernement du Québec visant à défendre la réputation du Québec sur la scène internationale».

«Il était impensable, pour moi, de rester les deux bras croisés devant ce qui constitue une attaque sans fondement contre le peuple québécois. Prétendre gratuitement que l’histoire du Québec aurait toujours laissé poindre des relents de racisme et qu’elle serait propice à la production de désaxés enclins à commettre des massacres est une distorsion éhontée de la réalité québécoise qui mérite une rectification immédiate et énergique. Le Québec a toujours été, est et sera toujours une terre d’accueil. Affirmer le contraire relève d’une méconnaissance crasse des faits et d’une mauvaise foi à peine voilée. Je suis fier que l’ensemble de la députation québécoise ait appuyé cette motion et déplore du même souffle la décision de quelques députés fédéraux, notamment du Québec, qui ont refusé leur consentement à ce qu’une motion analogue présentée par le Bloc Québécois puisse être débattue et adoptée par la Chambre des communes... J’espère que la volonté clairement exprimée par les députés de l’Assemblée nationale saura permettre qu’on se fasse, chez nos voisins du sud, une opinion du Québec qui soit basée sur des informations crédibles et équilibrées», a déclaré Stéphane Bergeron.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top