Stéphane Bergeron souligne la quarantième édition de la Revue sur glace de Varennes

C'est dans le cadre d'une déclaration prononcée à l'Assemblée nationale, le 6 mai dernier, que le député de Verchères et leader parlementaire adjoint de l'opposition officielle, monsieur Stéphane Bergeron, a souligné le quarantième anniversaire de la Revue sur glace de patinage artistique de Varennes.

«Les 11 et 12 avril dernier avait lieu la quarantième édition de la Revue sur glace de patinage artistique à Varennes. Cet événement haut en couleur qui clôture depuis 40 ans la saison hivernale, s’est certes tenu sous le thème de la fête, mais aussi dans un certain climat de nostalgie, puisque c’était la dernière fois qu’il avait lieu dans les vénérables murs de l’aréna Louis-Philippe-Dalpé. Que de souvenirs impérissables nous chérirons pendant longtemps de tous les événements mémorables qui s’y sont déroulés durant toutes ces années!», a déclaré monsieur Bergeron.

«Cela n’a nullement altéré l’enthousiasme de nos patineuses et patineurs, qui ont, cette fois encore, livré des performances éblouissantes. Il me fait donc plaisir de souligner le travail et le talent de ces véritables étoiles de l’événement, sans oublier leurs parents et amis qui les soutiennent dans leurs efforts et leur passion, ainsi que les dévoués membres du comité organisateur, bénévoles, partenaires et commanditaires sans lesquels cet incontournable rendez-vous sportif et artistique n’aurait pas été possible», de poursuivre le député de Verchères.

«Puisse cette belle tradition se poursuivre dans le nouveau foyer du Club de patinage artistique de Varennes. La longévité et la qualité qui a caractérisé cette revue sur glace et sont à l’origine de ses succès ne sauraient s’éteindre après cette quarantième édition. C’est donc un rendez-vous l’an prochain!», a conclu Stéphane Bergeron avec enthousiasme.

LES JEUNES MONTÉRÉGIENS BÂILLONNÉS PAR LES LIBÉRAUX

Le député de Saint-Jean, porte-parole de l’Opposition officielle en matière de Jeunesse et président du caucus des députés du Parti Québécois de la Montérégie, Dave Turcotte, le député de Sanguinet, Alain Therrien, la députée de Taillon, Diane Lamarre, le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville, ont rencontré, plus tôt ce matin, des représentants du Forum jeunesse de Longueuil, du Forum jeunesse de la Montérégie Est et du Forum jeunesse de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent. « Nous sommes forcés de constater que les libéraux ont décidé de bâillonner les jeunes de notre région. Les Forums jeunesse de la Montérégie étaient un important modèle de concertation dans la région, en plus d’être animés par une relève engagée dans notre milieu, ayant à cœur les enjeux sociaux et publics de la Montérégie. C’est une trahison du premier ministre, également ministre responsable de la jeunesse, et de son gouvernement envers la jeunesse du Québec. Il ne mérite plus son titre de ministre responsable de la jeunesse! », de souligner le président du caucus des députés du Parti Québécois de la Montérégie, Dave Turcotte. Pour sa part, le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville, souligne l’importance des Forums jeunesse de la Montérégie notamment en participation citoyenne. « Les Forums jeunesse ont aidé concrètement des jeunes à Longueuil et partout au Québec. Des projets comme « Parcours vers l’entrepreneuriat » ou « Électeurs en herbe » ont eu un impact réel sur notre jeunesse et n’auraient pas pu se réaliser sans les Forums jeunesse. Le plus beau, c'est qu'ils sont gérés par des jeunes. Ce sont de très beaux exemples de participation citoyenne. On préparait notre relève. En s'attaquant aux Forums Jeunesse, les Libéraux s'attaquent à nos jeunes. C'est ça l'austérité idéologique et aveugle du gouvernement Couillard », de déclarer Bernard Drainville. La députée de Taillon, Diane Lamarre, se joint à ses collègues pour dénoncer cette décision libérale qui est contreproductive pour augmenter la participation des jeunes à la vie démocratique du Québec et de la Montérégie. « Ce que l’on souhaite, c’est une participation encore plus grande de nos jeunes dans la société. Une participation citoyenne pour et par les jeunes. L’abolition des Forums jeunesse par le gouvernement Couillard, c’est une autre façon de bâillonner. Cette fois-ci, c’est un bâillon contre la jeunesse québécoise, contre notre avenir! », de déclarer Diane Lamarre. De plus, le député de Verchère, Stéphane Bergeron, ajoute qu’il est dommage que l’austérité libérale s’attaque directement aux jeunes de la Montérégie après le saccage des Carrefours jeunesse-emploi. « Il est navrant de constater que la jeunesse, qui constitue pourtant la plus grande richesse d'un peuple, est de plus en plus mise à mal par l'austérité toxique du gouvernement Couillard. Non seulement a-t-on cavalièrement mis la clé dans la porte des Forums jeunesse, sans même avoir daigné les rencontrer, mais on fait porter aux Carrefours jeunesse-emploi l'odieux de cette décision inconcevable, après les avoir menacés eux aussi de coupures draconiennes. Et c'est sans compter les importantes réductions de services qui découleront des rationalisations exigées par le gouvernement libéral dans le domaine de l'éducation. Quand un gouvernement s'en prend ainsi à sa jeunesse et aux institutions qui devraient aider cette dernière à relever les défis de l'avenir, c'est qu'il a une conception étriquée et à courte vue de la gestion des affaires de l'État et de la société dont il préside aux destinées », se désole Stéphane Bergeron. Le député de Saint-Jean ajoute que cette décision est incompréhensible et qu’il est complètement inadmissible que le gouvernement n’ait pas voulu entendre les jeunes et les coordonnateurs de ces institutions essentielles pour bâtir des ponts entre les générations. « Les forums jeunesse sont d’une importance capitale sur le plan du développement régional et de l’implication citoyenne des jeunes dans la vie publique. Il est déplorable que le gouvernement ait décidé de les abolir, dans la précipitation, et insultant qu’il n’en ait glissé un mot aux principaux intéressés. Nous allons continuer à défendre les jeunes de la région et du Québec, tant ici qu’à l’Assemblée nationale », de conclure le député Dave Turcotte.

Manque d’espace dans les écoles de Saint-Amable : une solution temporaire afin de garder les élèves dans leur municipalité pour 2015-2016

En raison de la croissance importante du nombre d’élèves à Saint-Amable, la Commission scolaire des Patriotes (CSP) demande depuis 2013 au ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MEESR) l’autorisation de construire une nouvelle école dans cette municipalité. N’ayant toujours pas reçu de réponse favorable du MEESR pour ce projet de construction, ni pour l’installation de locaux temporaires pour accueillir des élèves en 2015-2016, la CSP, en collaboration avec les enseignants de l’école de l’Odyssée et le Syndicat de Champlain, a trouvé une solution permettant d’éviter le transfert d’élèves vers l’extérieur de la municipalité pour la prochaine année scolaire.

La présidente de la CSP, Hélène Roberge, souligne l’ouverture et la créativité des représentants du Syndicat de Champlain et des enseignants des écoles de Saint-Amable. « Je tiens à les remercier parce qu’à nouveau cette année, ils ont tout mis en oeuvre afin de trouver une solution pour garder les élèves à Saint-Amable. »

Rappelons que jusqu’à la présente année scolaire, les écoles ont réussi à trouver de l’espace pour accueillir tous les élèves de Saint-Amable, en sacrifiant notamment un laboratoire informatique et une partie de la bibliothèque de l’école L’Odyssée. Toutefois, la CSP prévoit accueillir près de 100 élèves de plus pour 2015-2016 et ne dispose présentement d’aucun local de classe supplémentaire pour les accueillir.

La solution temporaire qui est mise de l’avant pour l’année 2015-2016, prévoit transformer ce qui restait de la bibliothèque à l’école de l’Odyssée en un local de classe supplémentaire et de former au total trois classes multiniveaux dans les trois écoles primaires de la municipalité, comme il se fait dans d’autres écoles pour diminuer les transferts. Mentionnons également que des enseignantes ont accepté de travailler à deux groupes dans un même grand local de classe. L’un des impacts de cette réorganisation scolaire à Saint-Amable pour l’année 2015-2016, se traduira par le déménagement de la bibliothèque dans une partie de la salle polyvalente. Ainsi les élèves de l’école de l’Odyssée ne pourront tous dîner en même temps, comme ils avaient l’habitude de le faire.

« Les échanges avec le ministre se poursuivent et j’ai bon espoir que nous parviendrons à nous entendre dans l’intérêt des élèves de Saint-Amable et leurs perspectives de réussite scolaire. Le ministre nous a dit que le dossier était à l’étude par le ministère, tant en ce qui concerne l’installation de modulaires pour l’année 2015-2016, que la construction d’une nouvelle école pour la rentrée de 2016. J’aimerais d’ailleurs saluer et remercier tous les intervenants qui se sont mobilisés et ont collaboré avec clairvoyance et générosité pour éviter qu’on en vienne à devoir déplacer à Sainte-Julie des élèves de Saint-Amable. Ce faisant, tous les élèves de Saint-Amable pourront demeurer dans la communauté et continuer à recevoir les services auxquels ils ont droit, en attendant qu’on en arrive à une solution à long terme pour faire face au surplus de population scolaire attendu au cours des prochaines années », a déclaré le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron.

Saint-Amable a besoin d’une 4e école primaire

Depuis juin 2013, le Conseil des commissaires de la CSP a multiplié les démarches pour construire une 4e école à Saint-Amable. Toutefois, pour Mme Roberge, la solution mise de l’avant n’est que temporaire. « Nous allons poursuivre nos actions auprès du gouvernement afin d’obtenir une 4e école à Saint-Amable puisque les prévisions du MESSR, en date du 21 avril 2015, prévoient toujours que le nombre d’élèves continuera à augmenter au cours des prochaines années. »

« Grâce à ces atouts, la Municipalité de Saint-Amable a accueilli, chaque année depuis plus de six ans, de nombreuses familles avec de jeunes enfants, notre moyenne d’âge a été propulsée en tête des municipalités les plus jeunes, notre taux de natalité est aussi un des plus élevés en proportion de notre population. Ces constats sont contraires aux réalités vécues par la majorité des municipalités du Québec. Tous les facteurs nous démontrent que cette croissance continuera encore dans les prochaines années. Notre Municipalité compte ainsi un grand nombre d’enfants pour lesquels l’entrée et le cheminement dans le cursus scolaire sont les facteurs les plus importants pour leur développement et leur épanouissement. Avec la construction d’une nouvelle école, nous regrouperons les meilleures conditions possibles pour leur réussite scolaire », d’ajouter le maire de Saint-Amable, monsieur François Gamache.

Mme Roberge souhaite également que le MEESR reconnaisse que l’école de L’Odyssée puisse bénéficier du même financement que les deux autres écoles de Saint-Amable pour répondre aux besoins des élèves. « Ce n’est pas normal qu’à la fois le ministère détermine que l’indice de défavorisation est de 9 pour toute la municipalité de Saint-Amable, donc que tous les élèves ont droit aux mêmes services, mais que pour des raisons administratives ce statut ne peut être reconnu pour l’école de l’Odyssée, » a conclu la présidente de la CSP.

Enfin, la préparation de la nouvelle année scolaire est déjà en cours. Les parents des élèves de Saint-Amable recevront plus de détails à cet effet au cours des prochaines semaines.

Pour l’année scolaire 2015-2016, la Commission scolaire des Patriotes se prépare à accueillir quelque 32 300 élèves répartis dans 66 écoles et centres de formation.

Le ministre de l'éducation envisage de délocaliser des élèves de Saint-Amable dans une école de Sainte-Julie

À l’occasion de la période de questions, le 22 avril dernier, la députée de Pointe-aux-Trembles et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’Éducation primaire et secondaire, et de persévérance scolaire, madame Nicole Léger, a interpellé le ministre de l’Éducation, des Loisirs et du Sport au sujet de la nécessité de doter Saint-Amable d’une nouvelle école primaire.

«La municipalité de Saint-Amable, en Montérégie, est l'une des villes au Québec où la population s'accroît le plus rapidement. Elle est aussi parmi les villes les plus jeunes au Québec. Pour faire face à cette croissance, une nouvelle école primaire est plus que nécessaire. Le milieu est mobilisé, les autorités scolaires en ont fait la demande au ministre. Or le problème, c’est que le dossier est bloqué au bureau du ministre, qui refuse d'aller de l'avant avec le projet malgré les besoins criants. Le ministre de l'Éducation envisage sérieusement de transférer les jeunes de la municipalité de Saint-Amable à Sainte-Julie. Ce que le ministre ne comprend pas, de toute évidence, c'est que la réalité des deux villes est très différente. À Saint-Amable, l'indice de défavorisation est de 9, presque au maximum, tandis que celui de Sainte-Julie est de 1. Les besoins sont donc très différents. Le ministre peut-il se rendre à l'évidence, à savoir que Saint-Amable doit avoir une école afin de répondre à ses besoins?», a demandé madame Léger.

Le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, s'est inquiété de l'insensibilité apparente de la réponse donnée par le ministre: «Le ministre semble privilégier des considérations bureaucratiques au détriment de la réussite scolaire des enfants de Saint-Amable. Comment choisirait-on ces infortunés élèves qui devraient voyager soir et matin dans la municipalité voisine, qui seraient noyés dans un milieu étranger qui n'optimiserait pas leurs conditions d'apprentissage, non seulement parce qu'on y applique le ratio maître/élèves de classes régulières, mais aussi parce qu'ils ne pourraient compter sur tous les services spécialisés qui leur sont actuellement accessibles à Saint-Amable? Il s'agirait d'une décision allant à l'encontre de l'intérêt des enfants! Et dire que tout ça découle d'une simple technicalité, qu'il serait facile de résoudre... J'ai eu une discussion constructive avec le ministre, après la période de questions, et j'ose espérer qu'il soit encore possible de trouver une solution qui réponde tant aux besoins des élèves qu'aux desseins du ministère».

Stéphane Bergeron souligne la participation d'une délégation du Collège Saint-Paul au Tournoi Jeunes Démocrates

Le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, tient à féliciter sept étudiants du Collège Saint-Paul de Varennes qui ont pris part au Tournoi Jeunes Démocrates de l’Assemblée nationale, les 11 et 12 avril derniers.

Jack Alarie-Santiago, Guillaume Barrette, Jean-Philippe Côté, Étienne Drouin, Raphael Froment, Tobie-Raphael Godue et Étienne Parent, épaulés par leur enseignant et instructeur, monsieur Sébastien Poulet, ont courtoisement croisé le fer avec des étudiantes et étudiants de partout au Québec dans le cadre de ce prestigieux tournoi annuel de connaissances générales, qui réunissait 19 équipes du niveau collégial et 29 du niveau secondaire.

«C’est avec une immense fierté que je tiens à souligner la participation de nos sept brillants représentants à cette activité résolument formatrice qu’est le Tournoi Jeunes Démocrates. En défendant les couleurs de leur institution d'enseignement et de notre circonscription dans le cadre de cette compétition relevée, les membres de la délégation du Collège Saint-Paul, par leur intelligence, leur vivacité d'esprit, leur érudition et leur vif intérêt pour notre système démocratiques, ont démontré que la jeunesse du Québec est épanouie et talentueuse, mais, surtout, qu'elle constitue une relève prometteuse pour la prise en charge prochaine des destinées de la nation québécoise. J'aime à répéter que la jeunesse constitue la plus grande richesse d'un peuple, puisqu'elle en est l'avenir. Une jeunesse cultivée et dynamique constitue le garant de la vitalité d’une nation. En s'employant à parfaire leur formation et à entretenir leur curiosité envers nos institutions démocratiques, ces sept étudiants du Collège Saint-Paul constituent des exemples remarquables pour chacune et chacun de nous», a déclaré Stéphane Bergeron.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top