Il est temps que le Québec recommence à faire des gains

En compagnie de Maka Kotto et de Stéphane Bergeron, deux ex-députés du Bloc Québécois, anciens ministres et députés du Parti Québécois, Gilles Duceppe a rappelé quelques-unes des réalisations que le Bloc Québécois a accomplies à Ottawa.

«Quand le Bloc mène des batailles à Ottawa, nous en ressortons tous gagnants. Ça veut dire plus d’argent pour l’éducation, pour la santé, pour nos familles, et plus d’argent dans la poche des Québécois. Quand le Bloc fait des gains à Ottawa, c’est tous les Québécois qui y gagnent», a déclaré Gilles Duceppe.

Il a illustré ses propos par sept gains du Bloc pour les Québécois, notamment l’entente sur la formation de la main-d’œuvre , qui rapporte 250 millions de dollars aux Québécois depuis 18 ans; la non-imposition de la prestation pour enfants, qui a été malheureusement annulée le printemps dernier avec la Prestation universelle pour la garde d’enfants; un premier règlement du déséquilibre fiscal, qui a permis au Québec de recevoir 3,3 milliards de dollars; et le maintien de la gestion de l’offre dans l’entente de libre-échange avec l’Union européenne.

Prenant exemple de la culture québécoise, Maka Kotto a lancé que «si nous voulons recommencer à gagner à Ottawa, il n’y a qu’une façon d’y arriver et c’est d’élire un maximum de candidates et de candidats du Bloc Québécois.»

Stéphane Bergeron a donné l’exemple de la sécurité publique et des nombreux gains du Bloc contre le crime organisé. «Comme ministre, c’était une de mes responsabilités et je tiens à souligner ceci : ça peut paraître surprenant à certains, mais le parti sur la scène fédérale qui a sans doute le plus contribué à combattre le crime organisé au Québec et au Canada, ce n’est pas un parti qui a formé le gouvernement, c’est le Bloc Québécois.»

«Nos batailles n’ont jamais été faciles à gagner. C’est notre acharnement et notre entêtement à défendre les Québécoises et les Québécois qui nous ont permis de sortir victorieux de luttes souvent ardues. Pensons au Supplément de revenu garanti pour les aînés. Nos députés ont passé des mois à chercher et identifier les personnes qui y avaient droit mais qui ne le savaient pas. Un travail de terrain de longue haleine pour nos aînés les plus démunis, mais qui a aidé, dans le quotidien, des dizaines de milliers de personnes âgées. Pensons aussi au scandale des commandites. On a dû talonner sans relâche le gouvernement pour que la lumière soit faite sur ce scandale qui a coûté des millions de dollars», a conclu Gilles Duceppe.

Le Parti Québécois salue la mémoire de Jocelyne Ouellette

C’est avec tristesse que le député de Saint-Jérôme et chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, et le député de Verchères et porte-parole pour la région de l’Outaouais, Stéphane Bergeron, ont appris le décès de Mme Jocelyne Ouellette, ancienne députée du Parti Québécois dans la circonscription de Hull et ministre au sein du premier cabinet de René Lévesque.

«J’adresse mes plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Mme Ouellette, en mon nom et en celui de mes collègues députés du Parti Québécois. Son rôle au sein de notre grand parti fut déterminant; en plus de participer à sa fondation, elle a travaillé très fort pour en faire connaître le programme aux femmes et aux hommes de la région de l’Outaouais. Ayant su conquérir le cœur des citoyens de Hull, elle les aura dignement représentés à l’Assemblée nationale de 1976 à 1981. On se souviendra d’elle comme d’une femme engagée et volontaire, militante avant tout», a déclaré Pierre Karl Péladeau.

Stéphane Bergeron a quant à lui tenu à rappeler que Jocelyne Ouellette faisait partie des quatre premières femmes à avoir été élues sous la bannière du Parti Québécois. «Elle fut une pionnière, non seulement pour notre projet de faire du Québec un pays, mais également sur le plan de l’éthique et de l’intégrité; en effet, en 1978, c’est elle qui instaura, à titre de ministre des Travaux publics et de l’Approvisionnement, un système d’attribution des contrats gouvernementaux basé sur l’équité et la transparence, baptisé "Rosalie". Il lui aura fallu du courage et de la détermination, mais Mme Ouellette n’était pas du genre à abandonner sans se battre, ni à refiler le travail à quelqu’un d’autre. Les Québécoises et les Québécois, particulièrement ceux de l’Outaouais, peuvent se compter chanceux de l’avoir eue pour veiller sur leurs intérêts», a-t-il ajouté.

Stéphane Bergeron remet une contribution de 1000$ au Carrefour Jeunesse-Emploi Marguerite-d'Youville

Le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a tenu à réaffirmer son soutien au Carrefour jeunesse-emploi Marguerite-d’Youville, par l’attribution, cette fois, d’une subvention de 1000$ pour le bon fonctionnement des Coopératives jeunesse de services de Verchères et de Sainte-Julie, qui ont clôturé leur saison estivale 2015 il y a quelques jours.

«Il est impératif de faire en sorte que les jeunes soient préparés à prendre leur place sur le marché du travail. Considérant que l'emploi le plus difficile à dénicher est toujours le premier, dans la mesure où un employeur recherche invariablement des candidatures possédant une certaine expérience, les Coopératives jeunesse de services offrent justement aux jeunes de vivre une première expérience de travail très formative, tout en leur permettant de se faire un peu d'argent de poche. Qui plus est, elles leur donnent l'occasion d'acquérir, en s'inspirant du modèle coopératif qui s'est révélé si populaire et profitable au Québec, des notions entrepreneuriales qui les amèneront peut-être à lancer un jour leur propre entreprise. Or, nous savons que ce sont les petites et moyennes entreprises qui constituent la fibre même du tissus économique du Québec et, donc, les principales créatrices d'emplois et de richesse», a déclaré monsieur Bergeron.

«La jeunesse incarnant notre avenir, il importe de l’outiller pour que cet avenir soit des plus prometteurs. Et c’est justement la mission que poursuivent les Carrefours jeunesse-emploi, particulièrement celui de Marguerite-d’Youville, dont ils s'acquittent notamment par le biais des Coopératives jeunesse de services. Il me fait donc plaisir de soutenir les activités du Carrefour jeunesse-emploi de notre territoire et son heureuse initiative de mettre sur pied, et ce, depuis plusieurs années, une Coopérative jeunesse de services à Sainte-Julie et Verchères, d'autant que le gouvernement libéral sabre sans discernement dans les budgets dédiés à l'emploi et la jeunesse, en plus de demeurer dangereusement apathique face à la détérioration actuelle du climat économique», a déclaré Stéphane Bergeron. Notons que c'est au directeur du Carrefour jeunesse-emploi Marguerite-d'Youville, monsieur Nicholas Imonti, que le député de Verchères a remis la contribution de 1000$ au fonctionnement des Coopératives jeunesse de services de Sainte-Julie et Verchères.

Rappelons que tout au long de l’été, celles-ci se sont acquittées d'une série de contrats, tels que la tonte de gazon, la peinture, l’entretien extérieur, le gardiennage, etc. Les jeunes de 13 à 17 ans qui y participent, encadrés par deux animateurs dûment qualifiés, sont appelés à mettre sur pied une coopérative, dont ils doivent assurer le service à la clientèle, ainsi que la gestion des finances, des ressources humaines et du marketing, entre autres. Pour ces jeunes, il s'agit d'une occasion unique de s’initier au fonctionnement d’une entreprise, d’être leur propre patron et de gérer leurs horaires de travail, tout en étant rémunérés.

Le Parti Québécois entame une tournée sur les dangers du transport de pétrole par train

La députée de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, de stratégie maritime et d’électrification des transports, Martine Ouellet, ainsi que le député de Verchères et porte-parole en matière d’affaires intergouvernementales canadiennes, Stéphane Bergeron, annoncent le début d’une tournée sur les dangers du transport de pétrole par train, à laquelle se joindront le député de Rimouski, Harold LeBel, et le député de Matane et porte-parole en matière de sécurité publique, Pascal Bérubé, lors de son passage dans le Bas-Saint-Laurent et la vallée de la Matapédia.

Cette série de rencontres avec des élus municipaux et des groupes de citoyens aura lieu du 17 au 31 août, et s’intéressera plus particulièrement au projet de Belledune, qui vise l’exportation du pétrole des sables bitumineux de l’Alberta.

«Je tenais à aller à la rencontre des citoyens et des élus municipaux des communautés qui seront touchées par cet important projet de transport de pétrole. S’il voit le jour, 240 wagons-citernes, soit quelque 170 000 barils de pétrole, traverseraient chaque jour des municipalités telles que Longueuil, Mont-Saint-Hilaire, Saint-Hyacinthe, Drummondville, Lévis, Rivière-du-Loup, Rimouski, Mont-Joli et Amqui, ce qui ne serait pas sans apporter un risque d’accident important», a déclaré Martine Ouellet.

«Dans ce dossier, le gouvernement du Québec reste les bras croisés. Si le Québec était souverain, les Québécoises et les Québécois auraient le dernier mot. Au lieu de cela, l’attitude passive, voire complaisante, du gouvernement Couillard nous condamne à devoir assumer tous les risques, sans la moindre retombée positive. Les compagnies pétrolières et ferroviaires devraient nous demander la permission avant de faire passer des wagons de pétrole au cœur de notre territoire», a poursuivi Stéphane Bergeron. Le député a ajouté que dans le contexte de la campagne électorale fédérale, il souhaite que les candidats et les chefs des différents partis tendront une oreille particulièrement attentive aux préoccupations et à la réalité des communautés qui sont très inquiètes des impacts potentiels, et qu’ils les prendront en considération.

Rappelons que le projet de transport de pétrole vers Belledune a déjà commencé à faire des dommages; pensons notamment à la fosse à saumon de Sainte-Florence qui, en avril dernier, a été remplie avec plus de 6000 tonnes de pierre non lavée, et ce, sans autorisation. «Cette erreur du Canadien National aura de graves conséquences à long terme sur le saumon et l’industrie touristique de la région du Bas-Saint-Laurent. La confiance des Québécois envers les compagnies ferroviaires et Transports Canada est à son plus bas. Les citoyens et les élus doivent faire entendre leurs préoccupations dès maintenant, avant que d’autres conséquences malheureuses ne surviennent», a conclu Martine Ouellet.

"Ne reste plus qu'à se mobiliser pour qu'il devienne réalité"

Dévoilement de la stratégie maritime incluant un pôle logistique à Contrecœur

Le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires intergouvernementales, monsieur Stéphane Bergeron, qui était présent lors du dévoilement, le 29 juin dernier, se dit plutôt satisfait de la stratégie maritime du gouvernement du Québec, laquelle prévoit notamment l’établissement d’un pôle logistique de transport à Contrecœur, tout en exprimant certaines réserves quant à la séquence des événements devant conduire à sa mise en place.

«Le Port de Montréal est déjà très avancé dans les préparatifs pour l’agrandissement de ses installations de Contrecœur, qui, rappelons-le, sont ouvertes 12 mois par année. Les plans et devis sont prêts, les études environnementales sont en cours, une importante superficie de terrain lui appartient et est déjà dézonée, la population et les autorités de la région attendent ce projet avec impatience, l’industrie se mobilise déjà en prévision de sa réalisation. Il importe donc que le projet de pôle logistique soit dès maintenant arrimé à l’échéancier du Port de Montréal», de déclarer monsieur Bergeron.

Quelques minutes après la conférence de presse ayant permis de confirmer plusieurs des informations qui circulaient déjà dans les médias depuis un certain nombre de jours, le député de Verchères s’est brièvement entretenu avec le ministre délégué à l’implantation de la stratégie maritime: «Le ministre D’Amour s’est enquis de ma réaction suite au dévoilement de cette stratégie, s’est préoccupé des réserves que je lui ai exprimées et s’est dit confiant de pouvoir me rassurer. Comme il faut maintenant nous mettre au travail pour que le pôle logistique de transport de Contrecœur devienne réalité, nous aurons amplement l’occasion d’en reparler au cours des prochaines semaines».

Cette conférence de presse nous aura aussi permis d’apprendre qu’aucune entente n’a encore été signée avec Ottawa concernant les ports de juridiction fédérale. «Au nombre des quais fédéraux devant éventuellement faire l’objet d’une cession aux autorités locales figure toujours celui de Verchères. Quant aux installations du Port de Montréal à Contrecœur, le gouvernement fédéral devra inévitablement faire partie du montage financier rendant possible leur agrandissement, ce qui ferait déjà l’objet de pourparlers devant permettre d’aller de l’avant rapidement», a conclu Stéphane Bergeron.

Le gouvernement libéral soutient que cette stratégie maritime constituerait une première. Or, l’ancien ministre péquiste, Jacques Baril, avait pourtant mis de l’avant la première Politique de transport maritime et fluvial du Québec en 2001. La mise en œuvre de cette politique, qui fut court-circuitée par le gouvernement fédéral de Jean Chrétien, a d’ailleurs été poursuivie par le gouvernement de Jean Charest.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top