Le Parti Québécois insiste à nouveau sur l'importance du site de Contrecœur

Mise en place de pôles logistiques

Au lendemain du report du dévoilement officiel de la stratégie maritime, la députée de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en cette matière, madame Martine Ouellet, s’est interrogée sur les fuites ayant permis que certaines bribes de ladite stratégie aient malgré tout été rendues publiques dans les médias.

Le 3 juin dernier, elle a notamment questionné le ministre responsable de la stratégie maritime à l’Assemblée nationale au sujet des informations révélées par Radio-Canada quant à la mise en place de pôles logistiques. Madame Ouellet s’est particulièrement intéressé aux intentions du ministre par rapport au site de Contrecœur, qu’elle considère, à l’instar de la communauté d’affaires, dont le CN et le Port de Montréal, comme étant incontournable et devant rapidement être mis en valeur.

Appelé à commenter la sortie de sa collègue, le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a déclaré: «Les fuites laissent effectivement entendre que le gouvernement serait tenté d’aller d’abord de l’avant avec le site de Vaudreuil-Soulanges. Or, nous avons toujours affirmé que ce serait une erreur de n’y aller qu’avec ce seul site proposé. Les deux sites peuvent et doivent être développés en complémentarité. D’ailleurs, puisque le gouvernement semble maintenant déterminé à développer les deux sites, ne reste plus qu’à s’entendre sur la séquence où ils doivent être développés, ayant à l’esprit que le Port de Montréal est déjà très avancé dans le processus devant mener à l’agrandissement de ses installations à Contrecœur».

«Compte tenu des intentions annoncées par le gouvernement, ces deux projets qui étaient à toutes fins utiles en compétition l’un contre l’autre, doivent apprendre à s’agencer l’un avec l’autre. Pour ce faire, il importe que les intervenants, de part et d’autre, prennent contact afin d’établir un dialogue constructif. À ce propos, je signale que le président du CLD Vaudreuil Soulanges et maire de Vaudreuil-Dorion, monsieur Guy Pilon, et moi-même avons récemment correspondu. Je lui signalais que de travailler dans un esprit de complémentarité, apparaît certes logique, puisque Contrecœur et Vaudreuil-Soulanges font non seulement partie de la même région, mais également d’un même axe maritime, routier et ferroviaire, ce qui est au cœur de l’idée même d’un pôle logistique», de conclure Stéphane Bergeron.

Un registre de condoléances est ouvert au bureau de Stéphane Bergeron

Décès de monsieur Jacques Parizeau

Touché par les innombrables témoignages se faisant entendre aux quatre coins du Québec depuis la disparition du Premier ministre Jacques Parizeau, le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a décidé, à l’instar de plusieurs autres parlementaires, de mettre un registre de condoléances à la disposition des citoyennes et citoyens de la circonscription.

«J’invite toutes les personnes qui le souhaitent à venir signer le registre au bureau de circonscription, sis au 100 boulevard de la Marine, bureau 1A, à Varennes, et ce, du lundi au vendredi, de 9h00 à midi et de 13h30 à 17h00, jusqu’au vendredi 12 juin. Tous ces témoignages de condoléances seront ensuite transmis à la famille de feu monsieur Parizeau», a précisé le député de Verchères.

«Un monument, un géant, un grand bâtisseur du Québec moderne vient de nous quitter. La place qui est la sienne dans le cœur des Québécoises et Québécois, de même que celle qu’il occupe désormais dans l’histoire de notre nation justifient largement cet émouvant élan de sympathie que suscite son décès», de conclure Stéphane Bergeron.

«DE LA VOLONTÉ, DU COURAGE, DE LA PERSÉVÉRANCE…»

Décès de «Monsieur» Jacques Parizeau

C’est par ces paroles, au cours des années soixante-dix, que Jacques Parizeau, qui, deux décennies plus tard, allait devenir Premier ministre du Québec et conduire ce dernier au seuil de son indépendance, répondait à un étudiant qui se demandait ce qu’il faudrait déployer pour surmonter les nombreux obstacles qui se dresseraient inévitablement devant le peuple québécois dans sa marche vers la modernité, la prospérité et la liberté. «De la volonté, du courage, de la persévérance. Ces paroles caractérisent bien monsieur Parizeau, qui les a incarnées toute sa vie», a déclaré le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron.

«Un monument, un géant, un grand bâtisseur du Québec moderne vient de nous quitter. Premier québécois à avoir décroché un doctorat de la prestigieuse London School of Economics, monsieur Parizeau a sacrifié une prometteuse carrière universitaire pour prendre part à ce qu’on a appelé la "Révolution tranquille". Haut fonctionnaire dans l’entourage du Premier ministre Lesage, il a été aux premières loges de la nationalisation de l’électricité. Brillant et novateur ministre des Finances dans le gouvernement du regretté René Lévesque, qu'il rejoint dans l'histoire et la légende, Jacques Parizeau a légué aux Québec, au terme de sa prolifique carrière, de nombreux outils de développement ayant permis aux Québécoises et Québécois de prendre le contrôle de leur avenir économique», de poursuivre le député de Verchères.

«Grâce à Jacques Parizeau, le peuple québécois a repris confiance en lui. Il n'était plus simplement question de clamer qu'on est capable, mais d'avoir les moyens de le démontrer. Grâce à Jacques Parizeau, les Québécoises et Québécois savent qu'il est possible de faire du Québec un pays. En fait, il nous a même permis d'entrevoir ce pays qu'il a tant aimé et désiré, de presque y toucher. Grâce à Jacques Parizeau, les voies de l'avenir demeurent donc ouvertes, ce dont l'ensemble des Québécoises et Québécois, indépendamment de leurs allégeances politiques, lui sont et demeureront redevables. Toutes mes pensées accompagnent sa conjointe, ses enfants et tous ses proches; merci de l'avoir si généreusement partagé avec nous!», de conclure Stéphane Bergeron.

Brassage des structures dans le réseau de la santé; «Tout ça sans la moindre garantie d'un meilleur accès aux soins...»

Le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a soulevé certaines des questions laissées en suspens par le ministre de la Santé et des Services sociaux, qui multiplie les annonces, notamment quant aux coûts et conséquences découlant de la loi 10, adoptée sous bâillon, et le projet de loi 20, toujours à l'étude, ainsi que de certaines dispositions touchant les pharmaciens contenues dans la loi 28, également adoptée sous bâillon.

«Je suis un peu inquiet de la tournure des événements... Le ministre se répand en belles promesses. À l’en croire, tout le monde aura un médecin de famille du jour au lendemain. Mais beaucoup trop de questions essentielles demeurent toujours sans réponse. Avec l'entente conclue avec les omnipraticiens sous la menace, comment sera-t-il possible d'atteindre en deux ans le même taux de croissance du niveau de couverture de la population par un médecin de famille que celui auquel nous en sommes arrivés au cours des sept dernières années, et ce, sans modifier fondamentalement les conditions de pratique? Et sans changement au mode de rémunération, combien en coutera-t-il pour atteindre de tels résultats, si tant est qu'il est réellement possible de les atteindre? Comment, par ailleurs, les hôpitaux pourront-ils continuer de fonctionner normalement si les omnipraticiens ne sont plus tenus d'y effectuer un certain nombre d'heures? Si ce sont les médecins spécialistes qui devront prendre le relais, combien en coûtera-t-il, encore une fois? Comment garantir que l’accès à un médecin de famille ne se limitera pas à une simple inscription sur une liste et qu'il sera vraiment possible de le voir dans des délais raisonnables lorsque requis? En d'autres termes, les bouleversements annoncés par le ministre soulèvent davantage de questions qu'ils n'apportent de réponses...», de s'inquiéter monsieur Bergeron.

D’ailleurs, intervenant il y a quelques jours au cours du débat portant sur le projet de loi 20, le député de Verchères s'est demandé pourquoi le ministre, plutôt que de confier davantage de responsabilités aux autres professionnels de la santé, de telle sorte de libérer les omnipraticiens et leur permettre ainsi de voir plus de patients, s'entête à vouloir mettre en péril ce qui, de l’avis général, fonctionne bien dans le réseau de la santé, à savoir l'accès aux pharmaciens. «Tous les jours, incluant les soirs et les fins de semaine, lorsqu'on a un problème de santé et qu'on ne parvient pas à obtenir un rendez-vous chez le médecin, on peut se rendre à la pharmacie et voir le pharmacien qui, gracieusement, nous reçoit et nous conseille. Or le ministre s'en prend à la rémunération des pharmaciens, au risque de forcer ainsi la fermeture de certaines petites pharmacies, particulièrement en région, ou de les voir réduire les heures d'ouverture et le niveau de service offert».

«C'est à n'y rien comprendre! Le ministre va exactement dans le sens contraire de ce qui devrait être fait pour améliorer les soins et le niveau de couverture. Décidément, ce médecin de formation semble avoir une vision du système de santé uniquement centrée sur la profession médicale...», de conclure Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron expose des œuvres de Nicole Aubin au bureau de circonscription

Plusieurs œuvres de l'artiste peintre Nicole Aubin orneront les murs du bureau de circonscription du député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, jusqu'au 1er août prochain.

Nicole Aubin est une artiste autodidacte qui tire son inspiration créatrice des œuvres des grands maîtres, de la vie et des gens qui l’entourent. Mue par une démarche artistique pleine d’émotions, elle aspire à représenter l’essence même des sujets, des thèmes et des motifs qui l’animent. Artiste d’expérience, elle a participé à l'initiative Réso’Art Express en 2011, a exposé à la bibliothèque de Varennes, ainsi qu’à de nombreux autres endroits de notre belle région.

Son parcours, très personnel, trouve sa source dans sa prime jeunesse. Au secondaire, déjà, elle était reconnue pour la qualité de ses dessins, de même que pour l’aide qu’elle se faisait un devoir de prodiguer à ses camarades de classe. Elle travaille aujourd’hui à l'acrylique, son médium de prédilection, qui confère à ses œuvres les nuances, les couleurs et les ombres qui font la richesse de ses créations.

«J’ai l’immense plaisir et l’honneur d’accueillir, pour une bonne partie de la période estivale, les œuvres remarquables de cette artiste accomplie de notre région. J’invite instamment nos concitoyennes et nos concitoyens à venir contempler ses créations, qui, tout en revendiquant une certaine simplicité, sont remarquables de profondeur. De son propre aveu, les créations exposées au bureau de circonscription traduisent un côté plus sombre qui mettent donc en relief de saisissants jeux d'ombre et de lumière. C’est d’abord et avant tout par l’affirmation de sa culture qu’une nation se fait grande aux yeux du monde et madame Aubin, par ses toiles, contribue pleinement au rayonnement des arts dans notre circonscription, mais aussi au rayonnement des arts de notre circonscription», a signalé le député de Verchères.

Rappelons que, depuis 2005, Stéphane Bergeron offre à des artistes de la région l'opportunité d'exposer leurs œuvres au bureau de circonscription.

Nicole Aubin, en compagnie de Stéphane Bergeron, devant l'une des œuvres exposées
 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top