Stéphane Bergeron souligne le 20e anniversaire de la Maison de la famille Joli-Cœur

C'est dans le cadre d'une déclaration prononcée à l'Assemblée nationale, le 30 mars dernier, que le député de Verchères et leader parlementaire adjoint de l'opposition officielle, monsieur Stéphane Bergeron, a souligné le 20e anniversaire de la Maison de la famille Joli-Cœur.

«C’est le 20 mars dernier que se tenait la désormais classique dégustation de vins et fromages bénéfice de la Maison de la famille Joli-Cœur, au cours de laquelle on a tout particulièrement souligné le vingtième anniversaire de cette précieuse ressource pour les familles de Contrecœur et des autres communautés de la MRC de Marguerite-d’Youville», a déclaré monsieur Bergeron.

«La Maison de la famille Joli-Cœur se distingue, depuis deux décennies, par le dévouement dont font preuve ses administratrices, membres du personnel et bénévoles pour le développement et l’épanouissement des enfants de la région, de même que pour le soutien apporté à leurs parents. Halte-garderie, aide aux devoirs, ateliers et conférences figurent parmi les nombreux services offerts, ce qui a pour effet d’ajouter à la qualité de vie et de contribuer à améliorer les perspectives d'avenir des enfants fréquentant la Maison de la famille Joli-Cœur, en plus de bonifier les compétences parentales de leurs parents», a poursuivi le député de Verchères.

«Qu’il me soit donc permis de remercier et féliciter chaleureusement toutes les personnes qui ont assuré la pérennité de cette remarquable organisation et lui ont permis de poursuivre son indispensable action sur le territoire», a conclu Stéphane Bergeron.

L'austérité toxique du gouvernement Couillard se poursuit!

En réaction au discours du ministre des Finances sur le budget 2015-2016, le député de Verchères et leader parlementaire adjoint de l’opposition officielle, monsieur Stéphane Bergeron, s’inquiète des effets néfastes qui découleront inévitablement de l’absence de vision et de plan de développement économique qui s’en dégagent.

«D’entrée de jeu, le ministre a reconnu que le déficit accumulé auquel nous devons faire face est le résultat de l’incurie des libéraux depuis six ans. Aujourd’hui, sans l’ombre d’un remord, ces mêmes libéraux, qui ont occasionné 30% de la dette totale du Québec en une décennie, refilent la facture aux Québécoises et aux Québécois. Ils prétendent demander un effort collectif, alors que ce sont encore les familles, les régions et les petites entreprises qui vont payer la note et voir leur fardeau fiscal s’alourdir», a déclaré monsieur Bergeron.

«Aveuglés par leur obsession de présenter un budget équilibré, les libéraux font fi des conséquences désastreuses que vont occasionner leurs coupes draconiennes dans la santé, l’éducation et le filet social. Baisser les impôts des grosses compagnies en haussant ceux des petites entreprises, qui assurent la prospérité de nos communautés, laisse présager une panne prolongée de l’économie, de la création d’emplois et de l’investissement. On n’équilibre pas son budget au détriment de ceux dont on doit prendre soin. C’est tout simplement irresponsable!», de s’indigner le député de Verchères.

«Cela fait douze ans que les libéraux promettent des baisses de taxes et d’impôts. Or, ça fait douze ans qu’ils ne cessent de les hausser! Ce budget s’inscrit en droite ligne de ce jeu de dupe auquel ils nous astreignent depuis plus d’une décennie, puisqu’aucune des baisses annoncées ne prendra effet avant 2017-2018, soit, comme par hasard, à la veille des prochaines élections! C’est ajouter l’insulte à l’injure!», de conclure Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron souligne le centenaire de monsieur Wilfrid Jetté

C'est dans le cadre d'une déclaration prononcée à l'Assemblée nationale, le 19 mars dernier, que le député de Verchères et leader parlementaire adjoint de l'opposition officielle, monsieur Stéphane Bergeron, a souligné les cent ans de monsieur Wilfrid Jetté.

«C’est le 8 mars dernier que monsieur Wilfrid Jetté célébrait son 100e anniversaire de naissance, en compagnie de sa famille, de ses amis, des administrateurs, du personnel et des bénévoles de la résidence Des Gens Heureux à Contrecœur», a déclaré monsieur Bergeron.

«Un centenaire, c'est quelque chose de tout simplement remarquable, lorsqu'on pense au fait que notre peuple compte quelque 400 ans d'existence. Nous avons un devoir de gratitude par rapport à ces Québécoises et Québécois, qui, à l'instar de monsieur Jetté, ont façonné le visage du Québec d'aujourd'hui, contribué à l'épanouissement de notre nation et en ont fait une société prospère et solidaire», de poursuivre le député de Verchères.

«Aussi, l'âge vénérable de monsieur Jetté mérite-t-il d’être souligné dignement. En fait, son centenaire confère à monsieur Jetté le statut de véritable trésor national qui assure la transmission d’un savoir et d’une expérience incommensurables aux générations suivantes. Qu’il me soit donc permis de lui adresser mes vœux les plus chaleureux pour son 100e anniversaire, en lui souhaitant encore de très nombreux printemps, en santé et entouré de ses proches», de conclure Stéphane Bergeron.

Coupes dans le communautaire en Outaouais - Les craintes du Parti Québécois se confirment

Le député de Rosemont et porte-parole de l’opposition officielle en matière de services sociaux, de protection de la jeunesse, de soins à domicile et de prévention, Jean François Lisée, le député de Rimouski et porte-parole en matière de lutte à la pauvreté, de solidarité et d’économie sociale, Harold LeBel, ainsi que le député de Verchères et responsable pour la région de l’Outaouais, Stéphane Bergeron, dénoncent la décision de la ministre déléguée Lucie Charlebois de détourner les budgets du milieu communautaire vers le réseau de la santé et des services sociaux.

En effet, jeudi dernier, nous avons appris de la bouche de la ministre qu’une somme de 1,2 million, provenant du Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) et octroyée à un organisme de l’Outaouais, le Centre d’aide 24/7, sera transférée au budget du nouveau CISSS de l’Outaouais, un établissement créé par le projet de loi 10, adopté sous bâillon.

«Alors qu’en commission parlementaire, les ministres Gaétan Barrette et Lucie Charlebois avaient promis qu’en aucun cas des sommes dédiées au communautaire seraient affectées à une autre enveloppe, ailleurs dans le réseau, le gouvernement fait volte-face et renie sa parole. Nous avons fait état de nos craintes à plusieurs reprises au cours de l’étude détaillée du projet de loi 10 et, chaque fois, le ministre s’est défendu en disant que jamais une telle chose ne se produirait», a déclaré Jean François Lisée.

«Cette décision démontre une profonde incompréhension de la part des deux ministres de ce qu’est et de ce que fait le milieu communautaire, qui doit déjà composer avec le refus du gouvernement libéral de rehausser son financement à la mission globale. Nous dénonçons ce transfert de sommes et joignons notre voix à celle du milieu communautaire pour demander au premier ministre de ramener à l’ordre ses ministres et de ne pas couper les vivres aux organismes communautaires», a ajouté Harold LeBel.

Les ministres brisent leurs promesses

«Aujourd'hui, nos pires inquiétudes se confirment. Ce geste posé par la ministre Charlebois concernant le Centre d’aide 24/7 ouvre la porte à des décisions analogues dans toutes les régions du Québec. Ce qui se passe en Outaouais est contraire à toutes les promesses faites par les ministres concernés et est tout simplement injustifiable, d’autant plus qu’il s’agit d’un service qui fonctionne bien. La population de la région, qui doit déjà composer avec un déficit historique sur le plan du financement des services de santé et des services sociaux, ne peut s’expliquer qu’on veuille couper cette ressource indispensable», de signaler Stéphane Bergeron.

Rappelons qu’en commission parlementaire, le 6 novembre dernier, la ministre déléguée Lucie Charlebois disait :

«Il va falloir des mausus de bonnes raisons pour qu’une autorisation [de transférer des sommes] soit demandée au ministre et à la ministre déléguée.»

Le ministre de la Santé ajoutait, le 6 décembre :

«[Il] faudrait qu’il y ait une situation de méchante urgence pour déplacer un budget. On peut imaginer un scénario catastrophique; là, on pourrait avoir une épidémie d’Ebola au Québec.»

«Où est la catastrophe dans cette situation? L’argent du PSOC doit rester au PSOC, et le gouvernement doit cesser de piger dans l’enveloppe du communautaire pour renflouer les coffres des établissements», ont conclu les députés.

Les budgets de la Santé publique de l'Outaouais amputés de 651700 dollars

Le député de Verchères et député parrain de la région de l’Outaouais, monsieur Stéphane Bergeron, dénonce les coupes de 651 700 dollars en santé publique qui seront imposées à la région à compter du 1er avril prochain. Pour tout le Québec, les coupes s’élèveront à 23,7 millions de dollars.

«L’obsession libérale de procéder à des économies de bouts de chandelle à courte vue obligera assurément les directions régionales à couper dans certains services, ce qui entraînera inévitablement de graves conséquences à moyen et à long termes pour la santé de la population et… pour les finances publiques du Québec; quelle ironie!», a déclaré monsieur Bergeron.

Rappelons qu’en septembre dernier, lors du dépôt du projet de loi 10, le ministre Gaétan Barrette avait annoncé son intention de couper 20 millions de dollars en santé publique, ce qui avait déjà soulevé de sérieuses inquiétudes. On apprend maintenant qu’il met de nouveau la hache dans un programme pourtant essentiel et qu’il y retranche 3,7 millions de dollars supplémentaires. C’est injustifiable.

«La santé publique, c’est la prévention, la vaccination, la surveillance des maladies infectieuses, la lutte contre le tabagisme, le dépistage du cancer du sein et bien d’autres services tous aussi essentiels. La santé publique apporte également un soutien essentiel lors de catastrophes, comme ce fut le cas à Lac-Mégantic, en 2013. Ces exemples démontrent que le gouvernement libéral, contrairement à ce qu’il tente de faire croire, ne fait pas que couper dans les structures, mais bien directement dans des services qui ont des effets bénéfiques au quotidien. Ces coupures constituent un autre mauvais choix du gouvernement, alors même que la région de l’Outaouais fait déjà face à des problématiques importantes en matière de santé. Déjà sous-financée, la santé publique est pourtant loin de représenter une dépense; il s’agit plutôt d’un investissement! Le gouvernement actuel, dirigé par des médecins, devrait la promouvoir et non l’amputer», d’ajouter le député de Verchères.

«Pour chaque dollar investi en prévention et en santé publique, le retour est incontestablement supérieur à l’investissement. Qu’il suffise de signaler, à titre d’exemple, qu’un dollar investi dans la lutte contre le tabagisme rapporte 20 dollars. La “logique” qui semble guider les choix du gouvernement libéral échappe à toute analyse rationnelle. Pourquoi couper des investissements qui permettent de telles économies à long terme et qui permettent surtout à tant de Québécoises et de Québécois de vivre en santé le plus longtemps possible? C’est incompréhensible», de conclure Stéphane Bergeron.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top