Stéphane Bergeron devient chargé de mission pour l’Opération 150e anniversaire du Canada

« Accueillir Véronique, en pleine forme, en pleine santé, enthousiaste et engagée dans nos travaux, est la meilleure nouvelle que nous pouvions recevoir à quelques jours de notre retour à l’Assemblée nationale ». C’est en ces termes que le chef de l’opposition officielle et député de Rosemont, Jean-François Lisée, a salué Véronique Hivon, députée de Joliette, qui était absente depuis le 17 août dernier pour des raisons de santé. Faisant part des dossiers qu’il lui confie, M. Lisée a également annoncé qu’il déléguait d’importants mandats à Stéphane Bergeron et à Martine Ouellet.

La députée de Joliette sera de retour pour le début des travaux parlementaires, mardi prochain. Véronique Hivon sera porte-parole de l’opposition officielle en matière de justice, de réforme des institutions démocratiques et de soins de fin de vie. En sus de ces responsabilités, le chef du Parti Québécois l’a nommée chargée de mission pour les relations avec la société civile, la participation citoyenne et la convergence. Elle sera aussi lieutenante du chef pour les relations politiques avec le Parti Québécois, Mathieu Traversy étant chargé des questions organisationnelles.

« En plus des importantes responsabilités que Véronique va assumer, elle aura un rôle essentiel à jouer dans les relations nourries que nous allons entreprendre avec toute la société civile, et dans l’intérêt soutenu que nous porterons aux initiatives citoyennes. Elle sera aussi ma représentante directe pour assurer le succès des travaux de la convergence et dans mes relations avec les instances du Parti Québécois », a précisé Jean-François Lisée.

« Il faut ouvrir les fenêtres, se reconnecter avec la population, redevenir significatifs pour les citoyens, valoriser leurs initiatives et leurs idées, et s’en inspirer. La politique du bas vers le haut, j’y crois. C’est dans cette optique que j’envisage ce mandat », a déclaré Véronique Hivon.

Deux initiatives indépendantistes

« Je tenais à concrétiser, dans les premiers jours suivant mon élection, ma ferme volonté d’agir réellement pour élargir les rangs des indépendantistes québécois, en lançant des initiatives qui permettront d’atteindre un large public », a par ailleurs souligné Jean-François Lisée. Martine Ouellet, la députée de Vachon, sera chargée de mission pour l’opération 50 + 1 réponses sur l’indépendance. Dans un format très convivial à large diffusion, on y expliquera les enjeux des frontières, de la citoyenneté, du transport ferroviaire, de la voie maritime, des pensions, pour ne nommer que ceux-là.

« Les membres et les citoyens ont des questions très terre-à-terre sur l’indépendance. Il est plus que temps de leur fournir des réponses. Jean-François m’a demandé de réaliser l’opération 50 + 1 réponses sur l’indépendance, que j’avais annoncée lors de la course. C’est avec grand plaisir que j’ai accepté. C’est un travail qui se fera en consultation avec les députés, des experts et les groupes qui s’intéressent à la transformation de la province du Québec en pays », a détaillé Martine Ouellet.

La seconde initiative est en lien avec le 150e anniversaire de l’entrée en vigueur de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (maintenant la Loi constitutionnelle de 1867), qui eut lieu le 1er juillet 1867. Stéphane Bergeron, député de Verchères, devient chargé de mission pour l’Opération 150e anniversaire du Canada. En 2017, le Parti Québécois va lui aussi parler d’histoire, mais sous un angle différent!

« Pendant toute l’année 2017, on tentera, à coup de pétards et de ballounes, de convaincre les Québécoises et les Québécois qu’ils sont parties prenantes d’une belle aventure, celle du Canada. Plusieurs ont cru, en effet, que cette aventure valait la peine d’être vécue. Sans vouloir jouer les trouble-fêtes, je crois cependant qu’il convient de remettre les pendules à l’heure et de démontrer que le pacte fédératif de 1867 n’a pas été à la hauteur de ses promesses, d’autant que le Québec n’est pas signataire de la version de 1982 de la loi fondamentale régissant le Canada, ce dont absolument personne ne semble s’émouvoir à travers ce pays. Nous soulignerons donc les 150 ans du Canada en évoquant 150 faits et événements qui jetteront un autre éclairage sur ce qu’on voudrait nous amener à célébrer », de déclarer Stéphane Bergeron.

« Martine et Stéphane ont à la fois la compétence, l’énergie et les qualités pédagogiques nécessaires pour rassembler autour d’eux et mener à bien ces mandats essentiels », a conclu le chef de l’opposition officielle.

Stéphane Bergeron souligne le 35e anniversaire du Club St-Luc de Verchères

C'est dans le cadre d'une déclaration prononcée à l'Assemblée nationale, le 5 octobre dernier, que le député de Verchères et whip en chef de l’opposition officielle, monsieur Stéphane Bergeron, a souligné le 35e anniversaire du Club St-Luc de Verchères.

«En 1993, l'existence du Club St-Luc était révélée à l'ensemble du Québec lors du tragique accident ayant coûté la vie à une vingtaine de pèlerins de Verchères et des environs qui revenaient de l'Hermitage Saint-Antoine du Lac-Bouchette. Les membres du Club auront fait preuve de courage et de résilience pour honorer la mémoire des disparus en poursuivant l'admirable mission que l'organisme s'était donnée, il y a maintenant 35 ans, soit de favoriser le maintien à domicile des aînés, et ce, par le prêt d’équipements orthopédiques, l’offre d’un service de transport, de même que l’organisation de sorties sociales, contribuant de cette façon à leur mieux-être, ainsi qu’au dynamisme de la communauté verchèroise», a d’entrée de jeu déclaré monsieur Bergeron.

«Lors de la soirée soulignant le 35e anniversaire du Club St-Luc, le 30 mai dernier, je disais qu'il s'agissait de l'un des plus formidables atouts existant à Verchères, mais aussi de l'un de ses secrets les mieux gardés. C'est que le Club s'acquitte quotidiennement de son indispensable mission sans rechercher les honneurs et la visibilité, ce qui rend son action d'autant plus admirable», de continuer le député de Verchères.

«Je tiens donc à prendre quelques instants pour remercier et féliciter chaleureusement les valeureux bénévoles du Club St-Luc de Verchères pour ces 35 ans de dévouement exemplaire que nous célébrons cette année!», de conclure Stéphane Bergeron.

Financement des soins de santé; le fédéral doit augmenter sa contribution, et ce, sans condition

Lors de la période de questions du 29 septembre dernier à l’Assemblée nationale, le député de Verchères, whip en chef de l’opposition officielle et porte-parole du Parti Québécois en matière de relations Québec-Canada, monsieur Stéphane Bergeron, a fortement critiqué la désinvolture du gouvernement libéral de Philippe Couillard face à l'intransigeance fédérale quant au financement du système de santé québécois.

«Le fédéral ajoute l’insulte à l’injure dans le dossier des transferts fédéraux en santé. Je rappelle à tous que les dépenses en santé étaient financées à 50% par le fédéral jusqu’en 1978. Aujourd’hui cette part n’est plus que de 22%! Pourtant, les taxes et impôts que les Québécoises et Québécois paient à Ottawa n’ont jamais cessé d’augmenter depuis. L’ancien premier ministre Harper avait unilatéralement décidé que les montants seraient encore réduits à partir de cette année. Le nouveau premier ministre Trudeau a avalisé les mêmes coupures, mais, en plus, il ajoute des conditions, alors que la santé est une compétence exclusive des provinces. C’est tout simplement inacceptable!», de s’insurger monsieur Bergeron.

«Les patients du Québec sont pris en otages au beau milieu de cette chicane entre fédéralistes. Le ministre des Affaires intergouvernementales peut-il dire aux Québécoises et Québécois ce qu’il fera pour que le fédéral retourne au Québec sa juste part des dépenses en santé, et ce sans la moindre condition?», de demander Stéphane Bergeron.

Signalons que l'opposition officielle a suggéré au gouvernement du Québec de retenir le versement de la TPS au gouvernement fédéral si ce dernier persistait non seulement dans sa décision de couper sa contribution au financement des soins de santé, mais d'y assortir, en plus, quelque condition.

https://youtu.be/xJG5W03seXs

Un duo d'artistes peintres d'une même famille expose des oeuvres au bureau de Stéphane Bergeron

Depuis quelques jours, des œuvres de deux artistes peintres, Alexandre Mauffette et Luc Bourbonnais, ornent les murs des espaces communs du bureau de circonscription du député de Verchères et whip en chef de l’opposition officielle, monsieur Stéphane Bergeron, et ce, jusqu’au 20 décembre prochain. Ce qui est particulier, dans ce duo d'artistes, c'est que messieurs Mauffette et Bourbonnais sont respectivement beau-fils et beau-père.

Mais ce n'est pas tout, puisque, pour Alexandre Mauffette, la peinture constitue une façon d'interagir avec le monde et les gens qui l'entourent. C'est que monsieur Mauffette est autiste. Loin de se laisser contraindre par son handicap, il a développé, au fil du temps, son incontestable talent à travers son cursus scolaire, en côtoyant des professeurs et personnes ressources - notamment madame Jacinthe Labrecque, qui fait actuellement un travail remarquable à ses côtés - qui lui ont ouvert les portes d'un univers infini: celui de la créativité. Son travail a d'ailleurs été reconnu, entre autres, par la Fédération québécoise de l’autisme et des troubles envahissants du développement, qui a choisi, en 2005, son œuvre, «Rubis d’Automne», pour illustrer la carte postale servant d’outil de sensibilisation dans le cadre du mois de l’autisme.

De son côté, Luc Bourbonnais est un artiste multidisciplinaire accompli, qui cumule, depuis de nombreuses années, les expositions solos et collectives, ainsi que les projets artistiques en tous genres. Ayant suivi une formation en arts plastiques au CEGEP du Vieux-Montréal, il affectionne, en plus de la peinture, la sculpture et s’intéresse depuis peu au graphisme numérique. Il est d'ailleurs intéressant de signaler que son style particulier intègre ingénieusement la photographie, la sérigraphie et l'imprimerie, dans le but avoué de chercher à «créer de nouveaux médias». Notons que trois de ses œuvres ont été primées lors de trois éditions consécutives de l’Expo Concours de LaPrairie.

«Cette nouvelle exposition qui s’amorce revêt un caractère bien particulier pour ces deux artistes, qui, en plus de partager une passion pour les arts et la peinture, sont également unis par un lien familial. Il m’est très agréable de leur permettre de rééditer l’expérience d’une exposition en duo et je les remercie d'enjoliver ainsi, par leurs œuvres notre environnement de travail, et ce, pour notre bénéfice, à mon équipe et moi-même, mais aussi des personnes qui nous rendent visite au bureau. C’est toujours un grand plaisir et un privilège, pour moi, que de pouvoir mettre en valeur le fruit du talent et du travail d'artistes de la circonscription. J’invite d’ailleurs nos concitoyennes et concitoyens à venir admirer en grand nombre ces œuvres tout en simplicité, mais criantes d'authenticité», de déclarer monsieur Bergeron.

Rappelons que, depuis plusieurs années, Stéphane Bergeron offre à des artistes de la région l'opportunité d'exposer leurs œuvres au bureau de circonscription.

Transferts fédéraux en santé; les libéraux pires que le gouvernement conservateur de Stephen Harper

Le député de Jonquière et chef de l’opposition officielle, Sylvain Gaudreault, le député de Verchères et porte-parole du Parti Québécois en matière de relations Québec-Canada, Stéphane Bergeron, et la députée de Taillon et porte-parole en matière de santé et d’accessibilité aux soins, Diane Lamarre, déplorent l’attitude du premier ministre Philippe Couillard, qui refuse toujours d’agir concrètement contre la décision de son homologue canadien Justin Trudeau de diminuer les transferts en santé.

« La réforme des transferts en santé, qui va réduire de moitié la progression du financement fédéral, va bientôt se concrétiser si Justin Trudeau s’acharne à ne pas respecter ses engagements. Avec Stephen Harper, on savait que le financement de la santé serait coupé par le fédéral. Avec Justin Trudeau, en plus de garder les mêmes coupes, on ajoute des conditions; c’est pire! Et, devant ça, le premier ministre ne fait rien », a déclaré Sylvain Gaudreault.

« Le ministre de la Santé Gaétan Barrette nous annonce qu’il refusera toute somme d’argent accordée sous condition par le fédéral. Le résultat de ce dialogue de sourds entre fédéralistes, c’est que les patients québécois sont pris en otage. Pas d’entente, pas d’argent, et tant pis pour les malades! "Appelez votre député fédéral" : c’est ça, la dernière trouvaille du ministre de la Santé? Est-ce que le premier ministre est d’accord avec cette stratégie? », a de son côté demandé Stéphane Bergeron.

« Une façon d’établir un véritable rapport de force avec Ottawa serait de mettre en réserve un montant équivalent, provenant de nos versements de TPS, que nous pourrons utiliser si le gouvernement fédéral ne lève pas ses conditions quant au financement de la santé. Voilà comment défendre les intérêts du Québec sans pénaliser les patients », a proposé le chef de l’opposition officielle.

« Le ministre de la Santé, lui, s’agite beaucoup, mais n’obtient pas plus de résultats. On dirait qu’il était clairement plus astucieux quand il négociait pour les médecins et pour lui-même que maintenant, alors qu’il négocie pour les Québécois. Le premier ministre se liquéfie devant Justin Trudeau, comme d’habitude, et il laisse son ministre de la Santé faire des menaces qu’il ne pourra pas mettre à exécution sans risquer de nuire à l’accessibilité aux soins. Quel est le geste concret que compte faire le premier ministre?», a conclu Diane Lamarre.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top