Allégations d’agression sexuelle; il ne doit pas y avoir un régime à part pour les députés

Le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, la porte-parole du Parti Québécois en matière de condition féminine, Mireille Jean, ainsi que le porte-parole en matière de sécurité publique, Stéphane Bergeron, sont profondément préoccupés par les allégations d’agression sexuelle visant un élu libéral de l’Assemblée nationale. Ils demandent au premier ministre et à son caucus de s’engager formellement à remettre tous les renseignements pertinents concernant cette affaire à la police, et à suspendre du caucus tout député qui serait sous enquête criminelle.

À sa sortie du caucus libéral, la vice-première ministre et ministre responsable de la Condition féminine, Lise Thériault, a refusé de répondre à un journaliste qui lui demandait si elle connaissait l’identité du député visé, se contentant de déclarer que «ce qui se passe au caucus reste au caucus». Ce sont des propos extrêmement inquiétants; ils portent à penser que les députés libéraux ont identifié la personne en cause, mais tentent de la protéger. Or, ce n’est pas un cas de gestion interne d’un caucus, mais un cas d’agression criminelle.

«Si un élu libéral détient une quelconque information en lien avec cette agression, c’est à la police qu’il doit s’adresser. Quant au premier ministre, s’il connaît l’identité de la personne visée, il doit immédiatement la retirer du caucus le temps que durera l’enquête, plutôt que d’invoquer le secret du caucus. Il doit envoyer le message que de tels gestes sont inacceptables et ne sont pas tolérés, et que les députés ne bénéficient pas d’un régime privilégié», a déclaré le chef de l’opposition officielle.

«Je trouve préoccupant que le premier ministre ait demandé à son whip et à un de ses conseillers de rencontrer la ou les personnes impliquées, ces rencontres pouvant ouvrir flanc à des soupçons de tentative d’influencer les versions des faits. Ces personnes doivent être dirigées vers les services de police directement, sans intermédiaire politique», a poursuivi Jean-François Lisée.

«Lise Thériault est la ministre responsable de la Condition féminine. C’est elle qui sera chargée de mettre en oeuvre l’éventuelle stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles. Comme son premier ministre, elle doit donner l’exemple et dire clairement que dans le cas d’une agression sexuelle, c’est tolérance zéro. Elle doit aussi faire en sorte que les victimes aient tout le soutien nécessaire», a ajouté Mireille Jean.

Soulignons enfin qu’en entrevue, une amie de la victime a affirmé avoir plusieurs inquiétudes par rapport au processus de traitement de la plainte par les policiers. «La victime a révélé que les policiers de Québec l’auraient découragée de poursuivre ses démarches. Si tel est le cas, c’est totalement inacceptable! Dans les circonstances, le chef de police du SPVQ a le devoir de s’assurer qu’on fasse enquête, non seulement sur le fond des choses, mais également sur la façon dont la plainte aurait été traitée. Il faut aussi examiner la possibilité que cet écart de conduite puisse constituer un manquement à la déontologie policière. Chose certaine, ces malheureux événements ne peuvent rester sans suite», a réagi Stéphane Bergeron.

Révélations troublantes dans la presse; le gouvernement doit débusquer et exclure le crime organisé de la gestion des appareils de loterie vidéo

Lors de la période de questions du 20 octobre dernier à l’Assemblée nationale, le député de Verchères et porte-parole du Parti Québécois en matière de sécurité publique, monsieur Stéphane Bergeron, s'est interrogé sur l'apparente désinvolture du ministre de la Sécurité publique par rapport à l'implication avérée du crime organisé dans la gestion des appareils de loterie vidéo déployés sur le territoire du Québec et, surtout, sur la complaisance dont auraient fait preuve les autorités de Loto-Québec et de la Régie des alcools, de courses et des jeux (RACJ) dans cette situation.

«De nouvelles révélations sont venues assombrir le tableau déjà préoccupant de la gestion des appareils de loterie vidéo par Loto-Québec et la Régie des alcools, des courses et des jeux. On apprend que Loto-Québec a versé des millions de dollars en commissions à des entreprises liées à la mafia. Mais ce qui est d'autant plus scandaleux, c'est d'apprendre que Loto-Québec sollicite directement des propriétaires avec des antécédents criminels. On apprend aussi que, dans certains cas, la Régie a octroyé des licences, et ce, malgré l'avis contraire des policiers. Toute la gestion des loteries vidéo est non seulement un gigantesque fouillis, mais nous avons maintenant la preuve qu'elle alimente le crime organisé. Le gouvernement libéral a refusé, il y a quelques jours, notre demande à l'effet de dépêcher la Vérificatrice générale auprès de Loto-Québec, afin d'enquêter sur la gestion des appareils de loterie vidéo. Devant ces nouvelles révélations, est-ce que le gouvernement va finalement permettre à la Vérificatrice générale d'effectuer des vérifications chez Loto-Québec et la Régie des alcools, des courses et des jeux?», de demander monsieur Bergeron.

Devant la réponse élusive du ministre, le député de Verchères est revenu à la charge: «Il y a quelques jours, on se préoccupait des problèmes sociaux liés à l'octroi des appareils de loterie vidéo. Ce qu'on apprend maintenant, c'est que nous alimentons littéralement le crime organisé. Est-ce que ça ne devrait pas préoccuper le ministre de la Sécurité publique, au-delà du fait de simplement s'entretenir avec la présidente de la RACJ? Je crois qu'il doit finalement accepter notre demande à l'effet de dépêcher la Vérificatrice générale pour faire toute la lumière sur cette situation inacceptable», a conclu Stéphane Bergeron.

Nouvelles responsabilités parlementaires pour Stéphane Bergeron

Le nouveau chef de l’opposition officielle, monsieur Jean-François Lisée, a fait l’annonce, le 14 octobre dernier, des nouvelles responsabilités des membres de l’aile parlementaire en vue de la reprise des travaux de l’Assemblée nationale suite à sa récente élection à la tête du Parti Québécois. Pour sa part, le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, agira désormais à titre de porte-parole de sa formation politique en matière de sécurité publique, de relations internationales, de Francophonie et de francophonie d’Amérique. Le nouveau chef du Parti Québécois l’a également nommé, le 16 octobre dernier, chargé de mission pour l’Opération 150e anniversaire du Canada.

«Après avoir été tour à tour porte-parole de l’opposition officielle, puis ministre de la Sécurité publique, je suis évidemment très heureux de retrouver mes responsabilités en la matière. Étant diplômé en relations internationales et ayant été porte-parole du Bloc Québécois en matières d’affaires étrangères et de commerce international, je suis également ravi de pouvoir mettre mes connaissances et mon expérience à profit dans ce secteur d’activités. En outre, il m’apparaît logique que la responsabilité de la Francophonie s’ajoute à celle de la francophonie d’Amérique, qui m’incombait déjà», de déclarer Stéphane Bergeron.

Les responsabilités extraparlementaires de monsieur Bergeron à titre de chargé de mission pour l’Opération 150e anniversaire du Canada sont en lien avec les célébrations entourant le 150e anniversaire de l’entrée en vigueur de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (maintenant la Loi constitutionnelle de 1867), qui eut lieu le 1er juillet 1867. Dans la foulée des huit initiatives proposées par Alexandre Cloutier et reprises par monsieur Lisée suite à son élection, le chef du Parti Québécois veut tout de suite imprégner sa marque: «Je tenais à concrétiser, dans les premiers jours suivant mon élection, ma ferme volonté d’agir réellement pour élargir les rangs des indépendantistes québécois, en lançant des initiatives qui permettront d’atteindre un large public. Stéphane a la compétence, l’énergie et les qualités pédagogiques nécessaires pour rassembler autour de lui et mener à bien ce mandat essentiel», a souligné Jean-François Lisée.

«Pendant toute l’année 2017, on tentera, à coup de pétards et de ballounes, de convaincre les Québécoises et les Québécois qu’ils sont parties prenantes d’une belle aventure, celle du Canada. Plusieurs ont cru, en effet, que cette aventure valait la peine d’être vécue. Sans vouloir jouer les trouble-fêtes, je crois cependant qu’il convient de remettre les pendules à l’heure et de démontrer que le pacte fédératif de 1867 n’a pas été à la hauteur de ses promesses, d’autant que le Québec n’est pas signataire de la version de 1982 de la loi fondamentale régissant le Canada, ce dont absolument personne ne semble s’émouvoir à travers ce pays. Nous soulignerons donc les 150 ans du Canada en évoquant 150 faits et événements qui jetteront un autre éclairage sur ce qu’on voudrait nous amener à célébrer», de conclure Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron devient chargé de mission pour l’Opération 150e anniversaire du Canada

« Accueillir Véronique, en pleine forme, en pleine santé, enthousiaste et engagée dans nos travaux, est la meilleure nouvelle que nous pouvions recevoir à quelques jours de notre retour à l’Assemblée nationale ». C’est en ces termes que le chef de l’opposition officielle et député de Rosemont, Jean-François Lisée, a salué Véronique Hivon, députée de Joliette, qui était absente depuis le 17 août dernier pour des raisons de santé. Faisant part des dossiers qu’il lui confie, M. Lisée a également annoncé qu’il déléguait d’importants mandats à Stéphane Bergeron et à Martine Ouellet.

La députée de Joliette sera de retour pour le début des travaux parlementaires, mardi prochain. Véronique Hivon sera porte-parole de l’opposition officielle en matière de justice, de réforme des institutions démocratiques et de soins de fin de vie. En sus de ces responsabilités, le chef du Parti Québécois l’a nommée chargée de mission pour les relations avec la société civile, la participation citoyenne et la convergence. Elle sera aussi lieutenante du chef pour les relations politiques avec le Parti Québécois, Mathieu Traversy étant chargé des questions organisationnelles.

« En plus des importantes responsabilités que Véronique va assumer, elle aura un rôle essentiel à jouer dans les relations nourries que nous allons entreprendre avec toute la société civile, et dans l’intérêt soutenu que nous porterons aux initiatives citoyennes. Elle sera aussi ma représentante directe pour assurer le succès des travaux de la convergence et dans mes relations avec les instances du Parti Québécois », a précisé Jean-François Lisée.

« Il faut ouvrir les fenêtres, se reconnecter avec la population, redevenir significatifs pour les citoyens, valoriser leurs initiatives et leurs idées, et s’en inspirer. La politique du bas vers le haut, j’y crois. C’est dans cette optique que j’envisage ce mandat », a déclaré Véronique Hivon.

Deux initiatives indépendantistes

« Je tenais à concrétiser, dans les premiers jours suivant mon élection, ma ferme volonté d’agir réellement pour élargir les rangs des indépendantistes québécois, en lançant des initiatives qui permettront d’atteindre un large public », a par ailleurs souligné Jean-François Lisée. Martine Ouellet, la députée de Vachon, sera chargée de mission pour l’opération 50 + 1 réponses sur l’indépendance. Dans un format très convivial à large diffusion, on y expliquera les enjeux des frontières, de la citoyenneté, du transport ferroviaire, de la voie maritime, des pensions, pour ne nommer que ceux-là.

« Les membres et les citoyens ont des questions très terre-à-terre sur l’indépendance. Il est plus que temps de leur fournir des réponses. Jean-François m’a demandé de réaliser l’opération 50 + 1 réponses sur l’indépendance, que j’avais annoncée lors de la course. C’est avec grand plaisir que j’ai accepté. C’est un travail qui se fera en consultation avec les députés, des experts et les groupes qui s’intéressent à la transformation de la province du Québec en pays », a détaillé Martine Ouellet.

La seconde initiative est en lien avec le 150e anniversaire de l’entrée en vigueur de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (maintenant la Loi constitutionnelle de 1867), qui eut lieu le 1er juillet 1867. Stéphane Bergeron, député de Verchères, devient chargé de mission pour l’Opération 150e anniversaire du Canada. En 2017, le Parti Québécois va lui aussi parler d’histoire, mais sous un angle différent!

« Pendant toute l’année 2017, on tentera, à coup de pétards et de ballounes, de convaincre les Québécoises et les Québécois qu’ils sont parties prenantes d’une belle aventure, celle du Canada. Plusieurs ont cru, en effet, que cette aventure valait la peine d’être vécue. Sans vouloir jouer les trouble-fêtes, je crois cependant qu’il convient de remettre les pendules à l’heure et de démontrer que le pacte fédératif de 1867 n’a pas été à la hauteur de ses promesses, d’autant que le Québec n’est pas signataire de la version de 1982 de la loi fondamentale régissant le Canada, ce dont absolument personne ne semble s’émouvoir à travers ce pays. Nous soulignerons donc les 150 ans du Canada en évoquant 150 faits et événements qui jetteront un autre éclairage sur ce qu’on voudrait nous amener à célébrer », de déclarer Stéphane Bergeron.

« Martine et Stéphane ont à la fois la compétence, l’énergie et les qualités pédagogiques nécessaires pour rassembler autour d’eux et mener à bien ces mandats essentiels », a conclu le chef de l’opposition officielle.

Stéphane Bergeron souligne le 35e anniversaire du Club St-Luc de Verchères

C'est dans le cadre d'une déclaration prononcée à l'Assemblée nationale, le 5 octobre dernier, que le député de Verchères et whip en chef de l’opposition officielle, monsieur Stéphane Bergeron, a souligné le 35e anniversaire du Club St-Luc de Verchères.

«En 1993, l'existence du Club St-Luc était révélée à l'ensemble du Québec lors du tragique accident ayant coûté la vie à une vingtaine de pèlerins de Verchères et des environs qui revenaient de l'Hermitage Saint-Antoine du Lac-Bouchette. Les membres du Club auront fait preuve de courage et de résilience pour honorer la mémoire des disparus en poursuivant l'admirable mission que l'organisme s'était donnée, il y a maintenant 35 ans, soit de favoriser le maintien à domicile des aînés, et ce, par le prêt d’équipements orthopédiques, l’offre d’un service de transport, de même que l’organisation de sorties sociales, contribuant de cette façon à leur mieux-être, ainsi qu’au dynamisme de la communauté verchèroise», a d’entrée de jeu déclaré monsieur Bergeron.

«Lors de la soirée soulignant le 35e anniversaire du Club St-Luc, le 30 mai dernier, je disais qu'il s'agissait de l'un des plus formidables atouts existant à Verchères, mais aussi de l'un de ses secrets les mieux gardés. C'est que le Club s'acquitte quotidiennement de son indispensable mission sans rechercher les honneurs et la visibilité, ce qui rend son action d'autant plus admirable», de continuer le député de Verchères.

«Je tiens donc à prendre quelques instants pour remercier et féliciter chaleureusement les valeureux bénévoles du Club St-Luc de Verchères pour ces 35 ans de dévouement exemplaire que nous célébrons cette année!», de conclure Stéphane Bergeron.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top