Stéphane Bergeron décrie l'abandon des fromagers du Québec par les libéraux et les caquistes

À la suite du vote sur l’approbation de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne (UE), le chef de l’opposition officielle, Jean François Lisée, le porte-parole en matière d’agriculture et d’alimentation, André Villeneuve, et le porte-parole en matière de relations internationales, Stéphane Bergeron, ont dénoncé libéraux et caquistes, c’est-à-dire le PLCAQ, pour leur abandon des producteurs et des fromagers québécois.

« Dans l’ensemble, l’AECG sera bénéfique pour nos PME exportatrices et toute notre économie, il n’y a aucun doute là-dessus. Cependant, avant de l’approuver officiellement, le Québec se devait d’attendre de connaître les détails du programme de compensation pour les fromagers. Le fédéral avait d’ailleurs accepté le principe. Mais il n’a rencontré aucune résistance de la part du PLQ et de la CAQ, qui ont dit oui sans connaître le programme, sans aucune condition. Le PLCAQ a décidé de signer un chèque en blanc à Ottawa, aux dépens de nos producteurs. Il a lâchement laissé tomber le rapport de force face au fédéral que le gouvernement du Parti Québécois avait établi », a déploré Jean François Lisée.

« Lorsque le gouvernement fédéral a décidé de sacrifier notre industrie laitière en échange du bœuf de l’Ouest canadien, notre gouvernement avait exigé et obtenu l’assurance formelle que les fromagers québécois allaient recevoir une pleine compensation d’Ottawa. Or, le gouvernement libéral vient de donner son acceptation, alors que la compensation promet d’être insuffisante et qu’en plus, on n’en connaît même pas les détails », a ajouté André Villeneuve.

« Je dénonce le rejet, par les libéraux et les caquistes, de ma motion de report. Nous aurions pu, ainsi, donner le temps au gouvernement fédéral de remplir son engagement en totalité. L’évaluation des impacts pour notre industrie laitière, notre industrie fromagère est de l’ordre de 1,5 G$, et les indemnisations proposées sont loin du compte. Le gouvernement libéral et les députés de la CAQ ont sciemment abandonné nos producteurs, il n’y a rien à ajouter », a conclu Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron dénonce l'abandon des producteurs laitiers et fromagers du Québec

C'est dans le cadre du débat entourant la ratification de l’Accord économique et commercial global (AECG), tenu le 13 juin dernier, que le député de Verchères et porte-parole de l'opposition officielle en matière de relations internationales, monsieur Stéphane Bergeron, a vivement critiqué l'empressement du gouvernement libéral à faire ratifier cette entente de libre-échange, abandonnant du même coup son rapport de force avec Ottawa, qui s'était pourtant engagé à offrir des compensations suffisantes pour les producteurs laitiers et fromagers du Québec, qui souffriront de l'ouverture du marché canadien à une importante quantité supplémentaire de fromages fins européens.

«En voulant conclure l'AECG à la dernière minute, le gouvernement fédéral a fait une brèche dans le système de gestion de l'offre en permettant aux producteurs de fromages fins européens un accès au marché canadien de 17 700 tonnes supplémentaires de fromages, alors qu'ils ont déjà accès à près des deux tiers des 20 400 tonnes déjà acceptées au Canada. Tout cela afin de garantir l'accès au marché européen pour les producteurs de boeuf de l'Ouest! À l'époque où le Parti Québécois formait le gouvernement, nous avions non seulement exigé et obtenu d'Ottawa qu'il verse des compensations à nos producteurs fromagers et à nos producteurs laitiers, mais le gouvernement fédéral s'était aussi engagé à rendre publiques les modalités de ces compensations. Or, voilà qu'aujourd'hui, le gouvernement de Philippe Couillard nous demande de ratifier précipitamment l'AECG sans connaître les modalités de ces compensations et d'abandonner ainsi le seul rapport de force dont dispose Québec pour protéger ses producteurs laitiers et fromagers!», a déclaré monsieur Bergeron.

«Les compensations prévues s'élèvent actuellement à 350 millions de dollars. Pourtant, on estime à 1,5 milliard de dollars les impacts financiers liés à cette nouvelle ouverture de notre marché aux fromages européens! On parle donc de pertes nettes de plus d'un milliard de dollars que devra éponger l'industrie laitière et fromagère québécoise. C'est tout simplement inacceptable! Le gouvernement devra assumer les conséquences de cette décision précipitée et il lui appartiendra maintenant de soutenir à lui seul nos producteurs pour qu'ils passent à travers les conséquences de l'AECG pour eux. Nous sommes évidemment d'accord avec l'ouverture des marchés et l'abaissement des barrières tarifaires. Le Québec est une nation commerçante et l'accès à un marché d'un demi-milliard de consommateurs est une bonne chose pour nos entreprises exportatrices. Mais cela ne peut se faire à n'importe quel prix...», de conclure Stéphane Bergeron.

https://youtu.be/YVx5Rwf2z5Y

Stéphane Bergeron appelle au respect des valeurs démocratiques en Turquie

Le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations internationales, monsieur Stéphane Bergeron, a présenté, le 13 juin dernier, une motion dénonçant les arrestations de citoyens, de journalistes et d'élus du Parti démocratique des Peuples en Turquie, motion qui fut unanimement adoptée à l'Assemblée nationale.

Cette motion se lit comme suit: «Que l'Assemblée nationale réaffirme son attachement indéfectible aux institutions démocratiques, à l'État de droit et aux libertés fondamentales, notamment à la liberté d'expression et d'association, ainsi que son engagement à les défendre et à les promouvoir partout dans le monde; qu'elle exprime sa préoccupation concernant les questions d'arrestations et les détentions de citoyens, de journalistes et, particulièrement, de parlementaires et d'élus municipaux du Parti démocratique des peuples, en Turquie; qu'elle rappelle l'importance de l'engagement de chacune et chacun en faveur d'un État garant de l'égalité de tous ses citoyens, sans distinction de leur sexe, de leurs croyances politiques ou religieuses».

«Je suis extrêmement préoccupé par les arrestations arbitraires des derniers mois, ce dont j’avais d’ailleurs eu l’occasion de saisir le consul général de Turquie à Montréal, le 18 mai dernier, lors d’une réception soulignant le 17e anniversaire du Jardin turc de la Paix au Jardin botanique de Montréal. Le fait que les parlementaires et les élus municipaux actuellement détenus soient tous affiliés au Parti démocratique des Peuples en Turquie laisse peu de place au doute quant au fait que ces représentants sont persécutés pour des raisons politiques, d’autant qu’on connaît la sensibilité de ce parti pour le peuple kurde... Nous savons tous et toutes à quel point la démocratie est fragile et qu'elle mérite une vigilance constante. C'est pourquoi je suis heureux et fier que les membres de l'Assemblée nationale aient, d'une même voix, réaffirmé leur attachement aux valeurs de liberté et d'égalité, qui sont le socle commun de tout régime démocratique à travers le monde», a déclaré Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron dénonce les dépenses de la secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie

Lors de la période de questions du 13 juin dernier à l’Assemblée nationale, le député de Verchères et porte-parole du Parti Québécois en matière de relations internationales et de Francophonie, monsieur Stéphane Bergeron, s'est inquiété du train de dépenses de la secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Michaëlle Jean, qui retient ponctuellement l’attention des médias, comme pour les rénovations très coûteuses effectuées dans l’appartement qu’elle occupe à Paris.

«La secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie, Michaëlle Jean, habituée à un train de vie vice-royal, a jugé bon d'apporter quelques changements à la résidence qu'occupait l'ex-ambassadeur canadien à l'UNESCO, Jean-Pierre Blackburn, qui, lui, la trouvait apparemment tout à fait convenable. Le hic, c'est que ces “améliorations locatives” ont coûté la coquette somme d'un demi-million de dollars! Ce n'est pas la première fois que madame Jean défraie la manchette pour son train de vie princier et ses dépenses somptuaires. La ministre des Relations internationales a déclaré que madame Jean avait toujours toute sa confiance… Mais encore? Le Québec est l'un des principaux bailleurs de fonds de l'Organisation internationale de la Francophonie. La ministre n'est-elle pas préoccupée par le fait que l'argent des contribuables québécois serve davantage à l'accessoire, au clinquant, qu'à l'essentiel, c'est-à-dire au rayonnement de la langue française à travers le monde?», de s’indigner monsieur Bergeron.

Devant la réponse élusive de la ministre, qui s'est contentée de dire que les dépenses étaient vérifiées par la Cour des comptes du Maroc, le député de Verchères est revenu à la charge: «En tout respect pour le Maroc, je rappelle que le Québec est l’un des principaux bailleurs de fonds de l’OIF. Doit-on comprendre que la ministre est d'accord avec ces “améliorations locatives” à un demi-million de dollars, alors que l'appartement, selon son précédent locataire, était tout à fait convenable? La ministre a dit qu'elle n'était pas au courant. Une vérification a-t-elle été effectuée, oui ou non? La ministre est-elle d'accord avec les voyages princiers de la secrétaire générale partout à travers la planète; avec l'achat d'un piano à 20 000 dollars; avec des améliorations locatives à un demi-million de dollars? Est-ce qu'elle est d'accord, encore une fois, à ce que l'argent des contribuables serve à l'accessoire, au clinquant, plutôt qu'au rayonnement de la langue française dans le monde?», de s’interroger Stéphane Bergeron.

Stéphane Bergeron souligne le 40e anniversaire de l'Académie de danse Martine-Laferrière

C'est dans le cadre d'une déclaration prononcée à l'Assemblée nationale, le 13 juin dernier, que le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a souligné le 40e anniversaire de l'Académie de danse Martine-Laferrière.

«Cette année marque le 40e anniversaire de l'Académie de danse Martine-Laferrière, une institution varennoise devenue, au fil des ans, un pôle incontournable de formation en danse dans l’ensemble de la région et même au-delà. Il me fait donc plaisir de témoigner de mon appréciation pour ces quarante années d’efforts soutenus, ayant permis à des jeunes et moins jeunes de se découvrir une passion pour la danse, de s’y investir pour le simple plaisir ou pour se dépasser et atteindre les plus hauts sommets, pour pratiquer une activité physique ou pour développer des amitiés durables sur la base de cette même passion commune», a d’entrée de jeu déclaré monsieur Bergeron.

«Un tel accomplissement mérite d’être souligné. J’exprime donc ma gratitude à toutes les personnes ayant su, au cours des quatre dernières décennies, accompagner d’innombrables danseuses et danseurs en herbe ou accomplis avec empressement et professionnalisme, leur permettant de développer des habiletés, une discipline et une confiance personnelles devant contribuer à l’atteinte de leurs objectifs. Bon 40e anniversaire et longue vie à l’Académie de danse Martine-Laferrière, à celle qui en est la fondatrice et l’inspiration, de même qu’à toutes les personnes qui y ont évolué et qui y évoluent toujours!», de conclure Stéphane Bergeron.

https://youtu.be/93d-MVbJwJU
 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top