Stéphane Bergeron souligne le 45e anniversaire de fondation du Club Optimiste de Sainte-Julie

C'est dans le cadre d'une déclaration prononcée à l'Assemblée nationale, le 24 avril dernier, que le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a souligné le 45e anniversaire de fondation du Club Optimiste de Sainte-Julie.

«C’est le 3 février dernier que nous avons célébré ce bel anniversaire. Nous avons alors souligné près de cinq décennies de dévouement exemplaire consacrées au mieux-être des Julievilloises et Julievillois, particulièrement les jeunes, qui seront sous peu aux commandes de notre société», a d’entrée de jeu déclaré monsieur Bergeron.

«C’est notamment par l’élaboration et la mise en œuvre d’activités favorisant l’esprit communautaire et l’entraide, le tout dans une ambiance des plus conviviales, que les Optimistes de Sainte-Julie s’acquittent de leur mission depuis toutes ces années. L’engagement indéfectible dont les membres de cette remarquable organisation ont fait preuve pendant ses 45 ans d’existence, afin d’assurer son bon fonctionnement et son rayonnement, est digne de mention. Ces personnes au grand cœur méritent donc toute notre gratitude», a poursuivi le député de Verchères.

«Bravo, bon 45e anniversaire et longue vie au Club Optimiste de Sainte-Julie et à ses membres!», de conclure Stéphane Bergeron.

Le Paradis des familles?

Dans un ouvrage paru en 2008, sous la direction de Luc Godbout et Suzie St-Cerny (l’une des six formidables filles du regretté Marc St-Cerny et de sa conjointe Pierrette), on faisait le constat que c’est au Québec que les jeunes familles moins fortunées et même celles de la classe moyenne avaient davantage d’argent dans leurs poches que n’importe où ailleurs au Canada. Mais c’était à l’époque où le réseau des services de garde éducatifs était encore en expansion et où on venait de mettre en place le congé parental...

Et les retombées de ces mesures étaient des plus positives à plus d’un titre. Elles ont permis aux membres des familles de passer davantage de temps de qualité ensemble, à nombre de femmes d’accéder au marché du travail, d’améliorer les conditions de travail et l’encadrement offert dans les garderies, et, conséquemment, de mieux préparer les enfants, en termes de développement des capacités d’apprentissage et des habiletés sociales, pour leur entrée à l’école. Qui plus est, le retour sur l’investissement, en termes de retombées fiscales, se révélait positif pour le gouvernement. Même si notre ménage disposait d’un revenu tout à fait convenable et que nous bénéficiions de crédits d’impôt généreux, nous avons nous-mêmes pu constater la différence énorme que faisait, pour notre budget familial, le passage de notre fille d’une garderie à tarif régulier vers un centre de la petite enfance à contribution réduite, dans la mesure où les liquidités disponibles sont alors devenues plus importantes, nous donnant soudainement une marge de manœuvre financière que nous n’avions pas connue depuis la naissance de Audrée-Anne.

Mais c’était avant que le gouvernement libéral ne décide de freiner le développement des places en services de garde subventionnés et de rendre ces derniers moins attrayants en augmentant de façon nettement déraisonnable la contribution exigée des parents, tout en favorisant la croissance débridée des garderies privées, notamment par l’octroi de crédits d’impôt plus généreux que jamais. On a donc littéralement affamé notre réseau de services de garde éducatifs à contribution réduite. Pendant ce temps, des gens faisaient des profits sur le dos de nos enfants, alors que la qualité des services s’en faisait cruellement ressentir... Et que dit la CAQ de tout ça? Dixit de la bouche même de la porte-parole caquiste en la matière: «j’aime bien le modèle d’affaires des garderies privées»... Imaginez; étant question de nos enfants, on ne parle maintenant plus de qualité des services, mais de modèle d’affaires, c’est tout dire!

Le tarif modulé en fonction des revenus mis en place par l’actuel gouvernement libéral s’échelonne de 8,05$ à 22$. Depuis 2014, le revenu familial disponible a diminué. Il faut donner de l’air aux familles. Le Parti Québécois entend revenir au tarif universel de 8,05 $ par jour pour le premier enfant. Le tarif serait réduit à 4 $ par jour pour un deuxième enfant et gratuit pour le troisième et subséquents. La totalité des nouvelles places créées le serait dans le réseau des services de garde éducatifs et les garderies privées non subventionnées existantes seraient encouragées à y migrer. Voilà qui est à des années-lumière du «modèle d’affaires»!

Le 29 mars dernier, j’ai interpellé la ministre responsable de la Montérégie sur le manque de vision de son gouvernement par rapport aux familles de la région, en évoquant d’abord la problématique de la congestion routière. Complètement décontenancée, la ministre nous a reproché de parler d’asphalte plutôt que de familles. Pourtant, la congestion routière constitue un véritable cauchemar pour elles, sachant que les gens perdent, en moyenne, quelque 76 heures par année coincés dans les trop nombreux et fréquents bouchons de circulation. Les coûts économiques d’une telle congestion chronique sont considérables, sans compter ses conséquences désastreuses sur le bilan des émissions de gaz à effet de serre. Et pendant que les gens sont coincés dans la circulation, ils ne sont pas à la maison; ils disposent donc de moins de temps pour partager le repas en famille, s’amuser avec les enfants, les accompagner pendant qu’ils font leurs devoirs et leur donner le bain.

Or, loin de proposer des mesures visant à alléger la congestion routière, le gouvernement libéral n’a rien trouvé de mieux que d’annoncer des travaux importants, notamment pour l’aménagement du stationnement du Réseau express métropolitain (le REM, également supporté par la CAQ), qui, à terme, n’aurait que peu d’impacts sur la réduction de la circulation automobile, créant, au contraire, de nouveaux problèmes, et la rénovation du tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine, et ce, sans véritablement prévoir la moindre mesure de mitigation, accentuant encore davantage une situation déjà critique qui, dans les conditions actuelles, ne pourra que s’aggraver!

C’est un projet structurant en matière de transport qui doit être offert à la population et, jusqu’à maintenant, seul le Parti Québécois propose une réelle alternative aux familles avec Le Grand Déblocage, un projet qui évitera aux parents d’être à la course pour arriver à temps au CPE ou au service de garde de l’école, un projet qui se traduira par davantage de déplacements par tramways, trains légers et autobus, en ayant recours à des projets développés dans les milieux, avec des technologies et sur des infrastructures existantes, avec le même budget et le même échéancier que ceux prévus pour le REM... et du matériel roulant construit ICI plutôt qu’en Inde!

Le Parti Québécois propose l'instauration de la déclaration de revenus simplifiée, puis unique

Se joignant à une opération qui s’est déroulée sur tout le territoire du Québec, le 23 avril dernier, le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, accompagné de ses collègues de Marie-Victorin et de Taillon, mesdames Catherine Fournier et Diane Lamarre, ainsi que de militantes et militants de la région, s’est rendu au Métro Longueuil pour aller à la rencontre des citoyennes et citoyens qui y convergeaient, afin de leur présenter les propositions du Parti Québécois visant à en finir avec le supplice annuel des déclarations de revenus compliquées.

«L’immense majorité des Québécoises et Québécois pense que moins il y aurait de rapports d’impôt à compléter, mieux ce serait. Le Parti Québécois a une solution bien concrète à proposer aux gens dont la situation fiscale est tout sauf compliquée, ce qui représente 80% des contribuables: confier à Revenu Québec le soin de leur faire parvenir leur déclaration de revenus pré-complétée. Il ne leur resterait plus, dès lors, qu’à la vérifier, la corriger le cas échéant, la signer et la transmettre dans les délais. Ça serait simple comme bonjour et ferait baisser considérablement le niveau de stress qui accompagne habituellement cette période de l’année pour nombre de personnes», a déclaré monsieur Bergeron.

«C’est d’ailleurs très logique, a-t-il poursuivi, puisque Revenu Québec dispose déjà d’une multitude d’informations fiscales à notre sujet. Ce serait nettement plus simple de procéder ainsi que de contraindre les gens à courir après les papiers et à compléter eux-mêmes leur déclaration de revenus, au risque d’omettre certains détails importants. C’est ça un État fort au service des gens!»

«Cette déclaration simplifiée serait introduite dans le mandat débutant le 1er octobre prochain. Dans un deuxième temps, nous proposerons aux Québécoises et Québécois de n’avoir qu’une seule et unique déclaration de revenus à soumettre, celle du Québec, et c’est d’ailleurs l’une des très nombreuses choses que permettrait l’indépendance», de conclure Stéphane Bergeron.

Prestigieux doublé pour Pier-Yves Caisse pour son engagement bénévole exemplaire

Le dévoué bénévole contrecœurois, Pier-Yves Caisse, en a été quitte pour une succession de vives émotions, le 17 avril dernier. S’étant rendu à Québec pour recevoir le Prix Claude-Masson, dans la catégorie «Jeune bénévole», des mains du ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, lors de la de la remise des Prix Hommage Bénévolat-Québec 2018, quelle ne fut pas sa surprise, quelques minutes plus tard, de voir son député, Stéphane Bergeron, lui décerner la Médaille de l’Assemblée nationale. «Pier-Yves est l’incarnation même de ce qu’est un bénévole, c’est à dire quelqu’un qui se donne à fond pour le mieux-être de ses concitoyennes et concitoyens sans jamais rien attendre en retour. Je me suis même laissé dire qu’il était réticent à venir à Québec pour recevoir son Prix, la magnifique sculpture Tara; ça en dit long! J’ai à peine souvenir de n’avoir pas vu ce jeune homme engagé dans l’une ou l’autre des organisations faisant de Contrecœur cette communauté dynamique où il fait bon vivre, qu’il s’agisse de la Maison des Jeunes, des Événements Diable au Cœur, qui organisent notamment les fameuses Diableries, la Fête nationale et la Corporation des Fêtes du 350e anniversaire de Contrecœur, mais toujours de façon tout aussi discrète qu’efficace, car Pier-Yves ne cherche jamais à se placer au-devant de la scène et sous les projecteurs. Il est affable, discret et fort apprécié dans la communauté; un véritable modèle pour la relève — ironique de parler de relève, lorsqu’il est question d’un si jeune homme, mais il a une telle feuille de route, qu’on ne peut faire autrement!», a déclaré Stéphane Bergeron.

Les parlementaires de l'Assemblée nationale enfilent un chandail de hockey en l'honneur des Broncos

Le monde du hockey, la communauté de Humboldt, la Saskatchewan et l’ensemble du Canada sont en deuil depuis que, le 6 avril dernier, l’équipe locale, les Broncos, était décimée dans une terrible collision entre un semi-remorque et l’autobus dans lequel elle prenait place en prévision de l’affrontement qui devait avoir lieu, environ une heure plus tard, avec les Hawks de Nipawin. 16 personnes auront perdu la vie et 13 personnes ont été grièvement blessées dans la foulée de cette tragédie.

Le président de l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse, monsieur Kevin S. Murphy, a initié un mouvement auprès de tous ses homologues du Canada, afin que les parlementaires de chaque assemblée posent symboliquement, arborant un chandail de hockey. Afin de répondre à cet appel et de rendre hommage aux joueurs et aux autres personnes décédés dans ce tragique accident, les parlementaires de l’Assemblée nationale ont joint le mouvement et revêtu le gilet d’une équipe de leur circonscription respective pendant quelques minutes, le 18 avril dernier, tout juste avant le début de leurs délibérations.

Pour l’occasion, le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a lui-même revêtu le chandail des Grizzlis de Sainte-Julie, qui s’étaient empressés de répondre à l’appel. «J’étais ministre de la Sécurité publique lorsque sont survenues les tragédies de Lac-Mégantic et de L’Île-Verte. Je sais à quel point les communautés touchées sont sensibles aux manifestations de solidarité, qui se révèlent des plus salutaires pour les aider à traverser ces moments difficiles avec plus de sérénité. J’exprime mes plus sincères condoléances aux familles touchées par cette tragédie. Personne ne devrait déplorer la perte de proches dans des circonstances aussi bêtes, surtout lorsque les victimes sont ainsi fauchées dans la fleur de l’âge, alors qu’un brillant avenir leur souriait. Toutes nos pensées accompagnent la communauté de Humboldt; puisse-t-elle trouver, dans notre solidarité, la force de surmonter cette douloureuse épreuve et d’en ressortir plus unie que jamais», de conclure Stéphane Bergeron.

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top