Motion soulignant la Journée internationale de la Francophonie: «Il faut aller plus loin que les mots et les voeux pieux» - Stéphane Bergeron

Le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations internationales, de Francophonie et de francophonie d’Amérique, monsieur Stéphane Bergeron, a donné son appui à une motion présentée à l'Assemblée nationale par le gouvernement, le 21 mars dernier, et soulignant la Journée internationale de la Francophonie, ne manquant pas, au passage, d'écorcher la désinvolture, voire la négligence, des libéraux par rapport à la défense du français.

Cette motion se lisait comme suit: «Que l'Assemblée nationale souligne la Journée internationale de la Francophonie, célébrée annuellement le 20 mars; Qu'elle réaffirme son attachement aux institutions de la Francophonie et qu'elle exprime sa conviction que celles-ci représentent des instruments privilégiés pour favoriser la paix, la justice et les droits de la personne; Qu'elle rappelle que la Francophonie est une caractéristique fondamentale de l'identité québécoise et canadienne; Enfin, qu'elle rappelle que la promotion de la langue française hors Québec doit être une priorité, et qu'à cet effet nous devons unir nos forces pour le français».

«Il est de mise de célébrer la francophonie, de célébrer cette langue qui en est l'âme et l'inspiration. Le français est la seule langue, avec l'anglais, qui est parlée sur les cinq continents de la planète. C'est également, avec l'anglais, l'une des deux langues officielles de travail du réseau des Nations unies. Le français est l'une des cinq langues les plus parlées dans le monde et celle qui va connaître, au cours des 50 prochaines années, la plus grande progression au niveau international, et ce, grâce à l'Afrique. Mais il serait inapproprié de se contenter de se gargariser simplement de beaux mots et de belles intentions, après que ce gouvernement ait à peine levé le petit doigt pour empêcher la progression de la bilinguisation dans les milieux de travail», de déclarer monsieur Bergeron.

«Je me permets ici de prêter ma voix à Manon Cornellier, qui, dans Le Devoir, écrivait "Ça suffit, les mots creux! Chaque année, poursuit-elle, c'est le même refrain. Quand arrive la Journée internationale de la Francophonie, les politiciens multiplient les déclarations vantant les vertus du français (...) mais en ce 375e anniversaire de la présence française à Montréal, il faudrait de vrais gestes pour contrer la fragilisation du français dans la métropole. (...) Entre 2011 et 2036, (...) (l)a part des Québécois déclarant le français comme première langue officielle parlée passera de 85 % à 82-83 %. Celle des anglophones augmentera de 14 % à 16-17 %. (...) Le premier vecteur d'intégration, avec l'éducation, est le travail. (...) Pour que le français ait tout l'attrait qu'il doit avoir, il faut le promouvoir, le défendre et même le rendre nécessaire, surtout pour travailler. Dans son portrait de la situation au Québec, le Secrétariat à la politique linguistique souligne que 'la francisation des milieux de travail québécois demeure vitale pour l'avenir du Québec', et une des raisons évoquées est le fait que 'pouvoir réussir économiquement et socialement en français reste (...) encore la plus grande motivation à apprendre et à utiliser le français'. Lors de la séance de consultation à Montréal à la fin août, le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, a souligné les dangers de laisser le bilinguisme des francophones devenir la norme et ainsi permettre que les choses puissent se passer de plus en plus en anglais sur les lieux de travail. 'Il y a une langue officielle qui va progressivement devenir marginale et une autre qui va devenir dominante encore plus qu'elle ne l'est présentement'." Cette motion doit avoir une réelle signification et dépasser les mots et les vœux pieux», de conclure Stéphane Bergeron.


 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top