Stéphane Bergeron dénonce l'abandon des producteurs laitiers et fromagers du Québec

C'est dans le cadre du débat entourant la ratification de l’Accord économique et commercial global (AECG), tenu le 13 juin dernier, que le député de Verchères et porte-parole de l'opposition officielle en matière de relations internationales, monsieur Stéphane Bergeron, a vivement critiqué l'empressement du gouvernement libéral à faire ratifier cette entente de libre-échange, abandonnant du même coup son rapport de force avec Ottawa, qui s'était pourtant engagé à offrir des compensations suffisantes pour les producteurs laitiers et fromagers du Québec, qui souffriront de l'ouverture du marché canadien à une importante quantité supplémentaire de fromages fins européens.

«En voulant conclure l'AECG à la dernière minute, le gouvernement fédéral a fait une brèche dans le système de gestion de l'offre en permettant aux producteurs de fromages fins européens un accès au marché canadien de 17 700 tonnes supplémentaires de fromages, alors qu'ils ont déjà accès à près des deux tiers des 20 400 tonnes déjà acceptées au Canada. Tout cela afin de garantir l'accès au marché européen pour les producteurs de boeuf de l'Ouest! À l'époque où le Parti Québécois formait le gouvernement, nous avions non seulement exigé et obtenu d'Ottawa qu'il verse des compensations à nos producteurs fromagers et à nos producteurs laitiers, mais le gouvernement fédéral s'était aussi engagé à rendre publiques les modalités de ces compensations. Or, voilà qu'aujourd'hui, le gouvernement de Philippe Couillard nous demande de ratifier précipitamment l'AECG sans connaître les modalités de ces compensations et d'abandonner ainsi le seul rapport de force dont dispose Québec pour protéger ses producteurs laitiers et fromagers!», a déclaré monsieur Bergeron.

«Les compensations prévues s'élèvent actuellement à 350 millions de dollars. Pourtant, on estime à 1,5 milliard de dollars les impacts financiers liés à cette nouvelle ouverture de notre marché aux fromages européens! On parle donc de pertes nettes de plus d'un milliard de dollars que devra éponger l'industrie laitière et fromagère québécoise. C'est tout simplement inacceptable! Le gouvernement devra assumer les conséquences de cette décision précipitée et il lui appartiendra maintenant de soutenir à lui seul nos producteurs pour qu'ils passent à travers les conséquences de l'AECG pour eux. Nous sommes évidemment d'accord avec l'ouverture des marchés et l'abaissement des barrières tarifaires. Le Québec est une nation commerçante et l'accès à un marché d'un demi-milliard de consommateurs est une bonne chose pour nos entreprises exportatrices. Mais cela ne peut se faire à n'importe quel prix...», de conclure Stéphane Bergeron.

https://youtu.be/YVx5Rwf2z5Y

 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top