Stéphane Bergeron défend l'application des soins et du soutien à domicile, un moyen efficace et financièrement judicieux pour améliorer les conditions de vie et l’état de santé de nos aînés

Le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a fait écho au plan dévoilé récemment par l’opposition officielle pour les soins et le soutien à domicile, deuxième volet de son plan santé.

«Le gouvernement libéral a mis tout le monde au régime sec… sauf les médecins. Alors que l’austérité faisait cruellement sentir ses effets au niveau de la qualité des soins offerts à la population, les médecins ont vu leur rémunération augmenter bien au-delà de celle de leurs homologues canadiens. Or, elle continuera d’augmenter au cours des prochaines années, de telle sorte qu’à terme, les médecins auront vu leurs revenus croître de plus de 100 000$ additionnels! Sur quatre dollars réinvestis par ce gouvernement dans le système de santé et de services sociaux, trois ont été versés aux médecins! Et tandis qu’on s’attaquait une énième fois aux structures administratives, la qualité des soins en a pâti», a déclaré Stéphane Bergeron.

Les soins à domicile représentent pourtant une avenue intéressante à explorer: en plus d’être infiniment moins coûteux que l’hébergement dans un Centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD) ou dans une ressource intermédiaire, ils se révèlent nettement plus efficaces pour assurer le mieux-être de nos ainés et des personnes en perte d’autonomie. C’est donc là qu’il faut prioritairement investir. Or, malgré les belles promesses, les ressources ne sont toujours pas au rendez-vous. Il faut que ça change!», d’ajouter monsieur Bergeron.

«Nous avons, a-t-il poursuivi, des mesures concrètes à proposer aux Québécoises et Québécois pour permettre à nos aînés, ainsi qu’aux personnes à mobilité réduite, ou vivant avec un handicap physique ou mental, ou encore une maladie dégénérative, de demeurer à la maison, dans un milieu bien connu, rassurant et réconfortant, voire épanouissant, à proximité de leurs proches, autant de conditions optimales pour assurer leur mieux-être. Ce faisant, outre, les professionnels de la santé, il sera plus facile d’impliquer les entreprises d’économie sociale et les organismes communautaires dans la stratégie de maintien à domicile.»

Assurer un environnement respectueux et sécuritaire: logements supervisés et sécurisés, au besoin, et programme PAIR

«Pour atteindre nos objectifs, nous devons miser sur des ressources existantes, comme le programme PAIR d’appels automatisés, qui doivent être étendues, tout en favorisant le développement d’autres outils technologiques aussi performants», d’expliquer le député de Verchères. Rappelons que ce programme contribue, en effet, à la sécurité des personnes âgées et à la tranquillité d’esprit de leurs proches. Il se décline en deux versions: d’abord, l’appel de sécurité, qui génère une alerte si l’abonné ne répond pas après trois tentatives. Une vérification est alors menée par un répondant qui aura été identifié par l’abonné ou les services policiers. Il y a également l’appel «aide-mémoire», qui rappelle aux abonnés de prendre leur médication, de vérifier leur taux de glycémie, et bien d’autres choses encore
.

«C’est avec de telles mesures que nous contribuerons réellement au maintien à domicile. Il faut, par ailleurs, rendre disponibles des logements sécuritaires, adaptés aux conditions et supervisés par des professionnels (infirmière, travailleur social, etc.), qui, dans certains cas, pourraient même résider dans l’édifice», d’ajouter monsieur Bergeron.

Mettre les moyens nécessaires: au moins 100 millions de dollars par année

«Chaque année quelque 100 000 personnes atteignent l’âge de 65 ans. Or, ce sont 10 000 personnes qui n’ont pas eu accès au moindre soutien en raison des coupes découlant du régime d’austérité libérale. Il n’est pas inutile de signaler qu’après 15 ans de gouvernement libéral, le temps d’attente pour être enfin admissible aux soins à domicile peut aller jusqu’à 6, voire 12 mois. Et on ne parle même pas du temps d’attente aux urgences et pour des chirurgies dites "urgentes"! Encore une fois, les libéraux ont tôt fait de renier leurs belles promesses… Ils avaient promis d’injecter 750 millions de dollars supplémentaire sur 5 ans dans les soins à domicile. Dans les faits, nous en sommes à moins de 130 millions de dollars… C’est nettement insuffisant», a déploré Stéphane Bergeron
.

«Nous proposons un plan concret, mais avant tout réalisable, avec un financement garanti d’au moins 100 millions de dollars additionnels par année pendant 5 ans. Cela devrait permettre d’accroître de façon significative les services offerts par les auxiliaires familiaux et les différents professionnels de la santé. Il s’agit d’un engagement formel que nous entendons réaliser, tout simplement parce qu’il s’agit de la chose à faire», a affirmé le député de Verchères.

Soulager les proches aidants: 8 heures de répit par semaine

«Et n’oublions surtout pas celles et ceux, qui, au quotidien, effectuent un travail inestimable auprès de leurs proches malades et en perte d’autonomie. Tel que le gouvernement de Pauline Marois s’y était engagé, nous comptons soutenir adéquatement les organismes communautaires. Cela devrait contribuer à faire en sorte que nous puissions offrir 8 heures de répit par semaine aux proches aidants qui en ont le plus besoin. Force est de reconnaître que bien peu a été fait, ces dernières années, pour soutenir et soulager les proches aidants. Selon une analyse de Statistiques Canada, réalisée entre janvier et mai 2016 seulement, 95 500 Québécoises et Québécois auraient quitté leur emploi en raison d’'’obligations personnelles et familiales". De ce nombre, 73 500 étaient des femmes. Il s’agit d’un phénomène important qu’il nous faut aborder de front. N’oublions pas que l’ex-ministre libérale Marguerite Blais réclamait la mise en place d’une politique pour les proches aidants et qu’au moment de quitter la politique, elle avait déploré la lenteur à donner suite à sa requête, et ce, malgré ses appels répétés. Il est plus que temps d’aller de l’avant!», s’est exclamé monsieur Bergeron.

«Avec le prochain gouvernement du Parti Québécois, les CHSLD et les ressources intermédiaires ne constitueront plus la seule option vers laquelle les gens qui ont besoin de soutien pourront se tourner. La population mérite d’avoir enfin un gouvernement qui soit réellement à leur écoute. Pour nous, recevoir des soins à domicile, c’est une question de respect et de dignité, mais c’est surtout une façon de prendre en considération la volonté des gens, histoire de leur assurer la meilleure qualité de vie possible. Actuellement, au Québec, on dénombre plus de 3 500 personnes de moins de 65 ans ayant un handicap et vivant dans un CHSLD. Des solutions concrètes, comme la bonification du chèque emploi service, doivent être mises en place, afin de permettre à ces personnes d’avoir véritablement prise sur leurs conditions de vie», de préciser le député de Verchères.

«Une pétition exigeant des états généraux sur les conditions de vie des aînés compte déjà plus de 14 000 signatures. Le vieillissement de la population constitue un phénomène certes des plus heureux, mais qui génère également de nombreux enjeux avec lesquels notre société doit composer. Faire mine de ne pas voir ces enjeux ne les fera pas disparaître comme par enchantement. Il faut avoir le courage de proposer des solutions concrètes pour y faire face. Nous devons agir dès maintenant pour appuyer adéquatement les personnes aînées voulant vieillir paisiblement chez elles. C’est ce que nous faisons et c’est ce que le prochain gouvernement du Parti Québécois fera», a conclu Stéphane Bergeron.


 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top