Le Paradis des familles?

Dans un ouvrage paru en 2008, sous la direction de Luc Godbout et Suzie St-Cerny (l’une des six formidables filles du regretté Marc St-Cerny et de sa conjointe Pierrette), on faisait le constat que c’est au Québec que les jeunes familles moins fortunées et même celles de la classe moyenne avaient davantage d’argent dans leurs poches que n’importe où ailleurs au Canada. Mais c’était à l’époque où le réseau des services de garde éducatifs était encore en expansion et où on venait de mettre en place le congé parental...

Et les retombées de ces mesures étaient des plus positives à plus d’un titre. Elles ont permis aux membres des familles de passer davantage de temps de qualité ensemble, à nombre de femmes d’accéder au marché du travail, d’améliorer les conditions de travail et l’encadrement offert dans les garderies, et, conséquemment, de mieux préparer les enfants, en termes de développement des capacités d’apprentissage et des habiletés sociales, pour leur entrée à l’école. Qui plus est, le retour sur l’investissement, en termes de retombées fiscales, se révélait positif pour le gouvernement. Même si notre ménage disposait d’un revenu tout à fait convenable et que nous bénéficiions de crédits d’impôt généreux, nous avons nous-mêmes pu constater la différence énorme que faisait, pour notre budget familial, le passage de notre fille d’une garderie à tarif régulier vers un centre de la petite enfance à contribution réduite, dans la mesure où les liquidités disponibles sont alors devenues plus importantes, nous donnant soudainement une marge de manœuvre financière que nous n’avions pas connue depuis la naissance de Audrée-Anne.

Mais c’était avant que le gouvernement libéral ne décide de freiner le développement des places en services de garde subventionnés et de rendre ces derniers moins attrayants en augmentant de façon nettement déraisonnable la contribution exigée des parents, tout en favorisant la croissance débridée des garderies privées, notamment par l’octroi de crédits d’impôt plus généreux que jamais. On a donc littéralement affamé notre réseau de services de garde éducatifs à contribution réduite. Pendant ce temps, des gens faisaient des profits sur le dos de nos enfants, alors que la qualité des services s’en faisait cruellement ressentir... Et que dit la CAQ de tout ça? Dixit de la bouche même de la porte-parole caquiste en la matière: «j’aime bien le modèle d’affaires des garderies privées»... Imaginez; étant question de nos enfants, on ne parle maintenant plus de qualité des services, mais de modèle d’affaires, c’est tout dire!

Le tarif modulé en fonction des revenus mis en place par l’actuel gouvernement libéral s’échelonne de 8,05$ à 22$. Depuis 2014, le revenu familial disponible a diminué. Il faut donner de l’air aux familles. Le Parti Québécois entend revenir au tarif universel de 8,05 $ par jour pour le premier enfant. Le tarif serait réduit à 4 $ par jour pour un deuxième enfant et gratuit pour le troisième et subséquents. La totalité des nouvelles places créées le serait dans le réseau des services de garde éducatifs et les garderies privées non subventionnées existantes seraient encouragées à y migrer. Voilà qui est à des années-lumière du «modèle d’affaires»!

Le 29 mars dernier, j’ai interpellé la ministre responsable de la Montérégie sur le manque de vision de son gouvernement par rapport aux familles de la région, en évoquant d’abord la problématique de la congestion routière. Complètement décontenancée, la ministre nous a reproché de parler d’asphalte plutôt que de familles. Pourtant, la congestion routière constitue un véritable cauchemar pour elles, sachant que les gens perdent, en moyenne, quelque 76 heures par année coincés dans les trop nombreux et fréquents bouchons de circulation. Les coûts économiques d’une telle congestion chronique sont considérables, sans compter ses conséquences désastreuses sur le bilan des émissions de gaz à effet de serre. Et pendant que les gens sont coincés dans la circulation, ils ne sont pas à la maison; ils disposent donc de moins de temps pour partager le repas en famille, s’amuser avec les enfants, les accompagner pendant qu’ils font leurs devoirs et leur donner le bain.

Or, loin de proposer des mesures visant à alléger la congestion routière, le gouvernement libéral n’a rien trouvé de mieux que d’annoncer des travaux importants, notamment pour l’aménagement du stationnement du Réseau express métropolitain (le REM, également supporté par la CAQ), qui, à terme, n’aurait que peu d’impacts sur la réduction de la circulation automobile, créant, au contraire, de nouveaux problèmes, et la rénovation du tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine, et ce, sans véritablement prévoir la moindre mesure de mitigation, accentuant encore davantage une situation déjà critique qui, dans les conditions actuelles, ne pourra que s’aggraver!

C’est un projet structurant en matière de transport qui doit être offert à la population et, jusqu’à maintenant, seul le Parti Québécois propose une réelle alternative aux familles avec Le Grand Déblocage, un projet qui évitera aux parents d’être à la course pour arriver à temps au CPE ou au service de garde de l’école, un projet qui se traduira par davantage de déplacements par tramways, trains légers et autobus, en ayant recours à des projets développés dans les milieux, avec des technologies et sur des infrastructures existantes, avec le même budget et le même échéancier que ceux prévus pour le REM... et du matériel roulant construit ICI plutôt qu’en Inde!


 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top