Stéphane Bergeron estime que le Commissaire à la lutte à la corruption a menti dans le scandale immobilier à la Société immobilière du Québec

C’est dans la foulée d’une question posée à l’Assemblée nationale, le 6 juin dernier, par la vice-cheffe du Parti Québécois et députée de Joliette, Véronique Hivon, à propos de l’enquête qui n’aboutit pas dans le dossier du scandale à la Société immobilière du Québec, que le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique, Stéphane Bergeron, s’est dit préoccupé par le fait que le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, ait menti en contredisant la nouvelle, rapportée dans les médias, selon laquelle l’UPAC aurait reporté des arrestations à trois reprises en trois ans.

«Le Commissaire s’est empressé de dire qu’il n’avait jamais été question de procéder à des arrestations. Nous avons maintenant la preuve écrite que le Commissaire a menti. Un document rendu public dans les médias confirme en effet que l’UPAC devait bel et bien procéder à des arrestations en avril 2016. Le ministre ne trouve-t-il pas préoccupant que le commissaire, qui devrait pourtant incarner les plus hautes normes de probité et d’intégrité dans notre société, ait effrontément menti aux Québécoises et Québécois?», s’est interrogé monsieur Bergeron.


 

Facebook

Coordonnées

Édifice NOVO-CENTRE
1625 boulevard Lionel-Boulet
Bureau 103
Varennes (Québec) J3X 1P7
Téléphone : 450 652-4419
Téléphone sans frais : 1 800 652-4419
Télécopieur : 450 652-3713
Courriel: Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca

Back to top